La lettre et bulletin

Réponse à l’invitation du Préfet des Hauts-de-Seine à Débattre.

J’ai reçu ce jeudi 3 décembre un carton d’invitation de Patrick Strozda, Préfet des Hauts-de-Seine pour participer « au grand débat sur l’identité nationale organisé à Nanterre » le mardi 15 décembre à 17h en Préfecture.
J’ai répondu en reprenant les termes de l’appel de Médiapart « nous ne débattrons pas »

Monsieur le Préfet,

J’ai reçu ce jeudi 3 décembre 2009 votre invitation à participer « au grand débat sur l’identité nationale organisé à Nanterre » ce mardi 15 décembre, et je vous en remercie.

Par principe, je suis favorable au débat. A sa liberté, à sa pluralité, à son utilité. C’est pourquoi je refuse le « grand débat sur l’identité nationale » organisé par le pouvoir : parce qu’il n’est ni libre, ni pluraliste, ni utile.

 

 


Il n’est pas libre car c’est le gouvernement qui le met en scène, qui pose les questions et qui contrôle les réponses. Il n’est pas pluraliste car sa formulation réduit d’emblée notre diversité nationale à une identité unique. Il n’est pas utile car cette manœuvre de diversion est une machine de division entre les Français et de stigmatisation envers les étrangers.


Affaire publique, la nation ne relève pas de l’identité, affaire privée. Accepter que l’Etat entende définir à la place des citoyens ce qui leur appartient, dans la variété de leurs itinéraires, de leurs expériences et de leurs appartenances, c’est ouvrir la porte à l’arbitraire, à l’autoritarisme et à la soumission.


La République n’a pas d’identité assignée, figée et fermée, mais des principes politiques, vivants et ouverts. C’est parce que j’entends les défendre que je refuse un débat qui les discrédite. Je ne tomberai pas dans ce piège tant j’ai mieux à faire : promouvoir une France de la liberté des opinions, de l’égalité des droits et de la fraternité des peuples.

En vous remerciant de votre attention,

Soyez assuré, Monsieur le Préfet, de l’expression de mes sentiments les meilleurs.

Patrice Leclerc

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *