huma

Dany Stive, journaliste à l'Humanité, m'a interrogé pour l'Humanité des débats, sur le thème "« comment réparer la fracture territoriale en Ile-de-France ? ». Voici mes réponses.

- Une étude récente du Secours Catholique alarme sur les inégalités grandissantes en Ile-de-France qui marquent de plus en plus les territoires. Partagez-vous cette analyse ?
Oui je partage pleinement l’analyse du Secours Catholique : les inégalités croissent, les difficultés s’accumulent toujours aux mêmes endroits et sur les mêmes personnes pendant que les ghettos de riches s’enferment dans leur égoïsme de classe. Je rajoute que les politiques gouvernementales aggravent cette situation en diminuant les moyens des collectivités locales et des associations, en diminuant l’offre des services publiques de proximité, en refusant de faire du pouvoir d’achat des salariés, des retraités et des chômeurs, une juste question de répartition des richesses, en cédant au patronat. Ce n’est pas une simple crise, c’est le système économique, social et politique qui est mauvais, qui doit changer radicalement.

 

- Le dispositif anti-ghettos annoncé par la région Ile-de-France et son désengagement sur le financement des logements sociaux vous paraît-elle une réponse appropriée ?
Non. La droite régionale engage ainsi une opération idéologique pour décrédibiliser le logement social et avancer sur le projet sarkozyste « d’une France des propriétaires » avec les résultats que l’on connaît en Espagne en termes d’endettement et d’exclusion. C’est aussi refuser de voir le drame social que sont les copropriétés dégradées dans notre région. Je m’insurge contre cette façon d’humilier les habitants des Habitations à Loyer Modéré en faisant croire qu’ils sont de potentiels cas sociaux ou en tout cas responsables des difficultés sociales vécues dans les quartiers populaires. La France est-elle un ghetto quand 70% de sa population répond aux critères sociaux et économiques du logement social ? La décision de la Région est dangereuse car il faut au contraire construire beaucoup et partout des logements sociaux de qualité pour répondre aux besoins de 600 000 demandeurs de logements en Ile-de-France. La pénurie entretenue de logements sociaux n’est bénéfique que pour les spéculateurs immobiliers, les banques et les marchands de sommeil.

- Allons-nous vers un risque majeur de déchirure du tissu social ?
Pourquoi parlez-vous de risque ? Le tissu social est déjà déchiré, et cette déchirure est entretenue. Les atteintes à la dignité des habitants des quartiers populaires empêchent les personnes visées de relever la tête, de se sentir porteuses d’avenir. Cela permet d’inquiéter la « mythique » classe moyenne qui est, en fait, une partie du peuple qui oscille entre la peur du déclassement et l’aspiration à l’élévation sociale. Cela ne permet pas au peuple de faire peuple en s’unifiant dans sa diversité, en agissant contre le développement extraordinaire des inégalités, en s’attaquant aux défis environnementaux et en concevant une autre vie en société par le développement de communs.

- Quels moyens mettre en œuvre pour contrer cette dangereuse évolution ?
Je n’en vois pas d’autre que de changer la société pour replacer l’humain au centre de toutes les décisions. Les élus doivent parler vrai. Nous devons développer le conflit politique pour aider chacune et chacun à réfléchir, à se positionner et à prendre parti. Il n’y a pas d’autre voie durable que le pari de l’intelligence.
Des mesures peuvent aussi être prises maintenant. Que ces politiques qui n’ont que cette solution mirage « la mixité sociale » prennent une mesure : supprimer la loi Boutin pour stopper la paupérisation du logement social, obliger toutes les villes à construire des logements sociaux, redonner les moyens aux collectivités locales de développer des services publics de proximité, prendre les milliards mis dans des niches fiscales immobilières afin d’augmenter l’aide à la pierre pour construire plus et faire baisser les loyers. Repenser l’école dans les quartiers populaires me semble indispensable en termes de moyens mais aussi de contenus pédagogiques. Travailler à l’emploi pour tous en baissant le temps de travail. Bref, il faut respecter les personnes qui habitent dans les villes et quartiers populaires, car c’est de là et avec ce principe que se construira un monde plus humain pour toutes et tous, un monde commun.

le dossier complet sur le sujet dans l'Humanité http://www.humanite.fr/

Attachments:
Download this file (20160429_01.pdf)20160429_01.pdf[ ]747 kB
Download this file (p2.pdf)p2.pdf[ ]141 kB

Commentaires   

#1 morel sylvie 29-04-2016 17:31
Préciser qu'il faut contraindre toutes les villes à construire du logement social PLS et PLA. Car même dans les règles du logement social il ya des fractures.

Pour l'école, il faut trouver les moyens de rendre attrayantes les écoles des quartiers afin d'y avoir du personnel formé et compétent; permettre la mise en place de projets d'écoles cohérents et innovants . Remmettre la pédagogie au coeur des réflexions.
Citer | Signaler à l’administrateur

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir