Conseil local éducatif

Gennevilliers: Intervention au 2e Forum de la Réussite

2ème forum de la réussite 17 mars 2009

Intervention de Patrice Leclerc

au nom des élus du groupe de pilotage des Assises

Nous avons beaucoup appris de ces 5 mois de réunions. Des critiques, des remarques, des propositions, des réflexions, des souffrances parfois, se sont exprimées. Il y a beaucoup d’attente, d’espoir. Pour être franc, il y a aussi des personnes qui n’attendent rien. D’autres qui pensent que l’on ne fera rien

.

Personne n’a l’illusion que la Ville de Gennevilliers, peut tout régler, tout faire seule dans son coin. La grande majorité des personnes rencontrées perçoit bien les dangers qui pèsent sur tout ce qui est éducatif en France, avec les attaques contre l’école, contre l’éducation populaire, contre le savoir.

Mais l’idée que nous pouvons progresser ici, agir, intervenir et innover pour donner le meilleur aux enfants de Gennevilliers, est une idée que nous voulons concrétiser avec vous.

Notre ambition peut paraître démesurée. Elle l’est un peu, et demande beaucoup de travail. Nous ne sommes pas au bout de celui-ci.

Nous avions deux objectifs en décidant de ce processus d’Assises :

faire de la réussite et l’émancipation des enfants la priorité municipale. Avoir un débat public pour élever le niveau d’exigence éducative dans notre ville. Avec la participation de plus de 500 personnes différentes, nous avons engagé ce processus.

Aboutir à la fin des assises, le 16 mai, à des propositions nouvelles sur notre ville élaborées avec les habitants, les professionnels, les experts et les élus. Aujourd’hui, nous vous proposons, un point d’étape pour vérifier si nous sommes sur la bonne voie.

Le mot « réussite » est questionné, critiqué à juste titre pour ce qu’il contient d’individualiste, de normalisateur, voire de ce qu’il sous entend de concurrence entre individus. Les valeurs auxquelles nous nous référons portent sur le « réussir ensemble », le développement de l’autonomie, l’émancipation, l’épanouissement, qui passent par la création des conditions pour les enfants de la maîtrise de leur propre avenir, de leur ouverture au monde.

Un « réussir ensemble » pour donner le mieux aux enfants « à l’aise » comme à ceux qui sont « en difficulté ». Un réussir ensemble qui passe par la découverte et l’affirmation d’une ambition pour trouver sa place dans la société. D’une ambition qui ne peut se développer qu’en référence à des parents, des adultes, une société, eux-mêmes exigeants et ambitieux sur tout ce qui est éducatif. Cette ambition collective est à développer, à traduire dans nos politiques publiques.

Nous dégageons quatre grands axes d’interventions possibles de notre collectivité, quatre fils conducteurs pour nos actions municipales, dans nos partenariats :

1. travailler la question du langage dès la petite enfance. Le langage comme support de la pensée. Cette question a été au cœur de toutes nos réunions.

2. développer l’accompagnement des enfants, des jeunes, des parents. Les jeunes comme les parents, demandent plus de soutien, d’accompagnement, d’aide. Il faut élargir les publics touchent.

3. améliorer et rendre plus visible l’attractivité de l’offre éducative, l’image de la ville, l’image de soi. Cette demande s’exprime sur différents aspects que ce soit par des jeunes ou des profs des collèges, par l’image qu’on les adultes d’eux mêmes.

4. Elever le niveau d’exigence éducative, de la ville et de nos services, de la communauté éducative et donc des parents, des enseignants, de la population.

Je ne développe pas tout ce que nous souhaitons travailler d’ici le 16 mai, mais je donne à voir quelques pistes sur chacun de ces quatre axes.

Que l’on s’entende bien, il ne s’agit pas de décisions prises par la municipalité, mais de pistes de travail que nous demandons à notre administration d’instruire pour pouvoir décider. D’autres propositions verront certainement le jour d’ici le 16 mai. C’est à souhaiter. Ce n’est donc pas exhaustif.

Nous sommes attentifs à vos propos. N’hésitez pas à nous dire si « nous sommes à coté de la plaque » ou non, si ces pistes sont les bonnes, si vous en voyez d’autres.

  1. travailler la question du langage, c’est une question que nous voulons inscrire dans le projet éducatif de la ville et les projets pédagogiques de toutes nos structures. Cet axe de travail nécessite en lien avec les services concernés de travailler sur deux plans :
    1. notre politique d’embauche
    2. un plan de formation continue des personnels en place en lien avec notre projet éducatif. Chaque adulte en relation avec les enfants est concerné.

Les bibliothèques pourraient développer des actions en direction des touts petits et de leurs parents. Mise à l’étude du développement d’une action déjà engagée : « les racontines » dans les bibliothèques. Des mesures municipale et inter partenariale sur la place du livre dans les structures municipales et à l’école, sur l’avenir du Plan d’aide à la Lecture tel que nous le menons aujourd’hui sont à travailler. Une co évaluation EN et Ville va se faire pour engager de nouvelles propositions.

Les services municipaux pourraient intégrer dans leurs actions les réflexions de Serge Boimare sur « les enfants empêchés de penser », une commande en ce sens sera faite aux centres de loisirs sur la place des contes, de la lecture et du débat avec l’autre.

  1. développer l’accompagnement des enfants, des jeunes, des parents. Nous engageons la mise en œuvre du réseau étudiant, comme lieu d’entraide, comme réseau social. Un comité de pilotage se met en place dans les semaines qui viennent. Des initiatives doivent être prises par la Ville ou avec nos partenaires, pour aider les jeunes et les parents sur l’orientation scolaire.

    Les services réfléchissent à un dispositif global de soutien et d’accompagnement permettant de faire connaître toute l’offre éducative et culturelle sur la ville, dispositif allant à la rencontres des parents pour passer « les codes » favorisant la réussite de son enfant,..

    Nous pensons créer des cycles de travail et de formation, ouverts à l’ensemble des institutions, sur la relation aux parents, pour favoriser l’appropriation et la maîtrise des codes sociaux, linguistiques et institutionnels.

Plusieurs propositions ont été faites sur des lieux d’accueil pour la petite enfance et les parents type « maison verte », d’autres proposent un lieu ressources type « maison des parents » regroupant les différents partenaires associatifs et institutionnels. Ces propositions n’étaient pas dans notre programme municipal, elles demandent un travail approfondit. Nous mettons en place un groupe de travail, type conseil local d’étude, composé des services municipaux, de professionnels, de parents. Ce conseil remettra au maire un rapport en Octobre 2009 pour nous permettre de prendre des décisions. En effet, toute la politique de la ville sur la petite enfance doit être interrogée. Les transferts de charge par le conseil général sur notre ville nous amènerons, à terme, à gérer les crèches. Une étude sur un équipement multi accueil de la petite enfance dans le futur centre ville est en cours. Il y a donc un travail de cohérence, de synergie à engager sur notre politique petite enfance.

  1. améliorer et rendre plus visible l’attractivité de l’offre éducative, l’image de la ville, l’image de soi.

Nous demandons aux services de travailler à des initiatives de valorisation de parcours de réussite.


Un travail inter partenarial s’engage pour la relance de l’enseignement de l’allemand à Gennevilliers avec l’objectif d’ouvrir des 6e bilangues anglais/allemand appuyées sur la présence de locuteurs allemands dans le premier degré. Nous engageons une discussion avec nos partenaires de l’EN pour avoir des locuteurs en langues étrangères, pris en charge par la Ville, dans les écoles élémentaires, comme nous pourrions engager les centres de loisirs, le service des vacances, ou des classes de découverte dans la mise en œuvre de projets permettant de pratiquer une langue étrangère.


Le service des sports travaillera avec l’Education nationale à améliorer nos performances sur la natation scolaire.


Gros dossier attendu par les parents, nous s’engageons une étude par les services municipaux sur la journée du mercredi. L’organisation de celle-ci doit favoriser des passerelles entre le centre de loisirs et les pratiques culturelles ou sportives associatives l’après midi. La possibilité d’inscription à la demi-journée en centre de loisirs doit être étudiée.

Un groupe de travail pourrait « plancher » sur les Technologies de l’Information et de la Communication pour l’Education, favoriser l’utilisation des tableaux numériques, d’internet à l’école.


  1. Elever le niveau d’exigence éducative

Avec l’Education Nationale nous engageons dans le prochain mois une évaluation de la Charte éducative des 2/3 ans.
Nous demandons aux services de la ville de travailler un projet de sensibilisation des parents à l’importance de l’apprentissage culturel pour la réussite de leurs enfants.

Sur ce champ, le quantitatif a beaucoup d’importance pour toucher, celles- et ceux qui n’ont pas de pratique d’utilisation des équipements culturels. Nous souhaitons travailler à une nouvelle offre de sensibilisation culturelle le samedi matin, en appui sur nos trois écoles (arts plastiques, danse et conservatoire) qui pourrait être construite sur une tranche d’age du niveau CP.


C’est dans l’objectif d’élever le niveau d’exigence éducative que nous pourrions en articulation à des journées de réflexions sur la petite enfance avec des parents, des professionnels, poursuivre toute l’année des cycles de conférences comme nous en organisons pendant ses assises.

Voilà très rapidement brossé, les pistes de travail que nous vous proposons d’engager. Ce n’est exhaustif, les élus qui copilotent les assises compléteront dans la discussion.

Rien n’est bouclé, vos réactions, vos apports ce soir sont importants. Les services municipaux seuls ou en partenariat engageront ensuite un important travail de formalisation, nous aurons à prendre des décisions, d’ici au 16 mai.

Vous pouvez retrouver sur le site des Assises la Conférence de Serge Boimare « Echec scolaire et empêchement de penser ».

Les prochaines conférences:

Lundi 23 mars 18h30 conférence de Stéphane Bonnery, conférence sur le thème « l’enfant en échec n’éxiste pas »
Samedi 4 avril 10h conférence d’ Alain Bourgarel, responsable de l’OZP, conférence sur le thème «  « ZEP, REP, RRS, RAR, quelle histoire et quel avenir pour la réussite à Gennevilliers »

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *