Gennevilliers

Gennevilliers: Adresse du Front de gauche à la majorité municipale sur l’eau

articles.jpgJ’ai reçu comme élu de Gennevilliers, une adresse du Front de gauche de Gennevilliers à tous les maires adjoints de Gennevilliers sur la question de l’eau. La majorité municipale prendra position prochainement sur cette importante question.

Mesdames, Messieurs les élu (e)s,

Un retour en régie publique de l’eau est aujourd’hui une revendication citoyenne claire et légitime.

Aboutir à un retour en régie publique de la gestion de l’eau serait un message fort en promotion des services publics, un acte de reconquête sociale et politique pour un bien commun universel.
On sait que les firmes capitalistes ont les dents longues et sont rivées à ce gâteau lucratif.
Cette confiscation au profit de groupes financiers ne peut plus durer et la responsabilité des élus du peuple est majeure. Il est nécessaire que vous mettiez la pression sur ce dossier de l’eau et que le débat soit rendu public.

Les ressources comme le soleil, l’air et l’eau sont des biens communs de l’humanité et ne peuvent faire l’objet de commerce au détriment des peuples et des citoyens.
C’est à ce titre que nous considérons que ce sujet de l’eau et de son retour en régie publique est un enjeu majeur pour notre société.
Réclamer ce retour devrait aller de soi car jamais la gestion de l’eau n’aurait du être privatisée et déléguée a une entreprise qui a pour but de phagocyter toute liberté de disposer de ce bien commun.
Les bénéfices sont faramineux et l’accès à l’eau est payant dès la première goutte sortant du robinet. Il y a donc urgence à remettre l’eau en régie publique et à écrire nous-mêmes un nouveau contrat de l’eau pour que chaque citoyen y ait accès en fonction de ses besoins. 
L’eau est aussi vitale que nécessaire: 3 jours sans eau et on meurt …notre société dispose de possibilités modernes et c’est une chance comparée à d’autres peuples; c’est pourquoi nous et « vous élu(e)s » devons en faire une priorité.

Le capitalisme lorgne sur cette source financière qui rapporte beaucoup d’argent et pour longtemps jusqu’à épuisement des ressources. A qui Eau et Force achète-t-elle l’eau au départ ? A personne ! Car elle est à toutes et tous.

La bataille pour reprendre cette manne confisquée par Eau et force et ses filiales risque d’être difficile mais il s’agit de récupérer ce qui est à chacun d’entre nous « le droit à l’accès à l’eau pour tous et toutes ».

Des luttes en Europe sont menées par les élu(e)s et les citoyens sur ce sujet mais nous savons que  les gouvernements par souci d’austérité et pour trouver des recettes supplémentaires n’hésitent pas à encourager la privatisation des terres et de l’eau (dixit les propos de Mr Hollande lors de son passage en Grèce il y a quelques semaines.) Voila qui nous impose une grande méfiance et l’obligation de nous mobiliser.

De plus en plus nombreuses, des villes ont fait le choix d’un retour en régie publique de la gestion de l’eau. Les expériences montrent que cela n’est pas si compliqué et que ce retour permet la pérennisation des emplois, l’entretien optimal des réseaux d’acheminement, la préservation de la qualité de l’eau. S’y ajoute, pour la population, le sentiment que ce bien commun n’est pas utilisé à des fins mercantiles; pour les usagers ce sont des économies importantes qui participent à leur pouvoir d’achat. 
Au delà du symbole, au delà du combat politique une approche humaniste doit être réfléchie sur ce sujet.

Nous vous demandons solennellement de prendre les mesures adéquates pour un retour en régie publique de l’eau. Un vœu en ce sens du conseil municipal serait le bienvenu. Il serait le signe en direction de la population gennevilloise d’un engagement de la municipalité à mener avec elle cette bataille publique. Nous sommes conscients des enjeux et il est de notre responsabilité de transmettre aux générations futures ce bien commun dans les meilleures conditions.

En ce sens, le 29 mai 2013 se tiendra le conseil d’administration du syndicat des eaux de la presqu’île de Gennevilliers (SEPG). Il semblerait que cette réunion puisse et cela avant même la fin de la concession (contrat de délégation) prévue en 2015, acter d’une reconduction du contrat. 
Ce débat doit être
public et donner la parole sur cet enjeu central qu’est l’eau. Donnons la possibilité à chacun(e) lors d’assemblées d’exprimer ses choix sur un sujet où l’intérêt collectif doit primer sur les intérêts financiers.

 

Le collectif Front de Gauche de Gennevilliers

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *