Gennevilliers

Gennevilliers, signature d’un Pacte Culture avec Fleur Pellerin

Signature Pacte Culture, Mercredi 23 septembre 2015, Discours de Patrice Leclerc, maire de Gennevilliers

Madame la Ministre,
Monsieur le Préfet,
Madame la Directrice Régionale des Affaires Culturelles,
Mesdames et Messieurs,

La culture, c’est notre humanité. C’est avec cette affirmation que je vous accueille à Gennevilliers à l’école des Beaux-Arts Edouard Manet.

A Gennevilliers, nous faisons de la culture un enjeu majeur du développement humain.

Que ce soit du point de vue de la place de la création artistique, de la diffusion ou des pratiques. Nous faisons aussi le pari de l’excellence culturelle au service de l’ambition éducative que nous défendons pour chaque enfant gennevillois.

Ainsi, pour la première année, la mise en œuvre des Temps d’Activités Périscolaires a connu un grand succès en direction de tous les enfants, scolarisés en élémentaire, bénéficiant de Parcours d’Education Artistique et Culturelle. 97% d’entre eux ont bénéficié d’un parcours de 14 semaines sous la direction d’artistes intervenant recrutés dans nos établissements d’enseignement spécialisés ou auprès de compagnies artistiques.

L’éducation artistique vise à renforcer la capacité des élèves à penser et à apprendre par eux-mêmes, à prendre conscience de leur potentiel, et à l’utiliser pour leur épanouissement.

Nous menons une politique engagée en faveur de la lecture grâce à la vitalité de nos médiathèques et leur excellent travail de proximité.

Dans une ville populaire comme l’est Gennevilliers, nous constatons un fort déficit de transmission de capital culturel nécessaire à la réussite de chacun.
Une fois encore, ce sont les plus modestes qui sont les victimes de cette situation. Ils ne grandissent pas dans les beaux quartiers, ni dans des familles aisées disposant d’un fort capital culturel attendue par l’école. Mais à Gennevilliers, nous ne nous résignons pas, nous exigeons le meilleur.

Savez-vous, Madame la Ministre, que l’un des premiers actes de ce qui allait se transformer en Révolution Française s’est joué ici à Gennevilliers ?
C’était en 1783, Pierre Augustin Caron de Beaumarchais donnait la première représentation publique du « Mariage de Figaro » dans le château construit à Gennevilliers par Richelieu. Figaro, ce valet avait l’audace de dire à son aristocrate de maître, ces quelques mots qui symbolisent le vacillement de l’ancien régime et le refus de se soumettre à la fatalité de sa condition : « Noblesse, fortune, un rang, des places, tout cela rend si fier ! Qu’avez-vous fait pour tant de biens ? Vous vous êtes donné la peine de naître, et rien de plus ? (Le Mariage de Figaro, monologue de Figaro, (acte V sc3) ».
Nous faisons le maximum pour permettre à chaque enfant de se forger une culture qui lui permettra de se développer.

Les 29, 30 et 31 janvier 2016, nous inaugurerons le Conservatoire à Rayonnement Départemental Edgar Varèse, restructuré et agrandi, en vue de recevoir 1500 élèves au total.

Ce projet permettra de développer de nouvelles activités et, notamment, l’enseignement des musiques actuelles et des musiques orientales. Il intègrera également l’Ecole Municipale de Danse dès 2016.

Ce projet artistique et éducatif particulièrement ambitieux est aussi le fruit de l’excellence de l’enseignement développé par la formidable équipe de Bernard Cavanna au cours de ces 20 dernières années.

Madame La Ministre, si nous signons aujourd’hui ce pacte culturel, c’est en premier lieu car nous nous reconnaissons pleinement dans certaines des mentions de son préambule telles que :
– « La culture est un bien commun de la Nation.
– Plus qu’une compétence, la culture est une responsabilité partagée entre l’État et les collectivités territoriales ».

Création artistique, éducation artistique et culturelle, valorisation de notre patrimoine, encouragement des pratiques culturelles, vous l’avez compris, ce sont là des valeurs prioritaires de notre projet municipal.
Toutefois, lorsque vos services nous ont proposé de signer un pacte culture, nous avons d’abord hésité. En ces temps de diminution drastiques des ressources des collectivités locales (- 6,6 M d’€ annoncés pour le budget 2016 de notre commune), quelle allait être la contrepartie à charge pour notre collectivité ?

L’article 3 précise que les collectivités signataires s’engagent à ne pas réduire le montant de leur budget Culture, tel qu’exécuté en 2014, sur la période 15 – 17. Nous tiendrons cet engagement.

L’article 4 concernant le suivi de la convention prévoit une réunion annuelle entre la DRAC et la collectivité signataire afin de présenter les actions menées et projetées.

Nous avons bien constaté, lors de la visite de Madame Châtenay-Dolto, le 10 avril dernier, combien le dialogue avec vos services est nécessaire pour enrichir nos propres démarches de développement culturel et confirmer l’ambition culturelle commune, que nous inscrivons dans ce pacte. Le cadre d’intervention culture et citoyenneté qui nous a été proposé suite à cette visite témoigne du besoin essentiel que nous avons d’échanger avec vous. Je remercie d’ailleurs le travail de Gonéry Libouban, directeur de la culture.

Je me réjouis enfin que soient mentionnés dans ce pacte à l’article 5, au titre de nos ambitions communes, certains des aspects majeurs de notre politique culturelle municipale.

L’ancrage local et la rencontre avec la création contemporaine du T2G, dirigé par Pascal Rambert, nous tient à cœur, et nous l’avons toujours soutenu de manière indéfectible.

A quelques mois de la désignation d’un nouveau directeur du CDN, je suis sûr que nous veillerons en commun à ce que cet ancrage local soit fortement inscrit dans un projet exigeant et toujours aux avant-postes de la création contemporaine comme ont su l’être nos deux directeurs successifs, Bernard Sobel et Pascal Rambert.

L’Ecole municipale des Beaux-Arts/ Galerie Edouard Manet, nous permet, grâce à sa programmation particulièrement pointue, de sensibiliser les Gennevillois aux œuvres d’artistes émergents. Il s’agit d’un privilège que les Gennevillois plébiscitent.

Je tiens particulièrement à remercier Lionel Balouin et son équipe pour leur accueil et la qualité du travail réalisé avec les élèves des ateliers, des expositions qui sont présentées dans ce lieu.
Les inscriptions progressent chaque année, chez les enfants et chez les adultes et les enseignants bénéficient de nos actions de médiation.

Le développement de résidences d’artistes en lien avec la population sont portées par notre réseau de structures culturelles : les médiathèques, la Maison du Développement Culturel ou le Tamanoir sont autant d’acteurs qui ont à cœur, à travers la présence d’artistes au plus près des gennevillois, de toucher sans cesse de nouveaux publics.

Madame la Ministre, permettez-moi de le répéter, la signature de ce pacte culture à Gennevilliers n’est pas le simple paraphe d’une collectivité s’engageant à ne pas diminuer ses budgets culturels. C’est le signe d’une ambition pour chaque habitant d’une ville populaire, d’une bataille menée pour la réussite de chacun de ses enfants, d’un combat indispensable en faveur des valeurs émancipatrices.
Soyons également lucides, voyez où nous en sommes arrivés : être content que les budgets ne baissent pas, alors qu’investir dans la culture, c’est investir dans l’être humain.
Aujourd’hui en 2015, face aux industries culturelles strictement orientées vers le consumérisme, les idées de décentralisation et de démocratisation culturelle doivent conserver toute leur charge d’utopie.

A Gennevilliers, aujourd’hui, en 2015, nous y croyons encore et nous nous attachons à leur donner tout leur sens.

pelerin3

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *