Depuis deux mois j'enchaine les rencontres individuelles et collectives, jour après jour. Beaucoup de terrain pour mieux appréhender la ville, les femmes et les hommes qui la composent, qui la construisent, leur diversité, leur façon complémentaire d'apprécier un bilan municipal, de critiquer ce qui ne leur convient pas,...  J'apprends beaucoup dans cette phase d'écoute pour me forger une opinion la plus complète, créer les conditions d'une action rassembleuse portée par de fortes convictions.

J'apprécie l'accueil qui m'est fait et la franchise des discussions lors des portes-à-portes, des réunions d'appartements, les points de rencontres, les discussions individuelles. Avec cette multitude de rencontres humaines, je ne perds pas mon temps, j'en gagne en connaissance de la complexité d'une ville, en liens humains,  en compréhension des enjeux.

Je m'inquiète aussi ; ce que je perçois comme un repli désespéré est désespérant pour le militant engagé. Combien de personne pense : qu'agir ne sert à rien, qu'on ne peut rien faire pour améliorer les choses, ou plus commun encore « tous les mêmes ces politiques, tous pourris » ?

Ce « tous les mêmes, tous pourris » me choque, m'agresse. Car non, nous ne sommes pas tous les  mêmes et encore moins tous pourris. Il n'y a aucun point commun entre un Cahuzac, un Guéant, un fils Fabius, un Tapi, ... et n'importe quel élu de Gennevilliers qu'il soit au PCF, au PS, au Verts, à l'UMP, au NPA...

Rien à voir ! Ici, à Gennevilliers, aucun élu ne s'est enrichi par sa fonction. Bien au contraire, le temps consacré à son mandat coûte en terme de promotion professionnelle, en argent personnel, en investissement bénévole...  Depuis 1989, je publie chaque année ma feuille d'imposition sur mon site internet (dans la rubrique biographie). Ainsi, je démontre, pas seulement en parole mais en acte, que les élus communistes sont motivés par le contenu de la politique, et non l'amélioration de leurs conditions financières personnelles, en reversant leurs indemnités d'élu. Ce n'est pas courant dans ce monde où l'argent domine. Ca ne colle pas avec le « tous les mêmes ». Les paroles et les actes vont de paires. Nous vivons la ville comme tout le monde.

L'engagement, avec des idées politiques différentes certes, notre affrontement politique local fait la beauté de la politique, son utilité : une affaire de femmes et d'hommes, engagés ici pour faire ce qu'ils pensent de mieux, de plus utile, de plus efficace. Quand beaucoup de monde répond « j'ai pas le temps » de venir à une réunion, de lire une brochure, d'agir, de participer à la vie associative, et bien ces militants, ces élus PCF, PS, Verts, UMP, NPA, sans appartenance politique prennent le temps de s'occuper des affaires publiques, de la délibération de ce qui doit être du ressort du bien commun, de l'action pour mieux vivre.

Non le « tous pourris » n'est pas juste, ce n'est pas la réalité. Car ce que je dis pour les élus Gennevillois et vrai pour la très grande majorité des élus et militants en France. Ce « tous pourris » est dangereux car il éloigne les citoyennes et les citoyens de la politique,  dit autrement il éloigne de ce qui les regarde au plus près, les décisions sur l'organisation de la société. Ce « tous pourris » est la nouvelle idéologie qui pousse à ne rien faire, à râler dans son coin, seul-e et impuissant,  et laisse tranquilles les puissants, ceux qui décident. Ce repli abandonne la politique à celles et ceux qui ont intérêt à ce que rien ne change de ce système politique qui privilégie l'argent à l'être humain. Pourtant, il n y a rien de plus beau, de plus utile, de plus intéressant que de faire de la politique pour faire dominer cette idée : l'humain d'abord !

C'est aussi pour cela que j'irai avec des milliers de femmes et d'hommes de gauche manifester ce dimanche 5 mai à la Bastille pour exiger une 6e République, dire haut et fort : assez d'austérité, pour nous c'est l'humain d'abord pas la finance !



Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir