Séance du 30 mars 2007 - Rapport 07.63
Programme d’action sociale logement 2007
Intervention de Nadine Garcia


Monsieur le Président, Cher(e)s Collègues,

Comme chaque année, nous voterons le Programme d’action sociale logement qui est un des dispositifs permettant aux associations et organismes de prendre en charge des hébergements d’urgence.

Vous annoncez je cite : « que l’articulation du PDALPD, du FSL et du PASL permet de prendre en compte dans leur globalité la diversité des difficultés rencontrées par les altoséquanais dans leur recherche de logements ou leur maintien dans celui-ci ».
Dois-je vous rappeler à quel point cela ne fonctionne pas ?
Le bilan officiel 2000-2005 des services du département indique que les objectifs du PDALPD ne sont atteints qu’à 42,6% ?
Dois-je vous rappeler qu’une décision conjointe de l’Etat et du Conseil général a fait diminuer les objectifs à atteindre concernant le nombre annuel de relogements de 850 à 550 pour tout notre département, puisque certaines villes (je ne vais pas les citer une nouvelle fois, je crois que les élus se reconnaîtront) n’ont pas voulu s’engager, remplissant parfois tout juste 7% des objectifs ?
Votre majorité a fait le choix de diminuer encore les efforts de solidarité pourtant si vitaux dans ce domaine du logement pour les personnes les plus défavorisées et de renforcer la ségrégation spatiale. Mais, M. Sarkozy auriez-vous peur de « paupériser » votre département ? ou pour vous la solidarité ne ferait-elle pas partie de l’identité nationale ?
Cette politique condamne des personnes actuellement en situation de pouvoir sortir de l’hébergement d’urgence à y rester, faute de places disponibles dans le cadre du logement pour les personnes les plus démunies.
En 2006, 2590 logements ont été financés. C’est bien sûr mieux qu’en 2005, mais il en manque 1000 encore pour atteindre vos promesses, et lorsqu’on connaît la proportion de PLS, on doute une fois encore de votre volonté de faire des Hauts-de-Seine un département solidaire dans lequel tous les habitants et les salariés pourraient se loger dignement.
Votre gouvernement sous la pression du mouvement social a fait voter une loi pour le droit au logement opposable. Il est clair qu’il faudra d’autres choix politiques dans notre département pour qu’elle devienne effective et que les dizaines de milliers de familles altoséquanaises qui attendent un toit aient enfin droit à un logement digne.


Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir