Gennevilliers

Assez de mépris de la part de l’Etat et du gouvenement

Le 22 Décembre 2015
COMMUNIQUE DE PATRICE LECLERC
ASSEZ DE MEPRIS !
Après avoir imposé aux 13 maires de la Boucle Nord des Hauts de Seine un périmètre de territoire qui n’est pas celui sur lesquels ils avaient travaillé, le 1er Ministre récidive. Manuel Valls vient de nous faire savoir qu’après de nombreuses réunions, il maintenait l’entrée d’Argenteuil dans le nouveau territoire avec ses lourds déficits et charges.
Les conséquences en seront extrêmement négatives pour la création du Territoire et pour les personnels concernés. Petit rappel :
1er acte : 13 maires sur 15, de Rueil Malmaison à Villeneuve la Garenne, travaillent sur un territoire unique de la Défense à Gennevilliers. Cohérence autour du Grand Paris Express, solidarité et partage des richesses motivent cette demande des maires de travailler ensemble.
Le gouvernement refuse et impose deux territoires séparés au sein de la Boucle de la Seine, au motif d’un Territoire trop grand. Rappelons que Paris fait à lui seul 2 millions d’habitants.
2eme acte : les 7 Maires du Nord de la Boucle préparent le nouveau Territoire pour le 1er janvier 2016 et découvrent la problématique d’Argenteuil. Deux scénarii sont possibles :
-Argenteuil est considérée comme « commune isolée » et démarre son intégration au Territoire comme les 6 autres communes.
-Argenteuil est considérée comme « issue d’une communauté d’agglomération » et tout ce qu’elle avait transféré auparavant est reporté sur le nouveau territoire : 386 agents, une dette de 75 millions d’euros et le transfert de compétences non obligatoires, alors que les 6 autres communes ont décidé de garder ces compétences à l’échelle communale.
Les 6 maires refusent ce 2e scénario et n’ont eu de cesse de démontrer à Manuel Valls, études juridiques et financières à l’appui, qu’il était injuste que le gouvernement règle les problèmes d’Argenteuil sur le dos des autres communes.
Le 1er Ministre vient de nous faire savoir que c’était la 2e solution qui était retenue, nous traitant avec le même mépris que précédemment. Cette ignorance des maires, qui renforce le fossé entre les élus locaux, et le gouvernement et ses députés, devient dangereuse. Pourquoi refusent-t-ils le 1er scénario?
Le député socialiste Philippe Doucet s’adresse à Madame Lebranchu, ministre, pour plaider le 2e scénario au nom de la protection des personnels. Mr Doucet ne peut ignorer que dans les deux hypothèses, la ville d’Argenteuil et le préfet du Val d’Oise ont prévu des réductions importantes d’effectifs. Monsieur Doucet intervient ainsi dans le débat, alors qu’il préside la communauté d’agglomération depuis 7 ans. Comment explique-t-il l’ampleur des déficits de la communauté qu’il a creusés et quelles propositions fait-il pour les résorber ? Les faire payer par le nouveau territoire ?
L’intercommunalité ne peut pas se bâtir au détriment des habitants et des personnels communaux. C’est pour cela que nous continuons de travailler afin que les compétences non obligatoires soient reprises par Argenteuil. Cette solution enlève la charge sur les autres communes et stabilise la situation des personnels communaux issus de la communauté Argenteuil-Bezons qui retournent dans leur commune de rattachement.
L’Etat autoritaire ne doit pas pouvoir durablement remettre en cause la libre administration des collectivités locales. Les 7 maires, dans leur diversité politique, sont attachés à la mise en œuvre des programmes municipaux validés par les habitants.
Patrice Leclerc
Maire de Gennevilliers

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *