Actualités générales

Pétition pour la création d’un commission d’enquête sur le meurtre de Shireen Abu Akleh

Family and friends carry the coffin of Al Jazeera reporter Shireen Abu Akleh, who was killed during an Israeli raid in Jenin in the occupied West Bank, as clashes erupted with Israeli security forces, during her funeral in Jerusalem, May 13, 2022. REUTERS/Ammar Awad TPX IMAGES OF THE DAY

PETITION POUR LA CREATION D’UNE COMMISSION D’ENQUÊTE INTERNATIONALE INDEPENDANTE SUR LES CIRCONSTANCES DE L’ASSASSINAT DE LA JOURNALISTE PALESTINIENNE D’AL JAZEERA SHIREEN ABU AKLEH

Nous, citoyens, journalistes, écrivains, artistes, membres de la société civile et enseignants francophones et autres , sommes profondément attristés et révoltés pour la disparition de la journaliste palestinienne d’Al Jazeera, Shireen Abu Akleh.

Beaucoup d’entre nous l’ont connue à Jérusalem ou sur le terrain partout où elle couvrait la tragédie du Peuple palestinien depuis plus de 25 ans. C’était une femme et une journaliste d’exception qui a marqué la profession.Elle a reçu une balle dans la tête mercredi 11 mai lors d’une opération de l’armée d’occupation israélienne dans le camp de réfugiés de la ville de Jénine, dans le nord de la Cisjordanie occupée.

Ali al-Samoudi, un producteur de la même chaîne d’information qui l’accompagnait, a confirmé que les tirs ne pouvaient que provenir des positions de l’armée israélienne qui a délibérément ouvert le feu, sans sommation, alors que le groupe de journalistes se rendaient, clairement identifiés par le sigle « PRESS », leurs gilets pare-balle et leurs casques, sur le terrain pour couvrir une incursion de l’armée d’occupation. Ali al-Samoudi a été blessé lors de cette attaque.

Tous les témoignages, notamment celui d’un confrère photographe de l’Agence France Presse (AFP), présent sur les lieux a confirmé cette version. Enfin une enquête préliminaire de l’ONG israélienne BetSelem, contredit formellement la version mensongère de l’armée d’occupation.Shireen fait partie d’une longue liste des journalistes tués par les forces d’occupation israéliennes. Des dizaines de journalistes palestiniens ont connu le même sort qu’elle en faisant leur métier.

En effet, depuis l’an 2000, qui marque le début de la seconde Intifada, 55 journalistes palestiniens ont été tués par les forces d’occupation israéliennes. Il s’agit d’une politique délibérée et systématique pour faire taire la presse palestinienne.Nous joignons notre voix à celles du syndicat des journalistes palestiniens et de la Fédération Internationale des Journalistes (FIJ), la plus grande fédération de journalistes au monde, basée à Bruxelles, qui depuis le 27 avril dernier, ont déposé une plainte officielle auprès du bureau du procureur de la Cour Pénale Internationale (CPI) à La Haye sur des crimes commis contre des journalistes palestiniens par l’occupation israélienne.

Nous appelons la communauté internationale à agir pour protéger les journalistes comme les civils palestiniens, en vertu du droit international qui doit être défendu et appliqué partout dans le monde. A cet effet nous appelons les gouvernements à prendre des positions fermes et à condamner clairement ce nouvel acte abject dans les territoires occupés.

Nous appelons en particulier les gouvernements européens à agir pour la création d’une commission d’enquête indépendante et internationale. Israël a un lourd passif en matière de dissimulation de ses crimes, et il est impensable qu’une enquête menée en collaboration avec l’occupant puisse faire toute la lumière sur ce véritable crime contre la liberté d’expression.

Enfin le scandale de NSO et l’implication des services de l’État israélien dans cette affaire, qui constitue un précédent grave contre la liberté de la presse suffit à démontrer la nécessité de mettre en place une commission d’enquête indépendante et internationale. Shireen, comme ses consœurs et confrères assassinés ailleurs dans le monde mérite que justice soit rendue.

signature à envoyer à : montada.palestine.paris@gmail.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.