Gennevilliers

Maintien de l’éducation prioritaire pour le lycée Galilée à Gennevilliers

Vœu adopté par le Conseil municipal de Gennevilliers – Séance du 16 novembre 2016Vœu pour le maintien de l’Education prioritaire au lycée Galilée et pour la poursuite de la réussite des élèves gennevillois.

Aucune démocratie responsable ne peut s’opposer à l’idée qu’investir dans l’éducation est incontournable pour l’avenir d’un pays. C’est bel et bien un investissement, « une bonne dette », qui, même quand les moyens influent sur la dette, distribue l’effort sur le temps pour les générations futures.


Ceci pour tordre le cou aux politiques sans vision dont le positionnement ne dépend que du rythme des échéances électorales.
Aujourd’hui, le Ministère de l’Education Nationale, qui aligne « dépenses et recettes », décide de réduire les moyens des lycées pour compenser ceux affectés aux écoles primaires et aux collèges. En répondant ainsi aux contraintes des petits calculs « court-termistes », ils créent une discontinuité dans le cursus scolaire et universitaire. Ils fragilisent eux-mêmes « le principe de productivité » qui fonde pourtant leur culture de gestion.
On observe des changements fréquents d’orientations dans l’utilisation des moyens de l’Education Prioritaire. Cette « gestion à vue » montre que les décideurs n’ont pas d’indicateurs pertinents pour analyser la relation qui se construit entre les moyens et les contenus, entre les moyens et les résultats.
A Gennevilliers, le lycée Galilée est une opportunité qui leur est offerte de travailler ces questions. En effet, deux collèges sur trois y sont en REP, dont l’un est en REP + (on en compte deux dans les Hauts-de-Seine).
Les Grésillons ont été l’un des premiers quartiers classés en Développement Social, le quartier du Luth en ANRU 1, et aujourd’hui celui des Agnettes en ANRU 2. On peut sans grand risque d’erreur affirmer que plus des trois quarts des élèves affectés en seconde au lycée Galilée accumulent des paramètres qui qualifient une population dite « prioritaire ».
Les résultats du lycée qui sont devenus bien supérieurs à ceux attendus ne sont pas corrélés à un hypothétique changement du public, ni au tri des élèves par le biais de réorientations, mais à la mise en place de pédagogies innovantes, directement liées aux moyens que donnait l’Education Prioritaire.
Grâce à un corps enseignant mis dans les conditions d’exploiter ses compétences, on fait ici la démonstration que le marquage social n’est pas inéluctable (Document en annexe).
Considérant que le statut de « réseau d’éducation prioritaire » s’applique légitimement à la ville de Gennevilliers.
Considérant que son lycée Galilée enregistre des résultats supérieurs à ceux attendus grâce à des pédagogies adaptées.
Considérant que ces pédagogies sont mises en œuvre grâce aux moyens que donnait l’Education Prioritaire,
Le Conseil municipal demande la pérennité des moyens supprimés au lycée Galilée à la rentrée 2016 et leur rétablissement. Ces derniers pourraient faire l’objet d’une évaluation inter-partenariale.
Considérant que l’Education est une priorité municipale, le Conseil municipal demande à Madame la Ministre de l’Education Nationale de recevoir, et d’entendre les arguments de la Municipalité, du corps enseignant et des parents, en maintenant les moyens prioritaires du lycée Galilée.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *