action sociale

24/06/2011 question orale sur la cité de l’enfance

SEANCE DU CONSEIL GENERAL DU 24 JUIN 2011 – GROUPE COMMUNISTE ET CITOYEN – QUESTION ORALE DE MADAME CATHERINE MARGATE – A MONSIEUR LE PRESIDENT DU CONSEIL GENERAL RELATIVE A LA CITE DE L’ENFANCE

Monsieur le Président,

Depuis la loi de décentralisation de 1983, la Cité de l’Enfance a intégré les établissements départementaux de l’aide sociale à l’Enfance en charge de prévenir la maltraitance des mineurs et d’assurer, en cas de risque, leur placement en accueil d’urgence.

Trois structures existent sur les Hauts de Seine pour permettre une plus grande proximité avec les familles : au Plessis Robinson, à Nanterre et à Villeneuve la Garenne.

 

Celui de Villeneuve la Garenne a été ouvert en 1987. Construit pour accueillir 20 enfants, en 2006, les travaux d’extension auraient permis d’obtenir une capacité d’accueil de 24 places pour des enfants de 3 à 13 ans. Mais depuis juin 2010, ce foyer d’accueil d’urgence est en veille suite à des difficultés de gestion de l’établissement et une situation de « violences institutionnelles ».

 

Plus aucun enfant n’a été accueilli dans ce foyer, depuis maintenant un an, quand les besoins sont si pressants dans notre département et que la rénovation de la Cité de l’Enfance du Plessis Robinson a ramené sa capacité d’accueil de 72 à 60 places, soit 12 places de moins avec la fermeture d’un des quatre pavillons, sans aucun accueil pour les filles.

 

Cette situation est d’autant plus insoutenable que les personnels : cadres, agents socio-éducatifs, administratifs, agents techniques et d’entretien, aides soignantes, psychologues, médecin pédiatre,  39 au total, présents sur le site, sont payés. Un coût à mettre en rapport avec le coût d’un prix de journée en foyer, estimé entre 240 et 300 €.

 

Je voudrais également attirer votre attention sur la souffrance au travail de ces personnels, qui attendent depuis des mois une activité professionnelle, comme le révèle un audit réalisé en mars 2011 par le CHST de la Cité de l’Enfance. Une situation qui n’a pu être évoquée à la commission de surveillance, cette instance n’ayant pas été convoquée depuis le 9 juin 2010. Un audit ayant également été réalisé par le Conseil général, je demande qu’il soit communiqué à cette assemblée.

 

Pouvez-vous nous dire ce que vous comptez faire, Monsieur le Président, pour que ce foyer d’accueil d’urgence puisse à nouveau répondre à ses missions d’accueil, d’observation et d’orientation des enfants en souffrance. Est-il nécessaire de rappeler que pour ces enfants, confiés par l’autorité judiciaire ou par un service territorial de l’Aide Sociale à l’Enfance, il est cependant nécessaire dans la plupart des cas, de maintenir le lien familial ?

 

Que comptez-vous faire, Monsieur le Président, pour que ce foyer de Villeneuve ouvre de nouveau avec des cadres formés pour ce travail ?

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *