La fondation Abbé Pierre a publié hier son rapport annuel sur le mal logement. 3,5 millions de personnes sont non ou mal logées en France dont 600 000 enfants mineurs. A ce nombre inacceptable, il convient d’ajouter plus de 6,6 millions de personnes vivant dans des situations très fragiles (surpeuplement, copropriété dégradée).

Dans les Hauts-de-Seine, près de 100 000 ménages sont en attente d’un logement social et plus de 26 000 logements sont insalubres.

Face à ces chiffres alarmants, Monsieur Devedjian, Président du Conseil Général des Hauts-de-Seine, se félicite de son « effort sans précédent » concernant le logement social en 2009.

Or la communication de Monsieur Devedjian cache une réalité beaucoup moins flatteuse.

En effet, dans les 3366 logements « financés » par le Conseil Général, sont comptabilisés les 1317 logements d’ICADE, rachetés par l’OPH des Hauts-de-Seine.

Le bilan 2009 - soit 2049 logements nouveaux - est donc le même qu’en 2007 et 2008, une très mauvaise année pour le logement social dans le 92 !

Face à une situation qui empire dans les Hauts-de-Seine pour l’accès au logement des salariés, des familles modestes, des jeunes, le groupe communiste et citoyen demande à Monsieur Devedjian de prendre des mesures d’urgence :

- l’obligation pour les 14 villes hors la loi SRU, toutes dirigées par la droite, d’atteindre dans les 3 ans maximum les 20% de logements sociaux ;

- la mise en œuvre d’un droit de réquisition de l’Etat des logements vacants dans ces 14 villes ainsi que des conventions contraignantes du type construction d’un logement social pour deux nouveaux logements construits ;

- l’augmentation de 50 % du budget départemental consacré au logement en 2010, la transparence dans la délégation des aides à la pierre et le financement des programmes de logement actuellement en attente (OPH de Nanterre, Bagneux, Clamart…).

L’accès à un logement de qualité pour tous est un droit. Le groupe communiste et citoyen restera mobilisé avec les altoséquanais pour que le département des Hauts-de-Seine fasse réellement du logement une de ses priorités.

Nanterre, le 2 février 2010


Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir