Gennevilliers

Une gestion inefficace de la crise sanitaire et sociale. Voeu du Conseil municipal de Gennevilliers le 30 septembre 2020

La crise de la Covid-19 reprend lors de cette rentrée. Les cas se multiplient de manière inquiétante pour les personnels de santé, pour les salarié.e.s de notre pays, pour les familles. L’inquiétude grandit au fur et à mesure.

Depuis plus de six mois, nous assistons à une gestion inefficace de la crise sanitaire. Hôpitaux surchargés, pénurie des masques et l’anarchie dans les tests, …, le gouvernement s’est transformé en agence de communication plutôt qu’en gestionnaire du pays.

Annoncer que si les cas augmentent dans les écoles, les effectifs seraient réduits, c’est le coup de communication annoncé par Jean-Michel Blanquer cet été. La réalité ? Elle est toute autre avec un protocole sanitaire allégé, une incohérence des mesures prises selon les situations.

L’annonce du plan de relance, censé permettre à l’économie de repartir, est en réalité de la même veine que les politiques économiques précédentes. Cadeaux au patronat et aux grandes entreprises, casse des droits sociaux pour les salariés, le tout saupoudré d’une teinte d’écologie pour tenter de donner du corps au plan.

Les conséquences de la crise sont déjà là pour une part importante de la population et ce n’est pas fini. Les plans de licenciements se multiplient (TUI France, Renault, Air France, Verallia, Bridgestone et bien d’autres) mais déjà les intérimaires, les plus précaires n’ont plus de missions et sont au chômage. Encore une fois, les mêmes idées vont produire les mêmes effets. L’argent public déversé pour les entreprises sans aucune contrepartie concernant l’emploi, l’investissement, … Renault peut toucher plusieurs milliards d’aides de l’État et annoncer quelques jours plus tard la suppression de 15 000 postes dans le monde dont près de 5 000 en France.

Ces politiques ont fait la démonstration depuis 40 ans de leur inefficacité : jamais les travailleurs en France n’ont été aussi précarisés, jamais la part des dividendes n’a été aussi forte, jamais les droits des chômeurs n’ont été aussi maltraités.

Les collectivités locales sont laissées, elles aussi, dans une situation intenable : organiser la vie en période de pandémie, développer la prévention, fournir des aides aux familles dans le confinement, mais sans avoir la moindre donnée malgré nos multiples relances des autorités de santé. Comment circonscrire les cas positifs si nous n’avons aucune information qui nous permette une action ciblée ?

A Gennevilliers, nous avons, dès le mois de mars, mis en œuvre des politiques sociales et sanitaires pour aider les habitant.es de notre commune. Aides financières de 3,5 millions d’euros attribuées aux habitants, fabrication et distributions gratuites de masques, ouverture d’un parc en direction d’enfants porteurs de handicap, aides pour les cafés et restaurants lors du déconfinement, mise en place d’un centre Covid au sein du CMS, …

Il est urgent de rendre gratuits les masques pour que se protéger, soi et les autres, ne soit plus un coût pour les familles les plus modestes.

Nous demandons que les collectivités locales soient informées chaque semaine du nombre de cas testés positivement, et ce anonymement mais géolocalisés.

Il est urgent de sortir des mêmes logiques libérales qui ont fait la démonstration de leur inefficacité.

Il est urgent d’investir massivement dans l’hôpital public, dans les collectivités territoriales, dans les services publics.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *