Actualités générales

A l’intention de celles et ceux qui s’identifient (ou aimeraient) à la classe moyenne

Amis, chaque jour leurs mots ne visent qu’un but : diviser, toujours diviser. Entre le grec et le français, entre l’immigré et le natif, entre le CDD et le CDI, entre le public et le privé, entre celui ou celle qui se pense de la classe moyenne et l’ouvrier.

Et nous tombons dans leurs pièges… Nous essayons de nous distinguer. De dire que nous avons un peu plus. Avec ce portable, avec ces vêtements, avec ce boulot, nous pensons avoir un peu plus.

Pourquoi ? Pourquoi ne pas être fier d’être simplement des étudiants, des travailleurs ? Pourquoi ne pas être fiers, nous qui n’exploitons personne, qui nous éduquons, qui produisons les biens, matériels et intellectuels, utiles à la communauté humaine ?

Pourquoi s’extasier devant leurs journaux people qui montrent ces belles personnes si riches et si misérables ?

Pourquoi ?

Autour de vous, chaque fois qu’un de vos amis perdra son temps à haïr celui qui a un peu plus, celui qui est différent, dites-lui : arrête, arrête, sois fier, sois fier car l’ouvrier le plus exploité sert mieux la République par son travail que tous les Ministres assis sur les bancs du gouvernement.

Autour de vous, chaque fois qu’un de vos amis pensera qu’il est de la classe moyenne, qu’il est un peu protégé, dites-lui : tu as un peu plus mais pas grand chose de plus alors sois fier, sois avec nous, car ceux qui travaillent ont une seule force, et cette force c’est d’être ensemble. Et cette force peut tout changer !

Autour de vous, chaque fois que vous entendrez maudire la politique, répétez-le, dites-le fort : la politique sans le peuple, c’est la liberté des puissants. La liberté du peuple, c’est la politique, par, pour et avec le peuple.

Dans la tempête, l’histoire retient celles et ceux qui se lèvent, qui se tiennent droit, qui indiquent un chemin nouveau. De Robespierre à Marx, de Jean Jaurès au Mahatma Gandhi, l’histoire retient celles et ceux qui ont eu le courage d’en changer le cours.

Alors aujourd’hui, alors que chaque jour meurent de faim des êtres humains que le cout de dix jours de guerre pourrait sauver pendant une année entière, faites passer le message, dites le autour de vous, il est temps d’être debout : car aujourd’hui la mobilisation de la jeunesse et du monde du travail n’est pas un problème, c’est la solution à la crise !

Dans huit mois aura lieu l’élection présidentielle. Nous devons ensemble prendre une décision. Allons-nous lutter ? Allons-nous décider que l’élection présidentielle et les élections législatives marqueront le grand retour du peuple sur la scène politique ?

La gauche populaire, la gauche vivante, la gauche syndicale, la gauche intellectuelle sont en France des forces immenses. Et pourtant nous ne sommes pour le moment qu’un désordre de courage.

Notre responsabilité est de trouver le chemin de l’unité !

(extrait du discours de Pierre Laurent, secrétaire national du PCF, à la fête de l’Huma 2011)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *