Gennevilliers

Gennevilliers participe à la solidarité concrète face au drame des réfugiés

Après 29 000 morts, des drames humains, aussi atroces qu’innombrables, vécus depuis des mois par des centaines de milliers d’hommes, de femmes et d’enfants fuyant les guerres, la misère et le chaos, le chef de l’Etat et le gouvernement ouvrent les yeux. Un mouvement de solidarité s’exprime dans le pays.

Le gouvernement en appelle aux villes et aux citoyens à être solidaires mais le Président de la République ne s’est pour l’instant pas engagé sur des moyens pour permettre cet accueil. Nous ne pouvons accepter un tri entre celles et ceux qui risquent leur vie en mer pour des raisons économiques et ceux qui subissent des guerres.

Il faut s’attaquer à la racine des problèmes. Notre pays doit en finir avec les logiques guerrières de ces dernières années qui ont semé le chaos au Moyen-orient, et proposer des issues aux problèmes politiques et économiques qui minent les pays africains. Les engrenages de violences qui en découlent, ouvrent un boulevard aux barbares de Daesh, et à ceux qui profitent du désespoir des plus démunis. Il faut stopper toute tentation de nouvelle escalade en Syrie. La France et l’Europe doivent venir en aide aux camps dans les pays limitrophes des zones de conflit qui accueillent des réfugiés par dizaine de milliers.

La France doit respecter la convention de Genève sur les réfugiés et la mise aux normes du Haut-commissariat aux Réfugiés de l’O.N.U. des centres d’accueil en doublant leurs capacités. Elle doit mettre en place des dispositifs de soutien médico-social, des parcours d’insertion professionnelle et de scolarisation des enfants dans le respect des droits de l’enfant défini par la convention de l’O.N.U. Elle doit agir pour revoir les politiques de visas de l’U.E. et demande l’abrogation de la directive de Dublin.

Il faut aussi, et c’est l’évidence, stopper l’austérité qui frappe les collectivités locales, maillons essentiels de l’égalité républicaine et de la fraternité. L’arrivée d’une population nouvelle et en difficulté pour un certain temps sur des territoires déjà fragilisés impliquent nécessairement un haut niveau d’accueil et d’intégration. Ce mouvement doit être préparé en répondant aux besoins concrets de logement, de scolarisation, de formation, de soutien aux associations et de travail qui sont le quotidien de tous. Cela veut dire impérativement des moyens pérennes et à la hauteur de la situation, permettant aux communes qui en sont les chevilles ouvrières, d’assurer l’accueil et l’accompagnement des populations en situation difficile. Cela est d’autant plus nécessaire si l’on veut accueillir dignement, et sur l’ensemble du territoire national, une population nouvelle sans aggraver les divisions dans la société française et entretenir les fractures mortifères que notre pays connait, particulièrement dans les territoires déjà fragilisés.

Gennevilliers n’a pas attendu la publication d’une photo, aussi bouleversante soit-elle, pour agir et être solidaire. La générosité de la population gennevilloise n’est plus à démontrer. Des familles gennevilloises ont aussi des actes solidaires. Pour sa part, la ville accueille depuis le printemps dernier une famille palestinienne, le temps de l’opération dans un hôpital parisien des deux petites filles suite à de graves brûlures au visage. Par ailleurs, suite à une sollicitation d’une association, nous préparons depuis plusieurs semaines la venue à Gennevilliers de réfugiés de Syrie. Il s’agit de personnes syriennes d’origine palestinienne. Ils ont fui le camp de Yarmouk, dans la banlieue de Damas. Ce camp, qui concentre la plupart des familles palestiniennes qui ont été expulsées de Palestine depuis 1948, est pressuré, d’un côté par le régime syrien qui se venge après les prises de position de Yarmouk pour la révolution, et de l’autre par les groupes islamistes et l’Etat islamique qui veulent prendre le contrôle du territoire.

Par ailleurs, nous mettrons en place une permanence pour aider les réfugiés dans leurs démarches administratives, dans les prochains jours. Nous répondrons à l’appel d’associations caritatives gennevilloises ou nationales d’aide aux réfugiés pour apporter un soutien matériel et financier.

Patrice Leclerc, Maire de Genneviliers

Grégory Boulord Adjoint au Maire délégué au social et à la solidarité

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *