Gennevilliers

Des sujets de campagnes bien nauséabonds

patrice.jpgLa semaine dernière, deux tracts dans la boite à lettres ont retenu mon attention. Ils ont surtout développé mes inquiétudes sur des thèmes de campagnes qui s’appuient sur les peurs.

Un tract du Front national qui fait résonner la haine avec un titre contre « la gratuité pour les clandestins ». La haine de l’autre est comme toujours avec le FN proposée comme solution au mal vivre. Un moyen pour épargner les véritables responsables du chômage, de la casse des services publics, de la misère et de la pauvreté. C’est un premier tract qui en annonce d’autres puisque le responsable du FN dans le 92 se présente à Gennevilliers contre Jacques Bourgoin. On va sûrement aller de tract haineux en tract haineux. Ce n’est pas bon pour le vivre ensemble !

Plus surprenant, plus décevant, le premier tract de la candidate socialiste qui titre « Insécurité, les Gennevillois n’en peuvent plus ». Un tract qui fait comme si la Municipalité (dont elle fait partie et vote toutes les décisions) était responsable de la situation, pas un mot sur les responsabilités gouvernementales et qui conclue par la proposition de création d’une police municipale. Tout le monde voit le rapport avec le conseil général ??? Il y aurait pourtant à faire en demandant plus de crédit pour les clubs de prévention, une action sociale et des aides pour la jeunesse plus efficaces, un soutien aux entreprises d’insertion, aux associations et régie de quartier, etc… Tout cela serait efficace et de l’ordre des missions du Conseil général.

 

Demander publiquement une police municipale (sans l’avoir demandé dans une réunion municipale – double langage ?) est pour le moins décalé dans une campagne cantonale. Par ailleurs, tout le monde constate que dans les villes socialistes ou de droite où des polices municipales ont été instaurées cela va mieux. C’est évident aux Mourinoux à Asnières, à Colombes, à Levallois ???? A se demander pourquoi les maires d’Asnières, de Colombes ont, avec le maire de Gennevilliers, demandé à ce que la police nationale ait une action de proximité et que les effectifs des commissariats ne soient plus négatifs…. Il faudrait aussi évoquer le coût financier d’une police municipale pour une commune. Des millions d’euros qui seront pris sur quel budget : le social ? le logement ? etc…

 

Mais l’important n’est pas le débat sur l’utilité ou pas d’une police municipale (encore ne faudrait-il pas, au regard des expériences ailleurs, mentir aux Gennevillois en leur faisant croire qu’il y a là une solution à leur légitime aspiration à vivre en toute tranquillité).

 

L’important, mon inquiétude, c’est que la candidate socialiste choisisse comme premier thème de campagne, comme mise en avant public le thème de la sécurité. Un thème où il vaut mieux essayer d’agir pour trouver des solutions que parler pour dénoncer au risque de renforcer « le vote pour l’original plutôt que la copie ». Il faut tirer les leçons de l’expérience : la mise en avant de ce thème par Jospin, ne lui a pas réussi, pas plus qu’à Ségolène Royal, face à un Sarkozy qui a fait de la surenchère avec le FN. Après les discours, la situation a empiré et le FN ramasse les bénéfices. La gauche n’a pas intérêt à ces surenchères sécuritaires, les populations n’ont plus.

 

Je n’oublie pas que de très nombreux électeurs socialistes ont voté pour moi dès le premier tour des élections cantonales. Je respecte leur opinion. Nous ne sommes peut-être pas d’accord sur tout, mais nous le sommes sur l’essentiel : notre volonté de battre la droite et l’extrême droite, notre volonté de faire gagner la gauche pour mener une politique de gauche. Je sais donc qu’ils ne peuvent se reconnaître dans une campagne prenant les thèmes de prédilection de la droite sarkozyste ou du FN. Au-delà de l’erreur électorale qui ne profite qu’aux adversaires, cette erreur place le débat politique sur un terrain favorable à celles et ceux, démagogues, qui promettent que cela ira mieux en trouvant des boucs émissaires, qui proposent de s’attaquer aux conséquences plutôt qu’aux causes.

 

Cet axe de campagne est irresponsable. Je ne le comprends pas.

J’ai du respect pour la personne courageuse dans ses engagements syndicaux, sa façon d’être et d’agir. Mais elle est très mal conseillée dans ce choix contesté par une grande partie des socialistes et par la gauche en général.

Je comprends que la candidate PS cherche à se distinguer, mais qu’elle ne se distingue pas à droite. Nous avons beaucoup à faire à gauche pour que la vie des gens s’améliore….

NB: pour vous faire un avis par vous même, vous trouverez le tract incriminé ci-joint.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *