communistes unitaires

Mars 2007 – Contribution françois Asensi

Contribution de François Asensi à la rencontre des communistes unitaires du 24 mars 2007 à Paris 8 – Saint-Denis

 

 

 

 

Une crise qui n’en finit pas…

 

 

 

Amorcé à la fin des années 50, amplifié dans les années 70 et accéléré depuis, l’affaiblissement continu du PCF, comme en atteste les résultats aux différentes élections nationales et locales, n’en finit pas.

 


 

Il est à craindre lors des prochaines consultations, que faute d’avoir réussi à rassembler tout l’arc anti-libéral et s’être mis d’accord sur un candidat commun, l’éparpillement à gauche du PS dans lequel notre formation s’inscrit, conduise à un nouveau recul.

 

Force est de constater que le PCF n’a plus de représentation sur l’ensemble du territoire national. Dans maints endroits, il est marginalisé, voire totalement absent. C’est ainsi que depuis 88, nous avons été élus à l’Assemblée nationale dans seulement 40 circonscriptions sur 577. En 2002, sur 555 circonscriptions de la métropole, nous n’avions pas de candidats dans 68 d’entre elles. Dans 347 autres,  le Parti ne dépasse pas 5 %. Parmi celles-ci, 107 sont inférieures à 2 %.

 

L’histoire du PCF a toujours été marquée en son sein par des contestations politiques qui ont toutes été éradiquées.

 

Faute de démocratie interne et de règles du jeu démocratique assurant le pluralisme des opinions, ces contestations étaient interprétées comme des attaques contre le Parti lui-même, diabolisées par les directions qui les qualifiaient  d’« anticommunistes ». Le caractère infaillible du PCF, conçu comme le parti guide, a vu des centaines de milliers de militants en être exclus ou le quitter. Le recrutement de nouveaux adhérents, tant que le Parti représentait un horizon possible, a maintenu pendant des années une organisation qui pouvait assumer dans le registre « pertes et profits » ces départs permanents. Reste qu’aujourd’hui, avec l’effondrement du mur de Berlin, les jeunes générations ne voient plus le communisme comme un avenir possible, le suspectent d’être liberticide, d’où le peu d’attractivité envers le PCF et son corollaire le vieillissement des cadres et des militants.

 

Ces trente dernières années, les communistes critiques avaient centré leurs désaccords sur la vie intérieure du parti, le respect de la pluralité des sensibilités. Ils tentèrent de procéder au renouvellement de l’idée communiste dans l’ère post stalinienne, puis ensuite dans celle de l’effondrement du mur de Berlin qu’ils pressentaient, avec en héritage le champ de ruines du socialisme réel.

 

Aujourd’hui la critique est d’une toute autre nature. Elle tient compte des conséquences d’une économie capitaliste mondiale globalisée qui accélère sa propre intégration et des politiques libérales mises en place dans les principaux pays capitalistes développés. Ces deux données conduisent les communistes à repenser leur stratégie d’émancipation sociale et de libération humaine ainsi que les relations entre les  partis et les forces sociales se réclamant de la gauche, tout comme la place et le rôle de l’Etat.

 

L’appétence du parti socialiste pour les politiques sociales libérales,  son adaptation permanente en fonction des présupposées réalités économiques conduisent cette formation à s’éloigner progressivement d’une ligne de transformation sociale et à s’inscrire dans le cadre européen dominé par le libéralisme, tandis que l’Etat se met en retrait de ses missions républicaines.

 

Dans un tel contexte, affirmer comme le déclarait Marie-George Buffet, que le PCF  voulait faire bouger toute la gauche pour l’ancrer sur un projet gouvernemental en rupture avec le social libéralisme, est totalement illusoire, et in fine, démoralisateur.

 

De cette thèse découle, à mon avis, le refus des dirigeants d’aller au bout d’une démarche de rassemblement des forces anti-libérales autour d’un candidat commun. Fallait-il espérer du Parti Socialiste en retour d’un soutien tacite à son projet, qu’il puisse aider le PCF à maintenir ses positions électorales ? Poser la question, c’est y répondre lorsque l’on observe partout sa volonté dominante de réduire à leur plus simple expression les formations situées à sa gauche.

 

En tout lieu, la direction actuelle du Parti Socialiste cherche à supplanter les positions électorales du Parti Communiste Français, de la manière qui n’est pas des plus élégantes.

 

Ce qui est en jeu aujourd’hui en France, c’est bien de savoir quelle force, quel projet exerceront une hégémonie culturelle sur la gauche. Le rassemblement anti-libéral, avec son candidat, aurait pu amorcer des changements fondamentaux à gauche susceptibles de lui donner la force de battre la droite et d’orienter la société vers le progrès.

 

A ce propos, laissons les bonimenteurs inventer, pour justifier le refus du rassemblement, une petite gauche évidemment « gauchisante », fuyant les responsabilités.   

 

Quant à la question des « communistes unitaires » et de l’association, je considère qu’elle est pleinement d’actualité et qu’il ne faut pas en différer la constitution.

 

Ce qui me paraît faire consensus, c’est que des communistes, toutes générations confondues, avec leur propre parcours militant et leur patrimoine culturel restent viscéralement attachés aux valeurs essentielles qui ont marqué leur engagement militant, à une culture unitaire et de rassemblement. Ils estiment qu’ils peuvent apporter ce qu’il y a de plus transcendant dans leur parcours politique et porter cet héritage parmi d’autres courants de la gauche anti-libérale. De cette conjonction  et de ces croisements militants naîtra une force, qui se placera naturellement sur le terrain électoral mais n’en sera pas sa finalité. Cette force doit contribuer au mouvement des idées et s’appuyer en toutes circonstances sur les citoyens de ce pays. Ce dernier point pose naturellement la question existentielle du rôle d’une force de transformation sociale pour la société. Le débat est bien entendu ouvert.

 

Je pense aussi comme d’autres, qu’un espace nouveau est nécessaire qui réunisse les « communistes unitaires » parce qu’il faut combattre tout découragement, les départs, et peut-être la désespérance. Et puis il faut un signe de reconnaissance,  un label qui nous fédère, adhérents du parti, communistes de cœur et d’autres qui se retrouvent dans nos valeurs, et dont l’apport est indispensable pour produire de l’en commun, une véritable co-élaboration.

 

Il est vrai que l’appellation « communiste unitaire » est très circonstancielle. Elle fut  induite par le débat qui eut lieu sur la stratégie présidentielle. Pour faire simple et résumer, peuvent se reconnaître en tant que communistes unitaires toutes celles et tous ceux qui estimaient qu’une candidature non issue de nos rangs ne contredisait pas notre idéal communiste. Là encore, la diversité est de règle. C’est une richesse. Des choix différents se sont exprimés lors de la présidentielle qu’il faut respecter.

 

Cependant, les réserves émises sur le terme « communisme unitaire » doivent être entendues dans le débat. Il est vrai que ce terme nous renvoie au rapport avec le PCF et peut paraître nous déterminer uniquement par rapport à lui. Je considère que nous n’avons pas à construire un nouveau Parti communiste. Néanmoins, nous avons besoin d’un cadre autonome et d’une élaboration politique qui résulte de ce que nous considérons comme nos fondamentaux communistes.

 

A ce titre, je crois qu’il serait utile, dans la perspective des congrès, de proposer une politique alternative conforme à ce que nous estimons être aujourd’hui notre credo.

 

Nous devons être très attentifs à ce que le travail de mise en réseau et de coordination nationale, voire de prises de positions politiques ne reste pas l’affaire d’un microcosme parisien. Nous devons veiller également, et ce scrupuleusement, à ce que le travail théorique, nos propositions d’actions sociales et politiques, soient en permanence le résultat d’une vie démocratique et d’analyse partagée.

 

Enfin, il me semble nécessaire également de proposer des porte-parole, dans le respect de la parité homme femme et de la diversité de la société française en veillant à la  représentation des territoires.

 

Privilégiant le projet de société et le rassemblement de toutes les forces anti capitalistes, attachons-nous  avec modestie et humilité à être l’un des ciments de la force qui doit se construire.

 

Enfin, j’estime que cette force qui doit naître n’a pas comme seule vocation de conquérir des espaces de responsabilité politique qui ne peuvent être sa finalité. Son but  doit rester en toutes circonstances de rendre lisible à tous la visée d’émancipation humaine, et de garder le cap contre toutes formes d’aliénation en promouvant en permanence l’individu.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *