Gennevilliers

Nouvelle manœuvre politicienne du Front des Banlieues Indépendant

Communiqué de la Municipalité de Gennevilliers
Nouvelle manœuvre politicienne du Front des Banlieues Indépendant

Le responsable du Front des Banlieues indépendants, Monsieur Hassan M’Barek, ancien collaborateur de Pasqua, puis de Sarkozy, opposant de droite bien connu de la municipalité, annonce sur youtube une manifestation devant la Mairie, le 14 décembre prochain, en soutien de la famille Khadir que « la Ville aurait injustement expulsée » ! 

Rétablissons les faits car le montage vidéo pourrait laisser croire que la famille a été expulsée sans raison.
Mensonge ! 
Qu’un enfant en bas âge vit dans un immeuble insalubre. Mensonge !
Il laisse croire aussi que rien n’a été fait. Il s’agit d’un véritable détournement de la vérité.

En fait, l’expulsion de la famille Khadir résulte d’une décision de Justice après de nombreuses tentatives de règlement à l’amiable, convocations et discussions à l’OPH. Elle a été condamnée une première fois le 21 février 2012 par le Tribunal de Grande instance de Nanterre à être expulsée, décision confirmée le 19 mars 2013 par le même Tribunal, pour troubles de voisinages persistants depuis plusieurs années. 

Les expulsions du parc du logement social de l’OPH sont suffisamment rares pour que l’on puisse comprendre que les faits incriminés sont très graves

La famille qui a d’abord bénéficié d’un logement social de l’OPH, de type 3 en mai 1989, puis d’un logement de type 5 en 2002, a, à cette nouvelle adresse, fait l’objet de nombreuses plaintes et pétitions des locataires pour de graves troubles à leur voisinage. Plusieurs membres de la famille sont par ailleurs bien connus des services police pour leurs activités illégales dans le quartier. La police fait état d’au moins une centaine de mains courantes et d’une trentaine de garde à vue…

Malgré les tentatives de conciliation avec la famille, les actes se sont multipliés à l’encontre de commerçants de l’immeuble en empêchant, par intimidation, les clients d’accéder aux commerces ; les locataires ont régulièrement été empêchés de rentrer chez eux. La gravité des faits, les difficultés de vie pour les habitants du bâtiment étaient tels qu’une pétition exigeant que des mesures soient prises à l’encontre de la famille était signée par de nombreux voisins.

C’est la persistance de troubles graves, même après le jugement de 2012, portant atteinte à la quiétude des locataires et leur sécurité, dont l’organisme logeur est le garant, qui a conduit le bailleur en dernier ressort à demander l’expulsion de la famille qui a eu lieu le 2 juillet dernier. En effet, nous refusons que les familles du parc du logement social de Gennevilliers soient obligées de subir des agissements graves insupportables pour leur tranquillité et leur sécurité. 

Cette expulsion s’est accompagnée d’un examen attentif et humain de la situation de la fille de Madame Khadir, bénéficiant d’une AAH (Allocation Adulte Handicapé), puisque cette dernière, à la demande de la Ville, a été relogée avec son bébé et son conjoint dans un logement social de type F3.

Madame Khadir qui était logée dans une ville voisine de juillet à novembre, décide aujourd’hui de squatter un immeuble insalubre en voie de démolition à toute fin de se présenter en victime dans un montage vidéo. En toute connaissance de cause, elle met en difficulté la libération complète de cet immeuble insalubre ou 12 ménages ont déjà été relogés par la ville et où les deux derniers sont en cours.

Comme à chaque veille d’élections, Monsieur Hassan M’Barek ne change visiblement pas de méthodes pour sa propre promotion politique. 

La Municipalité de Gennevilliers ne laissera pas utiliser cette affaire à des fins politiciennes alors même que ce sont de nombreuses familles qui ont eu à subir pendant plus de cinq ans des agissements graves portant atteinte à leur tranquillité et leur sécurité. Elle examine toutes actions de procédures à l’encontre des auteurs et initiateurs de cette opération.

————-

Je rajoute pour information un commentaire sur les réseaux sociaux:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *