Gennevilliers

A propos des impots, un courrier de Jacques Bourgoin et Patrice Leclerc

Mesdames, Messieurs,

Vous êtes nombreux à nous avoir fait part de votre mécontentement à la lecture de votre feuille d’imposition sur les revenus 2013. Ainsi en septembre, prés d’un million de personnes en France ont eu la très mauvaise surprise de se voir désormais imposables ou de subir de fortes augmentations.

C’est l’effet désastreux du gel de l’indexation du barème de l’impôt sur le revenu instauré par le gouvernement Sarkozy – Fillon et qui n’est plus indexé sur l’inflation Nous regrettons vivement que l’actuel gouvernement n’ait pas remis en cause cette politique de droite, vraie bombe à retardement. Conséquence en 2013 : une augmentation générale de 2% de l’impôt sur les revenus (à revenus constants) perçus en 2012, sauf pour les deux premières tranches qui bénéficient d’une décote.

 

D’autres décisions participent de cette augmentation d’impôt sur le revenu comme par exemple : l’abaissement du plafonnement du quotient familial de 2336 euros à 2000 euros par demi-part additionnelle pour les familles, la perte de la demi-part supplémentaire accordée aux veufs et veuves à la retraite s’ils ne répondent pas à des conditions très drastiques d’exonérations, la baisse des remboursements des frais de déplacement pour les salariés,…

Les personnes devenues subitement imposables, en plus de devoir payer l’impôt, perdent des droits essentiels. Sont impactées l’allocation logement, les allocations familiales, la carte améthyste, la redevance télé, la taxe d’habitation, etc. Cette situation est d’autant plus inacceptable et injuste à l’heure où les plus riches et les grandes entreprises se voient multiplier les exonérations, où l’évasion fiscale se chiffre par dizaine de milliards !

Le patronat français s’est vu offert une baisse de 20 milliards de sa contribution fiscale, sans contrepartie pour l’emploi et le pouvoir d’achat, alors que sont taxés les plus modestes et que les collectivités locales sont ponctionnées de 4,5 milliards!

Nous exigeons avec vous une véritable réforme de l’impôt

Le gouvernement parle de pause fiscale en 2014 alors qu’est prévue la hausse de la TVA, la hausse de la CSG pour les salariés et les retraités, des augmentations sur l’énergie et les transports….

Ce n’est pas d’une pause dont ont besoin les Gennevillois mais d’une véritable réforme marquée par la justice, car d’autres choix sont possibles visant notamment à renforcer l’action contres les évasions fiscales, en arrêtant immédiatement toutes les exonérations pour les grandes entreprises.

A Gennevilliers pour limiter l’impact de la Taxe d’habitation nous avons fait le choix de ne pas l’augmenter depuis trois ans et de mettre en place des abattements supplémentaires au maximum légal. Nous sommes fiers d’avoir la taxe d’habitation par habitant la moins élevée des Hauts-de-Seine (Voir article du Parisien ci-dessous).

Aussi, face aux difficultés que rencontrent actuellement certaines familles, des retraités, des personnes seules, devenues imposables, nous demandons au gouvernement qu’ils puissent bénéficier dans l’immédiat, et au minimum, d’un étalement du paiement de leurs impôts,

Nous appelons également le gouvernement à inscrire une réforme dans la prochaine loi des finances avec la mise en place d’un impôt sur le revenu à taux progressif et au nombre de tranches relevé, la prise en compte des revenus dans le calcul de la taxe d’habitation pour la rendre progressive.

Nous lui demandons d’abandonner la hausse de la TVA prévue en janvier.

Avec vous, nous porterons ces exigences, forts des traditions de lutte pour la justice sociale qui a toujours animé Gennevilliers.

Patrice Leclerc                                                                                                         Jacques Bourgoin

impotlocaux.jpg

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *