Gennevilliers

Voeu pour l’état d’urgence culturel

Voeu présenté au Conseil municipal du mercredi 31 mars 2021

Vœu pour l’Etat d’urgence culturel

La culture joue un rôle fondamental dans nos vies. Elle est un bien commun essentiel pour notre liberté de penser, de ressentir, de nous rencontrer. C’est un élément essentiel à la vie.

La crise sanitaire a révélé cette évidence que les crises successives des dernières décennies avaient déjà mise en lumière. La fermeture des lieux culturels, injustifiée, incompréhensible et injuste, nous prive de ce lien social d’exception.

Chacune et chacun d’entre nous est privé depuis de longs mois de sa relation particulière à l’art et à la pensée. L’abstinence imposée de spectacles, de musiques, de fêtes et de contacts avec les autres nous plonge peu à peu, quelle que soit notre génération et notre condition sociale, dans un désarroi inédit. C’est tout un pays, un peuple, qui est orphelin, la Culture est le cœur battant de la France… 

Nous ne pouvons pas simplement attendre que les théâtres, les musées, les salles de spectacle et de cinéma ouvrent à nouveau leurs portes. Parce que le partage des émotions et de la pensée nous sont essentiels, il est urgent de réaffirmer et d’affermir nos droits culturels. En cette période bouleversée, nous devons sauver le présent et préparer l’avenir.

Les droits culturels, tels que l’UNESCO les définit et dont nous souhaitons rendre l’application effective dans notre ville, c’est la possibilité pour chacune et chacun d’accéder au patrimoine et à la création artistique. C’est aussi, pour chacune et chacun le droit d’expérimenter la pratique artistique, d’exprimer et de partager sa culture. C’est enfin pour les artistes, auteur.es, interprètes, technicien.es, salarié.es, indépendant.es ou précaires de la culture, le droit de créer et de présenter leurs œuvres aux publics qui désirent les voir.

De même, les intermittents du spectacle sont durement touchés par la réforme du régime général du chômage. Ces mesures étaient injustes avant même le confinement, elles sont encore plus inacceptables depuis la crise de l’emploi due à la Covid.

Après plusieurs jours d’occupation des théâtres pour exiger réouverture, accompagnement financier et garantie des droits sociaux, les syndicats du spectacle ont été reçus à Matignon. Devant l’absence de réponses, la CGT appelle à l’amplification du mouvement… « Rends nous l’Art… Jean ! » Comme il était écris sur le dos de Peau d’Ane lors de la cérémonie des Césars ce mois de Mars…

Après une ministre de la Culture qui s’invite par surprise, au Théâtre de l’Odéon occupé, c’est au tour du premier ministre d’entrer en scène. Signe que l’inquiétude règne en haut lieu face à un mouvement qui s’étend à de plus en plus de théâtres mais aussi à tous les secteurs concernés par la discontinuité de l’emploi.

Nous avons besoin de chacun des grands équipements culturels dont notre ville est riche, mais aussi de chaque compagnie, chaque lieu indépendant, chaque metteur.se en scène, chaque comédien.ne, chaque compositeur, chaque musicien, chaque chorégraphe, chaque danseur, chaque cinéaste, chaque plasticien, chaque auteur, libraire et éditeur, ainsi que des techniciens et Agents de tous les champs artistiques, mis à mal par l’arrêt de la vie culturelle depuis près d’un an. Nous vivions un Etat d’Urgence culturel…

Nous avons besoin que toutes et tous, enseignants, parent d’élève, s’impliquent dans ce mouvement populaire ; que l’Éducation nationale et l’Enseignement supérieur, le mouvement associatif et en particulier les structures socio-culturelles rejoignent le mouvement…

Considérant que la culture est pilier du développement durable, de l’émancipation humaine, de la solidarité, de la paix et des droits humains. 

Considérant notre engagement à promouvoir des politiques publiques et des programmes culturels pour toutes et tous, reposant sur la créativité, la diversité, la mémoire, le patrimoine et les savoirs.

Considérant qu’il faut très vite que les lumières éclairent à nouveau nos lieux culturels, nos écoles, nos rues et nos cœurs.

Considérant que le monde de la culture est l’une des fondations de notre liberté et de notre démocratie.

Considérant que notre gouvernement ne considère pas la Culture comme étant un élément essentiel dans la crise…

Le conseil municipal soutient le monde du spectacle et de la culture. Il demande une réouverture des lieux de spectacle la plus rapide possible dans le respect des conditions sanitaires. Il exige un plan d’urgence de l’État pour soutenir le secteur culturel et les structures culturelles des collectivités. Il réclame la non-application et l’adaptation des franchises liées aux régimes d’indemnisation des intermittents du spectacle.

Le gouvernement se doit d’entendre les revendications et examiner les propositions concrètes des organisations professionnelles de la culture, Jusque-là le conseil municipal s’inscrit en soutient de la lutte du monde de la culture.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *