Gennevilliers

Non aux diminutions de moyens pour Gennevilliers

Comme tous les maires de France, je ne peux accepter l’austérité imposée aux collectivités locales par le gouvernement. Le budget de la ville de Gennevilliers sera amputé de 4,2 millions d’euros l’an prochain, de 10 millions d’ici 2017. C’est inacceptable.

Avec l’équipe municipale, j’organise des réunions publiques dans tous les quartiers pour partager avec tous les habitants les orientations budgétaires qui seront décidées au conseil municipal du 17 décembre. Nous vous invitons aussi à signer la pétition que vous trouverez dans le Genmag de décembre.

Réunions publiques
o Lundi 8 décembre à 18h30 aux Agnettes – Bourse du travail, 6 rue Lamartine (FB)
o Mercredi 10 décembre à 19h au Luth – Espace Aimé Césaire – 6 avenue du Luth (JFB)
o Jeudi 11 décembre 19h quartiers Fossé, Chevrins – MDE Youri Gagarine, 24 rue de la Couture d’ Auxerre (CF)
o Jeudi 11 décembre à 20h30 réunion avec les bureaux d’association, salle du Conseil municipal (invitation avec un courrier) (CF)
o Vendredi 12 décembre à 18h30 aux Grésillons – Espace Educatif des Grésillons 30/40 rue François-Kovac(JR)
o Samedi 13 décembre à 10h30 au Village – Ferme de l’Horloge 16-18 rue Pierre Timbaud (AB)
o Jeudi 18 décembre à 19h à CBS et écoquartier – salle polyvalente, MDE Anatole France (JFB)
o Jeudi 18 décembre à 20h30 : le tchat se tiendra de 20h30 à 21h30. Le maire sera installé au 18éme étage (la petite salle).

– Débat d’Orientations Budgétaires au Conseil municipal : Mercredi 17 décembre à 20h

Dépôt de la pétition au Ministère de Maryse Lebranchu en janvier 2015

Signons pour
Redonner des moyens d’action aux communes, avec une réforme de la fiscalité locale et un financement des collectivités territoriales par les entreprises et les grands groupes commerciaux.

Pétition adressée à
Madame Marylise Lebranchu,
ministre de la Décentralisation et de la Fonction publique
Non à la baisse des moyens de la Ville de Gennevilliers
Aller chercher de l’argent ailleurs, c’est possible !
4,2 millions d’euros de recettes en moins pour la commune, telle est la conséquence de la baisse des dotations de l’Etat et de l’augmentation des prélèvements. Nous refusons cette baisse d’autant que les différentes réformes prévues entraîneront, au total, une baisse de 10 millions d’euros du budget de la Ville de Gennevilliers jusqu’en 2017.
Une réforme de la fiscalité locale s’impose donc pour redonner des moyens d’action aux communes.
Il faut que les entreprises et grands groupes commerciaux financent les collectivités territoriales comme c’était le cas avant la réforme Sarkozy.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *