Gennevilliers

La droite départementale s’attaque au Fonds de solidarité Logement

Communiqué de Presse des maires de Bagneux, Malakoff, Nanterre et Gennevilliers

Fonds Solidarité Logement : élus Front de gauche et citoyen craignent l’exclusion des familles les plus fragiles par le Département des Hauts-de-Seine

Le FSL a été créé pour favoriser l’accès et le maintien dans leur logement des personnes en situation de fragilité, souvent à cause d’un événement imprévu (chômage, séparation, accident, maladie) à assumer les dépenses liées à leur logement (loyer, énergie, eau, téléphone…). Il couvre des aides financières ponctuelles ou des mesures d’accompagnement plus durables.

Le Département, qui a la compétence du FSL, en avait depuis de longues années délégué la gestion administrative aux CCAS. Mais faisant fi des demandes répétées des CCAS et des conseillers départementaux Front de Gauche et Citoyens, le Département a toujours refusé de revaloriser sa participation financière à hauteur des moyens engagés pour gérer le FSL, en personnels notamment. Aujourd’hui, dans le cadre de la reprise du FSL en gestion directe par le Conseil départemental, la majorité départementale en profite pour en durcir drastiquement les conditions d’accès.

A titre d’exemple, les dettes ne doivent pas dépasser plus de 6 mois de loyer. Or, les impayés de loyer ne sont signalés qu’au bout de deux mois. Au vu des difficultés des Espaces Départementaux d’Actions Sociales, par manque de moyens, à assurer un accompagnement social complet et efficace, il est à craindre que les délais imposés seront dépassés et que nombre de personnes ne pourront plus bénéficier de ce dispositif. De plus, les usagers et les bailleurs, qui sont les premiers détecteurs de dettes locatives, n’auront plus la possibilité de saisir directement le FSL et ainsi de gagner un temps précieux dans l’instruction des dossiers. L’intervention du FSL sera également limitée et les montants des aides plafonnés.
Par ailleurs, le Conseil départemental prévoit de ne pas associer les Villes dans les commissions décisionnelles. Non seulement leur expertise de proximité est méprisée, mais elles sont privées de regard sur l’utilisation d’un Fond qu’elles continuent à abonder !

Après sa récente et inadmissible décision de mettre fin à son soutien aux familles de jeunes boursiers pour l’achat de la carte Imagin’R, la reprise par le Département de la gestion du FSL ne doit pas être une nouvelle occasion de faire des économies sur le dos des habitants les plus modestes.

Les élus du Groupe Front de Gauche et Citoyen du Conseil départemental et les Maires de Bagneux, Gennevilliers, Nanterre et Malakoff se battront, avec les acteurs du droit au logement, pour que les familles alto-séquanaises ne soient pas amputées d’une partie de leur droit au logement, qui est un droit fondamental.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *