Gennevilliers

Introduction de Patrice Leclerc aux rencontres débats des 10 et 15 octobre 2014 sur les municipales à Gennevilliers

Chers amis,

Merci d’avoir pris de votre temps pour participer à notre réunion ce soir sur le programme municipal. Quatre réunions sont programmées, dont une s’est tenue la semaine dernière sur le canton nord, pour échanger en direct sur les propositions de programme. Deux autres en novembre où nous nous répartironsw en petits groupes pour approfondir des thèmes.

Depuis le mois de février, je suis engagé à 100 % dans une campagne de proximité, de rencontres et d’écoute des Gennevilloises et des Gennevillois. Points de rencontre, réunions avec les militants politiques communistes et du Front de gauche, porte-à-porte, réunions d’appartement, rencontres avec des acteurs de terrain de toutes tendances politiques progressistes, réunions de travail avec Jacques Bourgoin sur tous les dossiers importants : autant de moments enrichissants, d’approfondissement sur la réalité gennevilloise!

Tout cela donne la matière pour travailler un programme au plus près des aspirations des gens. Cette base de programme nous la soumettons à votre discussion, elle est en ligne sur internet. http://www.uniondesgennevillois.fr/

La qualité de la gestion de la municipalité est unanimement partagée. Pour aller vite : il y a conscience qu’ici c’est mieux qu’ailleurs dès qu’on compare avec les villes aux alentours.

C’est un atout pour nous, le fait que tous les engagements du programme municipal ont été tenus. Merci à toute l’équipe municipale animée par Jacques Bourgoin. C’est aujourd’hui devenu une  originalité que de tenir ses engagements, une originalité dont nous pouvons être fiers.

Le passage de relais qui se fait en douceur, en assurance est aussi une originalité locale. Jacques Bourgoin est le seul maire des Hauts-de-Seine qui ait annoncé qu’il passait le relais. Ailleurs c’est coup tordu pour la succession et guerre de pouvoir, maires qui s’accrochent sur plusieurs décennies.

Je peux vous assurer que notre situation Gennevilloise ne passe pas inaperçue dans le département, après Jacques Brunhes qui a su passer le relais à Jacques Bourgoin qui propose à son tour de me le passer au bout de 2 mandats. Il y en a qui ne comprennent pas. Ce sont leurs repères qui sont cassés. En effet, contrairement aux technocrates arrivistes ou notables locaux,
ici les élus ne s’enrichissent pas de leur fonction,
ici les élus sont au service d’un projet et non d’eux mêmes,
ici les élus sont des militants qui agissent pour le bien commun,
ici les élus sont sur le terrain, avec les gens et non asséchés dans les salons dorés du pouvoir,

Ce n’est pas ce soir que je développerai tout ce que l’on doit à Jacques Bourgoin et l’équipe qui l’entoure et aux équipes précédentes autour de Waldek Lhuillier, Lucien Lanternier et Jacques Brunhes qui ont toutes apporté des pierres positives à la construction de Gennevilliers. Mais je ne peux pas ne pas dire merci, car c’est un héritage très positif. C’est plus simple quand la ville a été très bien gérée !

Cela nous amène-t-il à dire que tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes ? Non!

La situation de crise est inquiétante, les politiques nationales font des ravages. Nous savons aussi qu’il reste beaucoup à faire pour mieux vivre à Gennevilliers, que nous devons continuer dans l’état d’esprit de toujours faire mieux, inventer, créer pour répondre aux questions nouvelles dans une société qui se délite, prendre à notre tour le relais pour donner une nouvelle dynamique au développement de Gennevilliers, avoir de nouvelles et grandes ambitions humaines pour notre ville.

Les gennevilloises et gennevillois ont besoin d’élus, aujourd’hui comme hier, qui ont des ambitions pour la ville et ses habitants, du courage, de l’audace et de la créativité.
C’est ce que je vous propose de construire ensemble.

Nous savons que les élections municipales qui auront lieu le 23 mars 2014 ne sont pas la préoccupation du moment des gennevilloises et des gennevillois. Ils sont inquiets sur le projet de loi en discussion sur les retraites, ulcérés par les hausses d’impôts parce que ce gouvernement n’a pas voulu changer les lois du gouvernement Sarkozy, dégoutés par les cadeaux aux patronats au même moment où le gouvernement serre la ceinture au peuple et aux collectivités locales.

Comme vous tous ici, je suis inquiet par le climat délétère qui se crée, avec une extrême droite en embuscade.

Quelques soient les gouvernements, vous pourrez compter sur vos élus pour être avec vous dans les luttes et les ripostes nécessaires, pour être du côté des salariés (ouvriers, employés, cadres ou techniciens), aux côtés des retraités et des chômeurs face aux puissances de l’argent, face à tous ceux qui privilégient les boursicoteurs contre l’être humain.

Nous sommes du côté de celles et ceux qui font des femmes, des hommes, des enfants et des jeunes qui composent notre société  une priorité et non une variable d’ajustement aux exigences du libéralisme sauvage ! C’est la raison pour laquelle nous refusons toute politique d’austérité d’où qu’elles viennent !

Nous sommes du côté des gennevilloises et des gennevillois dans leur ensemble parce qu’ils ont, socialement et politiquement, tous le même intérêt objectif.

Les municipales ne sont pas la préoccupation du moment pour la majorité des gens, mais nous aurions tort de ne pas associer les habitants à la construction de leur avenir. C’est de notre responsabilité, c’est aussi notre volonté de faire de la politique autrement, proche des gens, avec eux et pour eux ! C’est vital car nous avons de grandes ambitions pour Gennevilliers, les gennevilloises et les gennevillois.

Nous voulons répondre aux grands défis posés à notre ville dans cette première moitié du XXIe siècle. Je ne développe pas tout, vous avez le document en débat entre vos mains, voici quelques intentions pour engager le débat :

Gennevilliers est une ville moderne et populaire qui doit continuer à se développer, à s’équiper. Nous le ferons pour et avec les gennevilloises et les gennevillois. Cela paraît banal de le dire c’est pourtant le contraire qu’il se passe dans la très grande majorité des villes des Hauts-de-Seine. Nous sommes fiers de notre identité populaire, nous ne chasserons personne à la périphérie de l’Ile-de-France.

Regardez bien : partout ailleurs, l’absence de logements  sociaux, de logements publics obligent les enfants de cadres les enfants d’ouvriers à aller vivre loin en périphérie. Ici nous assurerons le parcours résidentiel, le développement harmonieux de la ville en construisant 50% de logements publics/50% de logements en accession à la propriété.
Les équipes précédentes ont fait le choix de développer la ville avec et pour les gennevillois : nous continuerons en ce sens. Un choix d’une ville moderne et humaine qui ne dépassera pas les 50.000 habitants.

Nous voulons développer un véritable vivre ensemble, non pas côte à côte, mais ensemble, en formant une communauté gennevilloise où chacun locataire, propriétaire, chômeur, salarié, ouvrier, cadre, homme, femme, jeunes, plus âgés; une ville ou chacune et chacun puisse dire : ici je compte, ici je suis respecté, ici je participe au mieux vivre, ici mon enfant à le meilleur, ici je ne suis pas seul, ici je peux agir avec d’autres pour mieux vivre.

Cela nous amène à décliner une priorité municipale : développer Gennevilliers comme un espace éducatif et d’épanouissement des enfants et des jeunes. Car si nous sommes fiers de notre identité populaire, nous savons que nous ne vivons pas dans le monde des bisounours : ce choix nous amène à faire plus et mieux en direction des enfants pour créer les meilleures conditions de leur épanouissement.

La collectivité (au sens collectif d’adultes en contact avec les enfants et les jeunes) joue un rôle important dans l’émancipation des enfants. Tout doit être mis en œuvre, dans la mesure de nos moyens pour élever les exigences éducatives dans notre ville :
à l’école
dans les associations
chez les adultes
dans toutes les prestations municipales

Dans ce cadre nous plaçons aussi  la culture au cœur de notre projet politique parce qu’elle est la condition même de l’action politique, de la démocratie. Notre choix de civilisation repose sur la capacité de la personne humaine à penser, agir, s’émouvoir. La confrontation aux arts, aux sciences, aux techniques et à la réflexion permet de devenir un citoyen éclairé, exigeant et ouvert. Vous le voyez dans le document  ce chapitre éducation, enfance ; jeunesse, culture, sports fait l’objet de plus d’une soixantaine de propositions.

Nous vous proposons aussi que Gennevilliers, dans cette première moitié du XXIe siècle, soit identifié comme une place importante de l’économie sociale et solidaire. Il s’agit de faire confiance et avec audace aux initiatives citoyennes, à la créativité et l’intelligence collective Il s’agit de travailler à la démarchandisation des rapports humains, de la réponse aux besoins des personnes.
Aux côtés d’un fort service public renouvelé, nous engagerons un développement de l’économie sociale et solidaire dans notre ville comme un marqueur et une identité de notre développement économique et humain, un moyen de promouvoir un autre rapport au travail, à son contenu, à sa finalité.

Dans le même temps, nous poursuivrons l’action avec les salariés et les citoyens pour la défense et la promotion de l’emploi y compris industriel. Nous poursuivrons l’essor maîtrisé de l’activité économique dans notre ville avec l’accueil de grandes entreprises, le développement de la zone d’activité économique et celle du Port de Gennevilliers.  Nous développerons le travail entrepris pour favoriser l’emploi des gennevillois dans les entreprises gennevilloises. Ce chapitre est l’objet de 13 propositions d’actions.

Je souhaite que nous nous engagions dans une politique sociale encore plus novatrice. Cela sera à travailler tout au long du mandat pour tenir compte de l’évolution de la société. Le sens de notre action c’est un engagement pour une action sociale qui accueille, soutient, oriente, inscrit dans une démarche collective. C’est d’abord la dignité de chaque personne que nous voulons. Car la dignité, c’est le respect partagé. La question sociale ne signifie pas uniquement les aides sociales diverses, mais l’ensemble des approches de la ville pour permettre à chacun et à chacune d’accéder à la vie sociale, citoyenne, à ses droits.

La politique sociale, c’est l’accès aux droits. L’action sociale doit avant tout être conçue comme l’exercice d’un droit pour permettre à chacun de nous de jouir d’une citoyenneté pleine et entière.  C’est donc améliorer le soutien au quotidien, c’est poursuivre et développer notre audacieuse politique de santé publique en s’engageant sur un projet santé ville partagé entre le service public et le secteur libéral, c’est travailler aux besoins nouveaux des retraités dans leur diversité, c’est consolider et poursuivre nos actions sur l’accessibilité de la ville. Ce chapitre compte Une cinquantaine de propositions à discuter.

Gennevilliers, doit être la ville de l’écologie populaire et humaine. Pas dans un effet de mode, mais parce que c’est une nécessité, une obligation pour léguer à nos enfants un monde en bon état, pour dès aujourd’hui permettre à chacune et chacun de vivre dans de bonnes conditions.
Nous sommes la seule ville en région parisienne à construire un éco quartier populaire avec 50 % de logements sociaux, 50% de logements en accessions. Nous poursuivrons dans cet axe avec la création d’un nouvel éco quartier populaire en face des Chanteraines, en faisant de la réhabilitation et rénovation urbaine des Agnettes un enjeu des cinq prochaines années. Avec les habitants nous travaillerons, et exigerons de l’Etat les moyens de réhabiliter les tours de la rue des Agnettes, d’aménager le quartier en jardins partagés, avec la reconstruction d’une école, d’une maison de l’enfance et d’un centre social et culturel.
Notre ville doit prendre plus le temps de respirer pour permettre aux habitants d’aller à un rythme plus tranquille et donc plus facilement approprié en terme de circulation douce, de rythme des initiatives, de temps de la décisions commune, d’appropriation des espaces collectifs… Il y a dans ce chapitre près d’une cinquantaine de propositions.

Cela m’amène à l’idée de donner le pouvoir aux citoyens. Cela a été un souci de l’équipe actuelle. Nous voulons capitaliser les expériences de démocratie participative et en faire d’autres. C’est et cela sera notre marque de fabrique, notre démarche politique. Nous voulons promouvoir un nouvel âge démocratique.

L’intervention citoyenne, la démocratisation, les indispensables mobilisations sont donc au cœur de nos préoccupations. Il s’agit d’approfondir les pratiques du partage du pouvoir, d’orientation démocratique et participative que cela sous-tend tant dans les luttes que dans la gestion quotidienne des communes.

C’est d’autant plus important que nous aurons à faire face à deux ennemis :
la droite revancharde départementale qui ne lâche des subventions pour notre ville que sous la pression, alors que nos demandes sont légitimes. Une droite départementale qui supprime la dépense publique, détériore l’aide sociale, …
la pression bureaucratique et technocratique de la métropole ou de l’Etat. Les projets votés à l’assemblée nationale vont à l’envers : ce seront des décisions prises dans les bureaux feutrés d’une métropole s’occupant de 6,5 millions d’habitants qui s’appliqueront à Gennevilliers en terme d’urbanisme, de construction voire de gestion du logement, de développement du service public. Nous avons besoins de toutes nos forces pour faire reculer ce projet pour qu’au contraire, la métropole se construise à partir des décisions prises en proximité, dans les communes. Nous exigeons un  référendum sur cette loi.

Dans tous les cas, ce qui fera la force de notre ville, c’est la démocratie.

Il sera important de donner le maximum de force à vos élus lors des élections, pour nous faire respecter dans toutes les instances, mais il sera aussi important pour les élus de travailler en toutes circonstances avec les habitants pour décider démocratiquement et organiser l’action pour faire respecter les décisions prises ensemble.

Vous le voyez, je vous propose d’engager une nouvelle dynamique pour notre ville ambitieuse et humaine.

Je compte avec vous, faire que Gennevilliers soit toujours respecté par toutes les Institutions, qu’elle se fasse respecter si on cherche à lui imposer des politiques que nous n’avons pas décidées.  Une ville qui respecte tous les habitants, quel que soit leur religion ou leur non religion, quel que soit leur statut social, leur âge ou leur opinion. Une ville qui travaille aux respects mutuels des habitants entre eux pour construire des solidarités nouvelles, faire reculer les incivilités.

Tels sont les défis et beaux projets que je vous propose de relever ensemble pour ce Gennevilliers qu’on aime à la fois moderne et populaire, rebelle et fier, créatif et innovant. Une ville pleine d’humanité !

Je vous remercie de votre attention et nous allons passer maintenant au débat.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *