Actualités générales

Affaire Cahuzac: Et maintenant, que fait-on pour tenter d’enrayer la catastrophe?

logo front de gauche.jpg
L’affaire Cahuzac me soucie beaucoup par ses répercussions. j’ai reçu par ailleurs un mail du site Regards me demandant de réagir sur ce sujet avec d’autres personnalités pour une mise en ligne jeudi prochain. Je vous livre donc le billet que je leur envoie, répondant à leur question:
Et maintenant, que fait-on pour tenter d’enrayer la catastrophe?

Il faut rendre constructive la légitime colère inspirée par le mensonge, le mépris, la suffisance d’un Ministre menteur. C’est un salopard ! Mais le peuple, les salariés, celles et ceux pour qui le changement de société est une nécessité, n’ont pas besoin de nous pour comprendre que c’est un salopard. Ils le pensent, ils le disent et parfois cela les éloignent de la politique car ils pensent que ces politiques « sont tous les mêmes » !

Elu local, je peux témoigner que nous ne sommes pas tous les mêmes ! A Gennevilliers, au-delà des désaccords profonds sur nos choix de société, les élus UMP, comme les élus socialistes, Verts, communistes ou sans appartenance politique, vivent comme les Gennevillois, se dévouent à leurs idées, sont des militants sincères. Ce sont des femmes et des hommes dignes. C’est vrai chez nous, c’est vrai ailleurs dans de très nombreuses villes. Moi-même je mets en ligne sur mon site internet mes feuilles d’imposition chaque année depuis 1989. Je démontre ainsi que je reverse mes indemnités d’élu, et surtout que je ne m’enrichie pas par mes fonctions. Mais dire cela, faire cela, ne suffit pas, ne suffira pas même si c’est vrai.

Nous sommes nombreux à redouter le pire avec une montée de l’extrême droite ou du retour d’une droite extrême comme Sarkozy. Les citoyens ont tout à perdre dans un réflexe poujadiste, un rejet de la politique. Il faut, au contraire, faire de la politique, la réinvestir, la transformer, revivifier le conflit politique, proposer une alternative.

Regardons en face ce que révèlent ces scandales à la tête de l’Etat entre un ministre menteur, planquant ses millions en Suisse et ce trésorier de campagne du président faisant transiter ces millions par les îles Caïman, pendant qu’à droite d’autres affairistes sont aussi jugés : ces affairistes n’ont aucun intérêt à ce que la société change. Eux-mêmes, leurs amis, leurs relations ont tout à perdre dans une nouvelle répartition des richesses où l’argent servirait à rétribuer le travail, développer les services publics, promouvoir le développement humain, plutôt que d’être accaparé par la finance. Le changement maintenant ce n’est pas leur intérêt. On comprend mieux la timidité des attaques contre la finance dans les programmes présentés lors des présidentielles.

Proposons donc au peuple, aux salariés, aux chômeurs, à la jeunesse, aux retraités de choisir de changer de système. Discutons et parlons franchement et fortement : il y a d’un coté les partis politiques qui veulent garder ou tempérer le système capitaliste et d’autres qui veulent changer de système. Parlons aussi franchement sur qui décide si ce n’est le peuple lui-même par son vote. C’est lui qui donne plus de poids à un camp plus qu’à un autre, par son vote ou par son abstention. Ce raisonnement à voix haute dans notre société ne peut être productif que s’il n’est pas culpabilisateur, mais mobilisateur. Le Front de gauche a une responsabilité pour réussir dans ce cadre.

Il doit retrouver ses accents mobilisateurs de la présidentielle car joyeusement révolutionnaires, joyeusement contestataires, joyeusement rêveurs. Il faut faire appel à ce que les femmes et les hommes de notre pays ont de meilleur : le sens de la solidarité, du partage, de la liberté, de l’égalité, de l’en-commun. Il faut retrouver de l’élan, celui du non qui construit, celui de la révolte qui propose autre chose et autrement, celui qui donne à voir et à comprendre une autre logique pour notre société : le choix de l’humain d’abord. Il faut donner du sens au projet de vie de chacun.

La politique c’est beau quand le peuple s’en mêle, quand le conflit d’intérêt d’exprime politiquement. Il faut donc réinjecter du conflit politique dans le débat national.

Patrice Leclerc
Conseiller général des Hauts-de-Seine
voir tous les points de vue sur le site de Regards: http://www.regards.fr/journee-cahuzac/Et-maintenant-on-fait-quoi-Ils,6499

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *