Budget et Interventions générales

24/03/06 sur le personnel départemental, AOS

Intervention de Michel LAUBIER
sur le personnel départemental
Monsieur le Président, cher(e)s collègues,

Je vais faire une intervention globale sur la question du personnel départemental, j’évoquerai par la même occasion les rapports sur l’AOS, et sur les nouveaux contrats d’avenir et contrats d’accompagnement à l’emploi.

M. le président, j’étais intervenu déjà l’an passé pour vous faire part de nos soucis concernant la façon dont était considéré le personnel départemental, sur la qualité du dialogue social dans cette maison.

Nous avons pu constater que les tensions de l’an passé ne sont pas vraiment dissipées, et même si les troubles sont d’une autre nature, nous doutons fort que la situation se soit réellement améliorée dans cette grande maison. Les témoignages que nous recevons montrent qu’il existe un réel mécontentement au sein du personnel.

Je pense qu’à travers ce malaise, c’est la place du service public dans le projet départemental qui est interrogée par les employés du département.

Comme eux, les habitants des Hauts-de-Seine sont très attachés à leurs services publics. Certains autres départements ont fait le choix d’une politique de service public beaucoup plus ambitieuse que la nôtre, en y mettant des moyens conséquents.
Cela demande de placer le service public au cœur du projet départemental, car il est fédérateur, il est de nature à réduire la fracture sociale, et à répondre aux besoins de la population.

Quelques mots sur certains rapports :

Sur l’AOS tout d’abord, je constate à la lecture de votre rapport que le montant de la subvention est en baisse, sensible, depuis l’an passé : elle passe de 6 208 000 euros en 2005 à 6 millions d’euros, soit une différence de plus de 200 000 €.

Nous ne comprenons pas qu’une association comme l’AOS ait des charges en diminution sensible d’une année sur l’’autr. En outre, la subvention fait l’impasse sur l’arrivée prochaine de nouveaux agents dans le cadre de la décentralisation (personnel DDE, agents TOS) ; cette baisse de subvention ne semble pas justifiée

Au sujet des nouveaux contrats que vous nous proposez (Contrat d’Accompagnement à l’Emploi et les contrats d’avenir), ils seront utilisés pour des personnes qui sont déjà en difficulté avec l’emploi. Elles seront moins payées, recrutées dans des services manquant parfois de personnels, alors qu’elles auraient grand besoin d’être suivies, soutenues dans le cadre d’un parcours de retour à l’emploi.

Ce chiffre de 100 personnes recrutées dans ce cadre semble en tout cas bien important ; nous n’avons aucune assurance de la fiabilité de ces recrutements, de la nature des formations qui leur seront offertes, de la qualité de l’accompagnement que les services du conseil général seront en mesure de leur réserver.

Ce sont encore de nouveaux contrats qui visent à généraliser la précarité dans le monde du travail, cette fois dans la fonction publique territoriale.

Que le conseil général s’engage dans le recrutement d’une centaine de personnes, d’accord, mais qu’il s’engage à les recruter sur des métiers de la fonction publique territoriale, à les former, puis à les intégrer en tant que salariés fonctionnaires.
 
D’autant que le Conseil Général n’embauchera pas en 2006, et ne prévoit que des redéploiements de postes, comme à la circonscription sociale de Nanterre (redéploiements de 5 postes, et non 5 créations de postes comme le demandait le personnel).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *