Gennevilliers

Gennevilliers, ensemble contre l’habitat indigne, manif lundi

Madame, Monsieur,

Comme vous le savez la Ville de Gennevilliers continue de mener sans relâche la lutte pour le droit au logement pour tous et contre la ségrégation sociale et urbaine.

C’est pour répondre à cette exigence politique que la municipalité organise régulièrement des initiatives, avec toujours une double démarche : dénoncer la responsabilité des marchands de sommeil, mais dans le même temps, faire des propositions constructives pour améliorer les conditions de vie de tout nos concitoyens.

C’est pourquoi, afin de démolir le foyer Brenu après avoir relogé l’ensemble des locataires à Gennevilliers, nous avons entamé depuis plusieurs mois des discussions avec le propriétaire, ADOMA ex SONACOTRA, et la Préfecture des Hauts-de-Seine.

En effet, dans ce foyer plusieurs centaines de travailleurs immigrés vivent dans des chambres de 7 m2 dans des conditions indignes en ce début de XXIe siècle.

Comment tolérer que même après un rapport d’enquête du service Hygiène de la Ville de Gennevilliers faisant état de nombreuses dégradations (fuite d’eau, rouille, moisissures, VMC bouchées ou non existantes…) dûes à un manque d’entretien, le propriétaire n’ait toujours pas réalisé ces travaux d’urgence ?

Pour l’équipe municipale, c’est clair : nous ne tolérerons jamais que des Gennevillois soient traités comme des citoyens de seconde zone !

C’est pourquoi nous proposons la construction de trois résidences sociales composées de studettes (d’environ 18m2), dont deux dans l’écoquartier qui permettront notamment de reloger dignement les retraités du foyer Brenu.

Pourtant, non seulement ADOMA ne répond toujours pas positivement à nos propositions, mais en plus il assigne la Ville en justice parce que nous avons publiquement dénoncé son attitude !

Nous refusons qu’ADOMA et l’Etat utilisent à terme les 1 000 places de foyers sur notre ville (sur les trois milles existantes dans les Hauts-de-Seine), pour régler à Gennevilliers les difficultés subies par les habitants d’autres villes qui ne respectent pas la loi SRU, (moins de 25% de logements sociaux) alors que Gennevilliers assume ses responsabilités en construisant des logements sociaux et en menant une lutte implacable contre l’habitat insalubre.

Dans un article du Parisien de jeudi dernier, le directeur régional d’ADOMA est d’ailleurs très clair sur l’avenir des places en foyer. « Vu l’état de la demande de logements à très faible loyer en Ile-de-France, nous ne pouvons accepter de réduire notre capacité. Réduire le nombre de logements va à l’encontre de notre mission de départ. » Si le foyer Brenu abrite essentiellement des travailleurs immigrés âgés, ADOMA accueille selon son directeur régional « de plus en plus de travailleurs pauvres, de familles monoparentales, de gens en formation et de personnes qui vivent de minimas sociaux et ne peuvent être hébergés dans le parc social classique ».

Pire, au lieu de se donner les moyens d’une véritable politique du logement permettant à tous d’avoir accès à ce droit fondamental, ADOMA voudrait aujourd’hui faire de ces logements minuscules et impropres à l’habitation des solutions durables afin de « résorber en 5 ans le recours à l’hébergement d’urgence en hôtel » (interview du directeur général d’ADOMA dans le Parisien de décembre 2012).

Est-ce cela la solution ? Faire du logement précaire une solution d’avenir pour les plus démunis ? Est-ce ainsi que des hommes et des femmes doivent vivre au XXIe siècle ? Logements de qualité pour ceux qui en ont les moyens et logements au rabais pour nos concitoyens en difficulté ? Ghettos de riches à Neuilly et foyers indignes à Gennevilliers ?

Pour la municipalité, c’est hors de question ! Nous refusons cette politique de ségrégation urbaine et sociale. L’Etat doit enfin imposer des constructions de logements sociaux dans toutes les villes des Hauts-de-Seine.

C’est pourquoi, afin d’être entendu et de trouver un accord rapide avec ADOMA, nous vous donnons rendez-vous et comptons vivement sur votre présence :
Lundi 3 juin, à 10h25 sur le parvis de la mairie afin de nous rendre en car au siège d’ADOMA.

Jacques BOURGOIN
Maire de Gennevilliers
Conseiller général des Hauts-de-Seine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *