GROUPE COMMUNISTE  ET CITOYEN - Intervention de Jacques Bourgoin

Rapport n° 12.10 – Débat d'orientations budgétaires - Logement

 

Cher(e)s Collègues,

 

Monsieur le Président, nous participions, avec Monsieur Jarry également, à la même table ronde, il y a un mois, à Asnières, à l'invitation d'une dizaine d'associations départementales sur le thème des réponses nécessaires à apporter au mal logement.

 

Elles nous ont rappelé la situation dramatique et en grave régression pour l'accès à un logement décent et accessible financièrement de la très grande majorité des familles populaires de notre département, des jeunes, des étudiants et des salariés.

 

Elles ont demandé à tous les maires et au Président du Conseil général de s'engager rapidement, clairement et solennellement à lutter contre le mal logement, indigne pour notre société, et contre la ségrégation urbaine et sociale.

 

Malheureusement, dans ce document du débat d'orientations budgétaires (DOB), les rares chiffres sont en baisse inquiétante concernant le logement.

 

En 2011, vous nous aviez annoncé 141 millions d'euros, chiffre déjà bien trop faible puisque vous n'avez pas pu financer tous les programmes déposés alors qu'ils sont pourtant en trop faible nombre. Je vous rappelle qu'à Gennevilliers, 120 logements sont en attente de financements.

 

En 2012, vous annoncez un soi-disant "engagement renforcé" à 125 millions d'euros. Quand on passe de 141 M d'€ à 125 M d'€, on baisse le budget de 11,35 % ! C'est ça la réalité de vos chiffres.

 

Si vous persistez en ce sens, les résultats seront encore plus éloignés des besoins en termes de constructions de logements :

 

- Vous ne répondrez plus du tout aux besoins en vrais logements sociaux, en continuant de pousser au tout PLS, car financer du PLS ça coûte beaucoup moins cher au conseil général. Mais comme vous l'avez reconnu lors de cette table ronde en Janvier, Monsieur le Président, cela ne répond qu'à une toute petite minorité des demandeurs car les loyers en PLS sont beaucoup trop chers pour les familles populaires.

 

- Vous confortez la ségrégation sociale avec les 14 maires hors-la-loi SRU.

 

Pour le groupe UMP, Madame Caullery vient de dire qu'il fait "bon vivre dans les Hauts-de-Seine". Oui c'est vrai mais pour une minorité d'altoséquanais qui peuvent acheter un logement à 8000 € du m², ou pour ceux qui peuvent payer plus de 1500 € de loyer par mois.

 

Pour la majorité des altoséquanais c'est faux. Faux pour les familles qui dépensent de 30 % à 50 % de leurs revenus pour payer des loyers beaucoup trop chers. Faux pour tous les salariés qui sont obligés de s'expatrier toujours plus loin des Hauts-de-Seine.

 

Je veux à l'occasion de ce débat d'orientations budgétaires, en appeler solennellement la majorité de cette assemblée : soyons enfin responsables ! Sachons écouter nos concitoyens, leurs associations, engageons-nous !

 

Il vous reste un mois et demi entre le DOB et le vote du budget pour travailler à partir des propositions que le groupe communiste et citoyen réitère pour changer vraiment votre politique de l'habitat.

 

Donnons-nous vraiment les moyens de construire 5 500 logements sociaux par an, en privilégiant les vrais logements sociaux (PLAI et PLUS) et en limitant les PLS.

 

Que l'on arrête enfin la vente des logements sociaux et que l'on développe l'accession sociale à la propriété.

 

Que l'on mette en place une politique contraignante à l'égard des villes hors-la-loi SRU, en réquisitionnant les logements vides dans ces communes.

 

Cela nécessite de doubler le budget logement du département. Mon ami Patrick Jarry vient de rappeler les chiffres du compte administratif de l'année dernière, je vous assure qu'avec seulement une petite part de ce résultat nous aurions les moyens de répondre aux propositions que nous faisons pour enfin s'engager pour le droit au logement des altoséquanais.

 

Je vous remercie.

 

 


Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir