Gennevilliers

Mon courrier à Marwan Barghouthi que je parraine comme prisonnier politique

Cher Marwan, cher camarade,
C’est toujours un plaisir et un honneur de vous écrire.
Depuis ma dernière lettre, nous avons avancé sur le projet d’accueil d’enfants de prisonniers palestiniens. La ville de Gennevilliers et la ville de Stains recevront chacune 10 enfants au mois d’août. C’est une première expérience collective que nous proposerons à toutes les villes du réseau Barghouthi pour l’été 2017. Je remercie à cette occasion Qassam et Fadwa d’avoir permis l’élaboration de ce projet.

Depuis le 15 mai, nous accueillons à Gennevilliers Leyane et Habiba, deux fillettes de Balata qui ont été défigurées à la suite d’un incendie domestique dans leur maison. Une campagne de solidarité avait été menée par des Français solidaires de la Palestine, pour les faire venir en France et être opérées. Les deux fillettes et leur maman sont actuellement hébergées à Gennevilliers. Je suis très heureux de pouvoir les accueillir dans notre ville, d’autant plus que j’avais une dette envers Balata, où j’avais été hébergé lors de mon voyage de noces. La famille résidera à Gennevilliers pour une période de six mois, le temps des soins médicaux.
Nous continuons, via le réseau des villes, à travailler sur une sensibilisation à la question des prisonniers auprès des citoyens français. Le réseau va proposer des rencontres avec des intellectuels comme Elias Sanbar, Alain Gresh et Dominique Vidal. Ce sera l’occasion de continuer à informer la population sur la situation que subissent les prisonniers, mais aussi leurs familles.
Nous sommes également toujours inquiets de voir que les autorités israéliennes retiennent toujours Khalida Jarrar en détention administrative. Les maires du réseau vont interpeler à nouveau Laurent Fabius, ministre des Affaires étrangères, suite à la lettre ouverte de Khalida Jarrar, rendue publique le 2 juin.
Par ailleurs, la situation de Palestiniens en Syrie est très préoccupante. Les derniers événements dans le camp de Yarmouk en sont une des preuves les plus frappantes et les plus alarmantes. Nous avons donc décidé à Gennevilliers d’accueillir une famille palestinienne de Syrie. C’est un geste modeste et important à la fois. Modeste car nous savons la détresse de centaines de milliers de réfugiés palestiniens aujourd’hui. Mais important car il nous faut rester solidaire d’une cause juste, celle que vous défendez avec honneur et valeurs.
Je vous renouvelle mes amitiés ainsi que toute la solidarité que j’éprouve à l’égard de votre personne, de tous les prisonniers palestiniens et de tout le peuple palestinien.
Patrice LECLERC

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *