Gennevilliers

Courrier au directeur départemental de la Poste, la distribution au Fossé: ça va pas!

Monsieur le Directeur,

Je tiens à attirer votre attention sur la distribution du courrier dans le quartier du Fossé de l’Aumône à Gennevilliers (92230).

J’ai reçu plusieurs appels téléphoniques, courriers et eu des échanges directs avec des habitants de ce quartier qui se plaignent de ne plus recevoir de courrier depuis le mois d’août.

Ils me signalent que cette dégradation est consécutive au départ en retraite de Monsieur ALAIN. A l’exception d’une brève période où un facteur vif, motivé, serviable, a été recruté, depuis le non renouvellement de son contrat, les difficultés ont repris de plus belle. Quelques intérimaires ont bien été embauchés mais pour des périodes trop brèves pour permettre qu’ils puissent donner satisfaction.

La dégradation du courrier est fortement pénalisante pour les clients de La poste, surtout lorsqu’ils attendent des courriers importants portant sur des factures, un chèque à encaisser, un résultat d’analyse médicale, qui tardent à être distribués ou n’arrivent jamais. La Ville elle-même est touchée : des convocations ou invitations n’arrivent plus dans les temps, des courriers administratifs reviennent à l’Hôtel-de-Ville.

Cette dégradation de la distribution du courrier est inadmissible. Les tournées ne sont plus effectuées et le courrier repart à Colombes à la société CTED. La Poste répond aux clients qui joignent la plateforme de réclamation qu’il « n’y a plus de facteur pour leur quartier et qu’ils ne savent pas quand ils pourront de nouveau distribuer les courriers ». Ils ajoutent qu’il « y a un problème spécifique à cette Ville ».

Vous comprendrez que la Municipalité qui a déjà protesté de cette situation auprès de la direction locale de la Poste par un courrier en date du 3 septembre 2015 et qui n’a visiblement pas eu d’issue favorable, ne puisse accepter plus longtemps ces dysfonctionnements.

Je tiens donc à rappeler à La Poste ses obligations de service public, obligations passées devant l’Etat, et qui stipulent que le courrier doit être assuré six jours sur sept. Et je sollicite la tenue d’une réunion de travail afin de trouver une issue. Mon secrétariat se mettra en contact avec le vôtre dans les prochains jours pour trouver une date qui convienne à nos agendas respectifs.

Dans cette attente,

Je vous prie de croire, Monsieur le Directeur, en l’assurance de ma considération distinguée.

Patrice LECLERC

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *