Gennevilliers

Intervention du maire de Gennevilliers après son élection

Mesdames, Messieurs,

Je vous remercie pour ce vote. Je souhaite dédier ce moment à toutes les familles endeuillées à cause du coronavirus, à nos amis ou membres de nos familles disparues. Dans cette période particulière, et en accédant à la fonction de maire et de conseillers municipaux, il est bon de penser à celles et ceux qui manquent. Il est juste de se rappeler que nous sommes des êtres fragiles, il est important de marquer ce début de mandat en soulignant qu’il y a des morts à cause des maltraitances d’un système économique sur la nature et sur les êtres humains.

Je vous demande donc d’observer une minute de silence en hommage à toutes les personnes disparues.

Contrairement à 2014, je sais aujourd’hui, ce qu’est être élu maire de Gennevilliers. Je ressens donc beaucoup d’émotion, devant cette confiance que la majorité du Conseil municipal vient de me confirmer par ce vote.

J’ai une pensée pour Jacques Brunhes et Jacques Bourgoin, les maires précédents qui ne peuvent partager ce moment avec nous à cause du huis clos de notre conseil. Je me situe à la fois dans la continuité et le renouvellement de leurs actions. Je pense aussi à Lucien Lanternier, à qui nous devons cet esprit d’audace populaire, ancrée dans notre ville.

Merci à vous toutes et tous pour votre vote qui me place en animateur de notre équipe municipale.

Sachez que je suis très fier de vous, de notre équipe pluraliste avec des communistes, des écologistes, des socialistes, des militantes et militants du Front de gauche, des femmes et des hommes progressistes non adhérents à un parti politique, des croyants et des non croyants, des jeunes et des moins jeunes, des personnes de cultures diverses mais solidement ouvertes sur le monde, tendant la main vers les autres.

Je suis fier de vous qui êtes à l’image de notre ville, fier de vous qui avez comme ligne de conduite le bien commun, et comme objectif la tenue de nos engagements de campagne, comme état d’esprit : la solidarité, la loyauté et la combativité. Merci à vous toutes et tous. Ces premiers mois de pandémie, vous avez déjà montré que vous étiez des femmes et des hommes de terrain, de proximité.

Je pense aussi aux élu-es de l’équipe précédente, qui ont beaucoup donné, qui nous ont légué un bilan apprécié et qui ne peuvent pas être avec nous aujourd’hui. Soyez sûrs que nous ne nous laisserons pas priver d’une fête, pour dire merci à celles et ceux qui ne sont plus élus, pour avoir le plaisir de partager un moment de joie après notre élection dont l’épidémie nous a privés. Nous le ferons dès que cela sera possible.

Cette émotion est aussi fortement teintée d’esprit de responsabilité. En effet, je sais, pour l’avoir vécu pendant 6 ans, qu’être maire c’est du 24h sur 24 au service des Gennevilloises et des Gennevillois. C’est être au service de toutes et de tous, qu’ils aient voté ou non pour nous. C’est à la fois des moments très passionnants, très enthousiasmants mais aussi très contraignants, très contrariants.

Merci, à ma famille, qui m’accompagne et me soutient, à ma femme, nos enfants. Merci d’accepter de me partager avec Gennevilliers. Je suis heureux d’avoir une famille qui, comme moi, considère qu’on ne peut pas être heureux tout seul, replié chez soi, sans s’occuper du bien commun.

Merci aux électrices et aux électeurs de Gennevilliers qui ont permis une élection de premier tour avec 58% des suffrages. Je mesure l’importance des responsabilités que vous nous confiez.

Merci de votre confiance renouvelée. Je sais, par expérience que cette confiance n’est pas une confiance aveugle. Nous savons que ce n’est pas un chèque en blanc.

Vous nous avez donné de la force, avec ce résultat électoral pour que nous continuons à agir à améliorer la situation, à changer ce qu’il faut changer, à continuer ce qui va bien. Vous nous avez donné de la force pour pendant 6 ans, et avec vous, agir avec détermination pour vous faire respecter, pour faire respecter Gennevilliers.

Permettez-moi de remercier les centaines de militantes et de militants communistes, du Front de gauche, socialistes, écologistes, les centaines de Gennevilloises et de Gennevillois qui n’appartiennent à aucun parti, mais qui sont engagés à nos côtés. Cette victoire électorale est aussi la leur, celle de leur investissement, de leur action bénévole. Merci à toutes celles et ceux qui m’ont reçu dans des mini débats d’appartement. Merci aux 2500 membres de notre comité de soutien, aux centaines de personnes qui ont travaillé avec nous sur notre programme. Nous continuerons de les associer pendant le mandat.

Je veux dire merci au personnel communal, de toutes catégories et de tout secteur de travail, pour le sens du service public dont il a su faire preuve pendant la pandémie et pour ce que nous avons fait  et ferons ensemble tout au long du mandat.

Je voulais aussi vous féliciter Monsieur NKonda car vous avez mené une grosse campagne. Vos militantes et militants n’ont pas compté leur temps. Vous avez fait le maximum. Cela vous a permis de modifier les rapports de force à droite puisque l’UDI, avec 15%, devient le premier groupe de droite devant les Républicains. Mais les électeurs ne vous ont pas suivi dans votre souhait de nous imposer un deuxième tour.

Madame Marichez, je sais que le résultat vous a peiné car vous perdez 2 élus au profit de Monsieur Nkonda, qui a ainsi 3 élus. Sachez que je respecte votre pugnacité à essayer de faire vivre ce que vous appelez une droite sociale…

Bravo Monsieur Lajili, avec ce scrutin, vous retrouvez vos trois élu-es du mandat précédent. Merci de vous être associé à la majorité municipale, à la gauche pour élire le maire.

Je veux dire à l’opposition municipale de droite comme divers-gauche, que nous la respecterons. Les 36 élus de la majorité municipale sont attachés à la qualité du débat d’idées, car c’est le socle de la démocratie. Nous n’avons pas les mêmes opinions, les mêmes objectifs et il est important que le débat sur le fond et public ait lieu.

C’est pourquoi, comme dans le mandat précédent, nous laisserons de la place à l’opposition dans des commissions et des conseils d’administration de manière bien plus importante que ce que la loi n’oblige et bien plus que ce qui est fait dans les villes gérées par l’UDI et LR.

Nous mettons ainsi en adéquation nos paroles et nos actes.

La majorité municipale sera attentive à mettre en œuvre son programme, car c’est son engagement envers les électrices et les électeurs. Nous continuerons à être toujours plus en proximité, car nous ne nous satisfaisons pas de l’abstention ou du retrait de la vie publique en dehors des élections de nombreux citoyens. Ce que nous vivons depuis 3 mois avec l’épidémie, nous renforce dans l’idée que l’on ne doit pas continuer à vivre comme cela avec une nature et des êtres humains maltraités par un système économique libéral. Il faut que la population réinvestisse la politique pour reprendre la maitrise de son destin.

L’élection est passée et nous avons encore beaucoup de travail pour améliorer la vie ici.

Nous voulons que nos enfants et nos petits enfants puissent continuer d’habiter ici, à Gennevilliers, dans la Métropole du Grand Paris. Cela nous pousse à agir contre la spéculation immobilière, à défendre le droit à un logement social de qualité, à développer l’accession sociale. L’enjeu est de taille, il s’agit tout simplement de défendre le droit à la ville, le droit à la Métropole pour les couches moyennes et les couches populaires.

C’est un enjeu social, c’est aussi un enjeu écologique et de mode de vie.

Un enjeu écologique car il faut cesser d’éloigner les gens de leur lieu de travail. La pollution s’aggrave à chaque fois que l’on éloigne les gens de leur lieu de travail, ce sont aussi des terres agricoles qui disparaissent avec l’étalement urbain.

C’est un enjeu de mode de vie, car il y en a assez de passer 1, 2 ou 3h dans les transports. Il y en a assez car c’est du temps en moins pour nos familles, nos enfants, pour nous cultiver, pour l’accès aux loisirs, pour la solidarité dans le quartier et la ville. Oui il faut changer cette façon de vivre en ville.

Il y a des sujets sur lesquels nous devons localement changer de braquet.

Je pense à l’enjeu environnemental, il ne s’agit pas de faire un peu plus mais de faire beaucoup plus et différemment. Notre collectivité locale doit mieux maitriser son impact carbone pour le diminuer fortement. Je pense au développement du bio, à la création d’une régie agricole pour essayer de fournir  nos cantines et nos marchés avec des produits bio et locaux. Je pense à la création d’une trame de la biodiversité qui traverserait notre ville.

Nous écoutons et nous entendons les Gennevilloises et les Gennevillois, qui disent comme tous les habitants de la métropole : la vie en ville est trop dure. Il y en a assez d’être stressé en permanence, assez de l’individualisme, assez de l’anonymat qui développe du repli sur soi, assez des incivilités insupportables au quotidien, assez de ne pas se sentir respecté comme être humain.

C’est un défi que nous vous proposons de relever avec ce mandat : inventer ici, une nouvelle façon de vivre en ville, plus respectueuse de l’environnement, plus respectueuse des êtres humains.

Nous avons les moyens et l’audace de le faire à Gennevilliers. Nous avons de bonnes bases, ce qui s’est passé pendant le confinement le montre.

La très grande majorité de la population est généreuse, solidaire, combative, courageuse. Nous pouvons ensemble relever ce défi du vivre en commun dans la fierté de toutes nos différences. Nous pouvons ensemble converger et nous donner de la force, rassembler pour un projet de ville original. Vivre à Gennevilliers est un choix positif, un choix de vie, un choix de ville.

Nous pouvons avancer sur le terrain de la coéducation pour faire en sorte que tous les adultes forment une communauté éducative autour des enfants, pour donner le meilleur à chacun d’eux, favoriser le développement et l’émerveillement de l’enfant autour de partage de savoirs.

Nous pouvons avancer sur le terrain du respect mutuel entre les générations, entre voisins, entre femmes et hommes, entre habitants, entre la ville et les citoyens, respect de l’environnement comme des façons de vivre différentes. Nous devons travailler au développement du lien social, au plaisir de se parler, de s’entraider, de s’écouter, d’agir ensemble pour le bien commun.

Dans ce cadre, le service public est un puissant vecteur d’égalité et d’accès au droit que nous défendrons.

Notre équipe municipale vous propose d’avoir cette audace d’inventer, de décider qu’ici on ne fait pas seulement un peu plus ou un peu moins qu’ailleurs, mais différemment !

Nous aurons le courage de déployer des politiques qui viseront à courir après le bonheur plutôt qu’après l’argent ou la société de consommation. Nous travaillerons ensemble à une frugalité heureuse.

Bref, nous avons beaucoup de travail.

Je souhaite à tous les membres de notre conseil, un bon mandat.

3 Comments

Répondre à Herrero Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *