Gennevilliers

Voeux du maire de Gennevilliers le 7 janvier 2017

 

Discours Patrice LECLERC – Vœux du Maire – Samedi 7 janvier 2017

 

Mesdames et Messieurs les présidents et responsables d’associations,
Mesdames et Messieurs les élus,

Madame la Conseillère départementale, Chère Elsa Faucillon,

Monsieur le Député
Monsieur le Maire d’Ostrowiec
Mesdames, Messieurs,

Avec Elsa Faucillon, Anne-Laure PEREZ, première adjointe, Jacques Brunhes et Jacques Bourgoin, maires honoraires, et toute l’équipe municipale qui m’entoure, je vous présente tous nos vœux de bonheur, pour vous-mêmes et vos proches pour cette nouvelle année 2017.

« Du bonheur et rien d’autre » écrivait le poète Paul Eluard. Du bonheur, car au fond que devons-nous rechercher pour nous-mêmes et les autres en cette année 2017 ? Le dernier gadget à la mode, comme nous y pousse la société de consommation ? Avoir une Rolex au poignet comme symbole de réussite sociale ?

Peut-être faudrait-il collectivement que nous revenions à l’essentiel pour nous-mêmes, nos enfants et petits-enfants : le bonheur. Nous dire, tout simplement, que nous nous organisons en société pour permettre à chacune et chacun d’entre nous de connaître le bonheur et non pas pour être en concurrence pour obtenir argent et pouvoir.

Je pourrais épiloguer longuement sur tout ce qui ne va pas ici et dans le monde : trop d’inégalités, trop de trahisons de la parole donnée, trop de guerres, trop de jours où nous mettons en berne nos drapeaux à cause du terrorisme, trop d’injustices, trop de souffrances, trop de violences, trop d’insécurité sociale, trop d’humiliations et de manque de respect, … la liste peut être longue localement comme au plan mondial.

Mais regardons le positif, car il existe aussi. Regardons ce que nous pouvons faire ensemble, car cela donne de l’élan, de l’espoir, de la capacité à changer le monde.

Je formule un souhait: construisons ensemble une société où la bienveillance est un art de vivre qui permet à chacune et chacun, à nous tous, d’agir ensemble pour développer le PIB, Produit intérieur de Bonheur, d’en développer tellement que nous pourrions en exporter beaucoup !

Je sais qu’il ne suffit pas de le souhaiter ; il faut des actes. C’est pour cela que personnellement, avec toute l’équipe municipale qui m’entoure, et avec vous, nous continuerons d’agir. Nous le faisons en ayant conscience que nous ne sommes pas dans un monde de bisounours. Nous le faisons sans compter notre temps et avec toute notre énergie. Nous le faisons forts de nos convictions, forts de nos origines.

Comme tous les Gennevillois, nous ne sommes pas nés une petite cuillère d’argent dans la bouche. Ce que nous sommes, nous le devons à nos parents, nos voisins, nos amis, notre entourage. Nous le devons à la solidarité, la générosité, l’amitié, la combativité que les habitants des villes populaires savent déployer face aux difficultés de la vie.

Nous le devons à la conviction bien ancrée, c’est ensemble que l’on construit une société de bien-être, ensemble jeunes et moins jeunes, ensemble, citoyennes et citoyens du monde, ensemble Gennevilloises et Gennevillois. Tout ce qui pousse à la concurrence ou la division nous affaiblit, tout ce qui pousse à nous unir et nous solidariser, nous rend plus forts, plus humains.

L’union est le cœur de l’ADN de Gennevilliers. C’est le creuset de notre fierté gennevilloise. Cette fierté constitue notre richesse pour construire un projet commun pour la ville.

Fierté de voir des jeunes de Gennevilliers organiser des maraudes pour venir en aide aux plus démunis.
Fierté de voir les retraités de l’association AGIR et les Chibanis organiser des actions communes.
Fierté des centaines de bénévoles qui font vivre les associations gennevilloises.
Fierté de compter sur des syndicalistes qui aident les salariés à défendre leurs droits.
Fierté de voir des enseignants motivés qui ont fait le choix de faire bénéficier nos enfants de leur savoir-faire.
Fierté de la qualité du travail réalisé par les agents du service public.
Fierté des Gennevilloises et des Gennevillois qui font preuve de solidarité et de dignité devant les épreuves de la vie.

Merci aux citoyennes et citoyens qui s’investissent dans la vie de leur quartier et de leur ville,

Merci, car le Gennevilliers solidaire, moderne, rebelle et populaire que nous aimons, c’est vous toutes et tous qui le construisez.

Permettez-moi de remercier aussi tous les élus du conseil municipal, quelle que soit leur appartenance politique pour leur investissement dans la vie publique. Quand il est de bon ton de dénigrer les élus, à cause d’une infime minorité de profiteurs, j’aime dire que la très grande majorité des élus de ce pays, et particulièrement ceux des communes, sont des personnes intègres, dévouées, qui passent beaucoup de temps pour leur ville. Les oppositions politiques qui existent ne doivent pas masquer cette réalité. Chers collègues, merci à vous aussi, qui ne comptez pas vos heures. Merci à Madame la conseillère départementale, Elsa Faucillon, sur qui nous pouvons compter pour défendre les dossiers de notre ville et les intérêts des habitants. Je pense à la Carte Améthyste, le Pass 92 pour les collégiens, et toutes les actions que nous allons engager cette année pour défendre les PMI.

Mes chers collègues, vous n’avez pas compté votre temps, et j’ai le regret de vous dire que ce n’est pas fini : nous avons du travail pour, en 2017, continuer à améliorer et développer Gennevilliers.

Nous allons continuer son embellissement, à agir pour que personne ne soit exclu de Gennevilliers et de la Métropole. C’est un pari que nous faisons collectivement au milieu de villes qui, par choix ou en laissant faire la loi du marché, excluent et éloignent les salariés et les populations toujours plus loin de Paris et de la petite couronne. On le voit avec les personnes qui achètent un logement à Gennevilliers parce qu’ils ne le peuvent pas dans leur ville d’origine.

Notre pari c’est de résister, d’engager une dynamique moderne d’une ville qui prépare l’avenir maintenant, en faisant du logement social un atout pour nos enfants et petits- enfants. Une ville qui fait de la priorité « enfance et jeunesse », pas seulement un slogan mais des actes concrets. Une ville qui solidarise, qui émancipe, qui libère, qui donne envie de vivre tous ensemble avec toutes nos différences et surtout notre point commun : notre humanité.

C’est un pari qui se décline en des engagements concrets de notre politique municipale dans un contexte plus difficile.
Dans le débat qui anime l’avenir de nos collectivités locales, on diminue la place, le rôle et les moyens des communes. Au lieu d’affaiblir ces lieux de démocratie de proximité, il faudrait au contraire leur permettre de développer des coopérations décentralisées respectant les habitants.

Janvier 2017, sera je l’espère le mois de la signature du protocole avec l’ANRU sur la rénovation du quartier des Agnettes. La détermination des habitants du quartier avec leurs élus a été utile pour imposer l’idée que les tours de la rue des Agnettes ne seront pas détruites mais qu’il faut les réhabiliter.

Je le redis avec force ce soir : aucune tour des Agnettes ne sera détruite pour trois raisons :
1. elles peuvent être réhabilitées et ce serait un gâchis que de les détruire.
2. Le logement social peu coûteux doit pouvoir exister à côté d’une gare du Grand Paris
3. Nous refusons cette idée qu’il faudrait reloger en dehors de Gennevilliers des Gennevillois. Idée inhumaine et absurde de quelques technocrates et politiciens qui ne respectent pas les personnes.

Nous avons un an pour négocier avec l’ANRU les conditions financières de la mise en œuvre du protocole. Mais nous n’attendrons pas un an pour faire bouger les choses. En plus des caméras de vidéo-protection installées dans le quartier, il y aura en avril l’installation d’Agrocité pour développer l’agriculture urbaine ; en juin un terrain de jeu synthétique pour les jeunes, et dans les mois suivants, l’engagement des études pour construire un centre social et la nouvelle école Joliot Curie.

Nous allons continuer de mettre beaucoup d’énergie au service des habitants de ce quartier. Nous voulons en faire une fierté pour notre ville. Le lieu, où avec le développement de l’agriculture urbaine, nous allons inventer un nouvel art de vivre populaire en ville.

Car avec le bonheur, il nous faut aussi retrouver une capacité individuelle et collective à maîtriser le temps qui passe, retrouver le temps de vivre, de s’occuper des autres, revivre au rythme des saisons, prendre le temps de penser…. Voilà un enjeu moderne pour nos vies. Je ne pense pas être démenti par les jeunes cadres en entreprise, qui pris dans la concurrence entre salariés, l’augmentation de la productivité, l’utilisation des nouvelles technologies pour asservir plutôt que libérer, emmènent du travail chez eux le soir, le week-end et parfois en vacances ! Entre celles et ceux qui travaillent trop et ceux qui recherchent du travail, n’y a-t-il pas à réfléchir pour réorganiser cette société ?

Retrouver le temps de vivre représente un des enjeux environnementaux que nous devons traiter à l’échelle locale, qui est un aspect de l’agriculture urbaine.

Vivre au rythme des fruits et légumes de saison, avoir la patience d’attendre que le fruit mûrisse avant de le déguster, s’occuper de la plante pour qu’elle s’épanouisse, échanger et partager avec des voisins sur la meilleure méthode pour obtenir de beaux légumes, échanger des recettes, s’occuper ensemble d’un jardin partagé, … Voilà ce nouvel art de vivre populaire en ville que nous voulons expérimenter à Gennevilliers.

Nous n’en sommes qu’au début mais nous voyons comment les habitants de toutes les couches sociales de notre ville peuvent être intéressés par cette expérience.

Je propose au maire d’Argenteuil d’étudier ensemble, l’utilisation des terres agricoles de sa commune pour créer du maraîchage bio alimentant en circuit court notre Territoire.

Vous le voyez, nous abordons 2017 non pas courbés par le poids des difficultés, mais debout et offensifs grâce aux grandes ambitions que nous avons pour notre Gennevilliers et ses habitants.

Dans une Métropole où la loi du marché domine, avec des lois qui nous retirent le droit de préemption et d’aménagement, nous avons créé juste à temps, de nouvelles ZAC, zone d’aménagement concertée, pour que ce soit les Gennevillois qui décident de ce qui se fait dans notre ville. Nous protégeons ainsi la ville de l’appétit des spéculateurs immobiliers.

Merci aux agents de la ville de Gennevilliers et de notre SEM qui, par leur travail, nous permettent cette maîtrise de notre avenir par l’existence de 16 ZAC. Un record en Ile-de-France !

Nous voulons aussi continuer à faire du développement économique de la ville un axe majeur de notre action. Tout d’abord parce que nous souhaitons garder une ville à taille humaine, qui ne dépasse pas les 50 000 habitants. C’est la raison pour laquelle, hormis notre projet de nouveau quartier en face des Chanteraines, nous réservons toujours les 2/3 de la ville, dont la gare du Grand Paris des Grésillons, au développement de l’activité économique.

Des entreprises vont s’installer prochainement dans le Port de Gennevilliers, comme Vialog, une entreprise de logistique qui va répondre à la demande croissante de la logistique du dernier kilomètre. Près de 800 créations d’emplois dans ce secteur sont prévues dans les 2 ans, après la construction des bâtiments. Nous ferons tout pour faire en sorte que cela profite aux Gennevillois.

Gennevilliers, ville de la culture pour toutes et tous, sera à nouveau une réalité en 2017. J’en profite pour dire merci à Pascal Rambert et Nicole Martin, qui ont contribué à un nouvel élan du Théâtre de Gennevilliers, pour en faire un lieu de la création contemporaine connu dans le monde entier. Merci à eux et toute l’équipe du théâtre. Je dis bienvenue à Daniel Jeanneteau, nouveau directeur du Théâtre de Gennevillers et Juliette Wagman, directrice adjointe. Tous mes vœux de réussite dans vos projets artistiques, pour notre théâtre et son rayonnement du local au mondial.

2017 sera l’année, d’une originalité Gennevilloise trop méconnue : le festival jeune et très jeune public du 24 février au 7 mars. La culture est aussi faite pour les tout-petits. Il n’y a pas d’âge pour être mis au contact de la création artistique. C’est une expérience unique pour les enfants et les familles et aussi dans les crèches. C’est un acte marquant notre ambition éducative, c’est une réelle plus-value pour les familles gennevilloises.

Par ailleurs, la campagne sur le respect de l’environnement de proximité par rapport à la propreté et aux dépôts sauvages commence à porter ses fruits. Elle sera poursuivie pour que chacun contribue à la qualité de notre environnement. C’est le côté préventif. Sur le répressif, nous allons augmenter le nombre de contraventions pour celles et ceux qui laissent leur poubelle ou autres déchets sur le trottoir. Car nous continuons de penser qu’une ville populaire doit être belle.

Je ne vais pas détailler tout ce qui va voir le jour cette année à Gennevilliers. Nous allons encore beaucoup réaliser et dans de nombreux domaines. Cette capacité nous est d’ailleurs enviée.

Nous aurons l’occasion de faire le point en fin d’année 2017. En effet, cela fera 3 ans, que vous aurez élu notre équipe municipale. A mi-mandat, je souhaite revenir vers les citoyens et les citoyennes de la ville pour faire le point des engagements pris, des difficultés non prévues quand nous avons fait notre programme en 2014. Je pense au transfert de compétences avec la loi créant la Métropole et le Territoire, et à l’Etat qui pique dans nos recettes. Il y a aussi des besoins nouveaux, des choix à faire. Pour cela, je vous proposerai de participer aux assises pour la ville au dernier trimestre 2017.

Respecter les personnes, c’est assurément créer les conditions de l’écoute, de la confrontation de points de vue, de la participation aux décisions. C’est aussi vous offrir l’opportunité de réinterroger les grands choix municipaux. C’est regarder ensemble tout ce qu’il nous reste à faire pour améliorer la situation. C’est favoriser la transparence dans nos décisions. Je le sais, vous y êtes très attachés. Les assises pour la ville seront ce moment important de décision avec vous et pour notre ville à la moitié de notre mandat. Nous pensons indispensable votre participation pour partager avec vous le pouvoir d’agir.

Avec l’ensemble de l’équipe municipale, je vous souhaite, pour vous-mêmes, pour ceux que vous aimez, dans vos actions, tous nos vœux de bonheur et de réussite. Bonne année à toutes et tous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *