Réaction de Gilles LEPROUST, maire d’Allonnes, conseiller général de la Sarthe et Vice-président de l’Association Ville et Banlieue, à l’annonce de la création d’un fonds Qatary pour les banlieues :

Banlieues – Qatar : le retour !

Non, les banlieues ne sont toujours pas à vendre !

D’après le journal Libération du 24/09/12, le gouvernement aurait entériné le projet du Qatar d’investir en banlieue. Si cela s’avère le cas, cette décision est inacceptable et cela pour plusieurs raisons.

4 mois après l’élection de François Hollande, qui a recueilli ses meilleurs scores dans les ville et quartiers populaires, renvoyer au Qatar les solutions à apporter aux habitants des quartiers est une aberration. Comme je l’écrivais en février dernier, je persiste et je signe : « Non, les banlieues ne sont pas à vendre ».

Ce que déclarait C. Dilain, sénateur et ancien maire de Clichy-sous-Bois « C’est le signe de la coupure entre la société française et les banlieues », est toujours aussi pertinent.

La nouvelle majorité gouvernementale ne peut déléguer à d’autres les réponses aux attentes des habitants. La lutte conte les inégalités sociales et territoriales doit être au cœur des priorités de l’action publique en s’appuyant notamment sur les 120 propositions mises en avant par l’association Ville et Banlieue dans la campagne présidentielle.

La situation dans les villes et quartiers populaires exige un renforcement des politiques de droit commun et impose que la loi de Finances 2013 apporte de manière significative les financements attendus pour répondre aux urgences sociales.

Le refus d’ingérence d’une nation étrangère vaut pour toute nation…mais je ferai tout de même remarquer que nos gouvernants d’aujourd’hui, comme ceux d’hier, ne sont pas regardants sur la nature démocratique de l’Etat Qatary.

En effet, les libertés individuelles et le droit des femmes sont quotidiennement bafoués dans ce pays. Sans oublier que celui-ci soutient financièrement des mouvements extrémistes et je pense particulièrement à l’AQMI, au nord du Mali.

En tant que maire d’une ville jumelée avec Sangha, au pays Dogon, je suis régulièrement informé, par le maire de cette commune, des exactions commises par ce mouvement.

Le Président de la République française, son gouvernement doivent se ressaisir et refuser « l’offre promotionnelle » du Qatar faite sur le dos d’habitants des quartiers.

Afin de trouver des moyens financiers pour financer le projet des quartiers, il n’y a qu’à annuler la disposition législative qui permet aux Qataries d’être exonérés de tout impôt sur leurs plus-values immobilières dans l’hexagone. « Ce cadeau » fiscal doit être abrogé.

J’appelle les habitants des villes et quartiers populaires, les élus, les acteurs associatifs à se mobiliser afin de refuser cette « fausse bonne solution » financière et à exiger que l’Etat investisse dans nos territoires pour éradiquer les inégalités territoriales et sociales et les discriminations..

C’est ainsi que les habitants reprendront confiance dans l’action publique et politique.

Gilles LEPROUST, Maire d’Allonnes, conseiller général de la Sarthe, Vice-président de L’Association Ville et Banlieue.


Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir