Face à l’urgence sociale, il y a une urgence politique: donner à voir, à comprendre, à espérer, à enchanter une autre société. Si Sarkozy mène la danse si facilement, si ses «réformes» passent sous les yeux impuissants de la gauche, c’est que nous avons deux problèmes:

- nous ne rendons pas visible, palpable, enthousiasmante, la société que nous voulons construire, nous n'opposons pars une cohérence à la cohérence de l'idéologie dominante

 

- les forces sensées porter une autre vision de la société, sont morcelées, divisées, incohérentes

Les deux problèmes se nourrissent l’un et l’autre, décomposent l’existant, empêchent la construction de neuf. L’annonce du week-end en est une belle illustration. Au prétexte d’être plus responsable que… moins extrémiste que… la gauche plurielle se reconstitue. Un choix pour tacler le concurrent plutôt que pour investir le champ de la transformation sociale. Cela ne fait pas rêver, cela laisse rêveur!

Une dérive s'installe: l’enjeu pour les organisations est d’exister pour elles-mêmes. Les congrès, la préparation des européennes, annoncent de grands changements… pour mieux continuer comme avant. Nous sommes loin de la réponse aux défis contemporains. Tout nous pousse à ne pas accepter cet état de fait.

Soyons réaliste, demandons l’impossible! Devant les facteurs de déprime, il y a des facteurs d’espoir. Nous sommes de plus en plus nombreux à penser que le statut quo n’est pas tenable. La crise systémique rend nécessaire pour les nouvelles générations de travailler à la transformation sociale. Il y a donc du boulot pour les communistes, du boulot intéressant!

Nous connaissons d’amers échecs mais rien de ce que nous avons fait n’a été inutile dans cette période troublée. Cela a produit des ouvertures, des découvertes fécondes entre cultures politiques et générationnelles différentes. Cela ouvre le champ des possibles, la capacité à inventer, à innover, à rassembler. J’ai signé l’appel Politis car il offre un cadre large de rassemblement possible, un cadre de travail de collaboration et d’élaboration, un facteur d’espoir. Il peut montrer que l’impossible est possible. Il peut aider à faire grandir des exigences de contenu. Il peut aider à faire bouger les choses, transformer l’amertume en force de transformation. Il peut nous aider à faire un enfant, porteur de nos gènes différents, mais avec sa propre identité. Celle de l’avenir.

(texte publié en édito de l'hebdo "Cerises")

Attachments:
Download this file (Cerises08.pdf)Cerises08.pdf[cerises N°8]1409 kB

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir