Les Député-e-s Front de gauche ont voté contre le projet de loi de financement de la sécurité sociale adopté par l'Assemblée nationale. Ce texte ne permet, en effet, pas d'engager les réformes structurelles nécessaires au financement équilibré et durable dune protection sociale de qualité pour tous.


Le nombre grandissant de malades obligés de différer ou de renoncer à des soins aurait dû conduire à des mesures fortes pour enrayer ce processus. De même, la situation extrêmement dégradée des hôpitaux publics aurait exigé des mesures immédiates en leur direction. Il n'en est malheureusement rien.

Les Député-e-s Front de gauche ont déposé quelques quarante amendements visant à la fois à assurer des recettes nouvelles pour la sécurité sociale, davantage de justice, des investissements utiles et une lutte résolue contre la spéculation financière. Aucun n'a été retenu.

Plutôt que de faire contribuer les placements financiers des banques et des entreprises qui spéculent, le gouvernement et sa majorité parlementaire ont malheureusement préféré procéder à une baisse du pouvoir d'achat de la grande masse des retraités pour financer le chantier de la dépendance. Aucune des mesures que les Député-e-s socialistes, comme ceux du Front de gauche, avaient légitimement critiquées quand la droite les a instaurées, n'ont été mises en cause. Il en est ainsi notamment du maintien d'un jour de carence pour les fonctionnaires, de la révision à la baisse des indemnités journalières en cas de maladie ou de la fiscalisation des indemnités en cas daccident du travail. Les franchises médicales et autres forfaits sont maintenus, qui pèsent dabord sur les plus modestes et plus globalement sur laccès aux soins de nos concitoyens.

Cette loi de financement n'est pas plus porteuse de justice que d'efficacité, puisqu'elle prévoit un déficit chronique jusquen 2017 basé, de surcroit, sur des prévisions de croissance et de masse salariale qui ont, hélas, bien peu de chance dêtre atteintes.

En dépit de quelques mesures positives comme le remboursement à 100% de lIVG pour toutes les femmes qui y ont recours, cette loi de financement de la sécurité sociale ne répond pas aux besoins de la population. Dictée par l'obsession d'une réduction des dépenses utiles, elle porte un nouveau coup de canif dans les chances de réussite de la gauche.

Paris, le 30 Octobre 2012,

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir