Des appels divers et variés

Unité dans la diversité pour faire gagner la gauche de transformation !

Adresse de Denis Sieffert lors du meeting du Front de gauche de Marseille, le 10 février.

 

Chers amis, et chers camarades,

 

Ne pouvant, hélas, être avec vous ce soir, je vous adresse ces quelques mots au nom de l’Appel de Politis. J’ai participé la semaine dernière au meeting de Montpellier qui a été un plein succès. Je suis sûr que le meeting de Marseille va poursuivre et amplifier la dynamique unitaire que nous souhaitons tous. Je me garderai ici de faire l’analyse de la situation économique, sociale et politique. D’autres le feront avec talent et pertinence. Je veux seulement souligner que créer une véritable alternative politique est une urgente nécessité, non seulement en vue des échéances électorales, mais pour donner perspectives et espoir au mouvement social.

 

Depuis le 14 mai dernier, date à laquelle nous avons lancé notre Appel « l’Alternative à gauche, organisons-là ! », et depuis la réunion nationale des signataires de l’Appel, qui s’est tenue le 11 octobre à Gennevilliers, le paysage politique a bien changé. Le Parti de gauche s’est crée. Le parti communiste a donné dans son comité national du 24 octobre des signes d’ouverture très encourageants, le NPA s’est constitué, ainsi qu’une fédération qui regroupe notamment les Alternatifs, les Collectifs unitaires, Alter Ekolo, Ecologie solidaire et l’Association des Communistes unitaires.

 

On nous a souvent demandé si cela était conforme à notre souci d’unité. La réponse est oui, mille fois oui.

 

Nous n’avons jamais rêvé d’uniformité.

Nous voulons l’unité.

Une unité dans le respect de la diversité des cultures, et des histoires.

 

Vive cette diversité donc ! Et ce dynamisme nouveau.

La question n’est pas le nombre des organisations.

La question réside dans le souci d’ouverture de chacune d’elles.

Un souci d’ouverture à d’autres nécessités de l’époque, et en particulier, à l’écologie pour tous ceux qui viennent d’une tradition sociale.

A cet égard, ce que nous avons entendu à Montpellier notamment est très encourageant.

 

Mais la politique n’est jamais abstraite. L’échéance des élections européennes du mois de juin est une formidable occasion de concrétiser nos souhaits d’unité. Non seulement un très bon score des listes unitaires de la gauche sociale et écologiste, pour une autre Europe, constituerait une réponse démocratique à tous ceux qui ne veulent tenir aucun compte du suffrage populaire du 29 mai 2005, mais il créerait en plus une dynamique pour la suite. Ce serait un formidable point de départ pour créer un front de la vraie gauche, la gauche de transformation sociale.

 

C’est pourquoi, nous nous félicitons que la plupart des forces de cette vraie gauche soit là ce soir, côte à côte. Et c’est pourquoi, nous nous adressons aussi aux absents, nos amis de la majorité du NPA dont nous connaissons les réticences. Il serait pour le moins paradoxal, au nom du refus de tout compromis futur avec le Parti socialiste, de couper les ailes à la liste dont les élus ne rallieront pas le parti socialiste européen, partisan du traité de Lisbonne ! Et ce serait donner un signe négatif au moment où nous avons tous besoin d’unité et d’espoir. Car rien ne nous divise sur le fond. Et c’est cela l’essentiel !

 

Denis Sieffert

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *