Gennevilliers

J’ai porté plainte contre un site d’extrême droite

Intervention de Patrice Leclerc, maire, au conseil municipal du 29 septembre 2021

C’est la première fois que je demande la protection fonctionnelle au conseil municipal parce que je ne souhaite pas judiciariser la politique.

Aujourd’hui, je demande cette protection fonctionnelle car il faut marquer collectivement un refus à l’extrême droite qui stigmatise des communautés, fait publiquement des listes de noms sur une base politique. Nous sommes 5 de Gennevilliers à figurer sur cette liste de plusieurs centaines de personnes en France. Je veux ici dire ma solidarité à Elsa Faucillon, députée, Nasser Lajili, ex-conseiller municipal, Claire Fiquet, conseillère municipale, Pierric Annoot, responsable fédéral du PCF, qui sont eux aussi visés. Ce n’est pas anodin dans le contexte actuel, qu’une telle liste soit à disposition d’un large auditoire d’extrême-droite. Il faut s’interroger sur l’usage qui pourrait en être fait au regard des diverses agressions récentes et ciblées perpétrées par des groupes fascistes.

Cette extrême droite se sent légitime à de tel acte quand dans le même temps, les ministres Blanquer et Vidal partent en guerre contre les “ravages de l’islamogauchisme”. Je rappelle que dans mon espace politique, nous avons il y a plusieurs décennies été appelé : judéobolchevique avec les suites que l’on connait, aujourd’hui on nous nomme islamogauchiste. Je souhaite qu’il n’y ait pas les mêmes suites !

Dans ce listing figure des militants, des avocats, des journalistes et des élus. Ces personnalités figurant sur ce fichier ont signé un appel en faveur d’une marche contre l’islamophobie en novembre 2019. Cet appel avait été publié sur le site Mediapart et je l’avais signé.

Mais des précisions de toutes natures ont été ajoutées concernant les signataires, par rapport à la liste établie sur le blog de Médiapart. Il ne s’agit donc pas d’un fichier brut, mais bien d’un document retravaillé, et complété avec d’autres données. Les différentes personnalités y sont classées par métier et en fonction de leur orientation politique et leur appartenance religieuse y sont parfois renseignées.

La constitution et la publication de ce fichier contreviennent évidemment aux dispositions légales interdisant, sans but légitime, la constitution d’un fichier informatique recensant les opinions politiques ou philosophiques des intéressés.

J’ai donc décidé de porter plainte, et de m’associer aux actions collectives des signataires pour que le responsable du site d’extrême droite qui a publié cette liste soit condamné.

2 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *