Séance du 30 mars 2007 - Rapport 07.54
Mission politique de la ville
Intervention de Nadine Garcia



Monsieur le Président, Cher(e)s Collègues,

Je ne vais pas revenir sur l’appréciation portée sur les nouveaux contrats urbains de cohésions sociale qui a déjà fait l’objet de débats lors de notre séance du 22 décembre dernier. Je rappelle simplement que Jacques Bourgoin soulignait « toute notre inquiétude pour ce qui concerne le développement et pour le moins le maintien du tissu associatif pourtant si nécessaire dans nos villes ».
 Il précisait : « votre projet, Monsieur le Président, fait l’impasse totale sur l’utilité de l’action de ces associations qui sont pourtant vitales pour dynamiser nos villes, créer du lien social et de la convivialité dans nos quartiers. Pas un mot sur leurs missions, pas un mot sur leur utilité, et naturellement, pas un mot sur leur financement. Les actions de ces associations sont absentes dans vos priorités. »
Je ne veux donc aujourd’hui dire notre satisfaction sur un point positif contenu dans ce rapport, c’est l’engagement du conseil général pour une convention pluriannuelle d’objectifs pour une association du quartier du Petit-Nanterre dont la qualité des actions est reconnue par tous.
Je sais que cet acte est très attendu et je salue les personnes du quartier du Petit-Nanterre venus assister à notre séance ce matin.
C’est en effet une demande très forte des associations de pouvoir obtenir des conventions pluriannuelles afin d’avoir un peu plus de sécurité dans leur financement pour développer leurs activités.
Je ne peux imaginer, Monsieur le Président, que ce dispositif ne serait mis en place que pour une seule association, même si celle-ci vous accueille régulièrement dans le quartier du Petit-Nanterre. Je préfère y voir un engagement nouveau de notre assemblée pour soutenir le travail d’animation sociale dans les quartiers.
Dans cet esprit, il me semble tout à fait légitime de relayer la demande formulée par la Fédération des Centres Sociaux que les centres agréés par la CAF puissent également bénéficier des conventions pluriannuelles et d’un financement au moins à la même hauteur que celui qui nous est proposé aujourd’hui.
Les centres sociaux conduisent un travail social important en direction des familles dans les quartiers. Ils aident à la construction de liens sociaux par des initiatives intergénérationnelles et interculturelles. Ce sont de réels outils de cohésion sociale. Or, la part du département dans le financement des centres sociaux par rapport aux autres collectivités territoriales est passée de 18% en 2002 à 15% en 2005. Elle a diminué.
Je me félicite de la décision prise aujourd’hui et je vous demande qu’à la prochaine séance, nous puissions délibérer sur l’aide au fonctionnement des centres sociaux dans notre département.


Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir