photo Didier Morel(photo Didier Morel)

Les marchands de sommeil exploitent la misère des gens. C'est la loi de l'offre et de la demande. Comme en France, il n'y a pas assez de logements sociaux, cette belle loi du marché, le libéralisme triomphant, fait du logement une marchandise sur laquelle la recherche du profit est la règle. Rareté du logement social, du logement public égale spéculation immobilière, hausse des loyers, marchands de sommeil.

Madame, Monsieur,

Comme vous le savez la Ville de Gennevilliers continue de mener sans relâche la lutte pour le droit au logement pour tous et contre la ségrégation sociale et urbaine.

C’est pour répondre à cette exigence politique que la municipalité organise régulièrement des initiatives, avec toujours une double démarche : dénoncer la responsabilité des marchands de sommeil, mais dans le même temps, faire des propositions constructives pour améliorer les conditions de vie de tout nos concitoyens.

C’est pourquoi, afin de démolir le foyer Brenu après avoir relogé l’ensemble des locataires à Gennevilliers, nous avons entamé depuis plusieurs mois des discussions avec le propriétaire, ADOMA ex SONACOTRA, et la Préfecture des Hauts-de-Seine.

Monsieur le Ministre,

Vous avez annoncé pour la rentrée 2013/2014 la création de 1.500 postes d'assistants de vie scolaire pour l'ensemble du territoire national.

Si nous nous réjouissons de cette nouvelle, nous souhaitons attirer votre attention sur la situation de notre ville. Selon les estimations des services municipaux, 30 enfants en situation de handicap n'ont pu être scolarisés cette année contrairement à ce que permet la loi pour l'égalité des droits et des chances du 11 février 2005; il manque environ 5 auxiliaires de vie scolaire sur notre secteur pour répondre aux besoins des familles (actuellement 28 AVS interviennent à Gennevilliers).

Monsieur le Président,

Vous avez pris la décision de ne plus participer au financement des assistants de vie scolaire employés par la Ligue de l'enseignement et l'Association départementale des pupilles de l'enseignement public. Cette brutale décision remet en cause la scolarisation de nombreux enfants en situation de handicap dans le département, alors que celle-ci a été permis par la loi pour l'égalité des droits et des chances du 11 février 2005, et plonge de nombreuses familles dans le désarroi le plus total. Ceci intervient alors que le nombre d'assistants de vie scolaire ne permet pas un suivi de tous les enfants. Rien qu'à Gennevilliers, 30 enfants sont restés sur liste d'attente cette année, faute de moyens.

Conseil Municipal du 28 mai 2013

La compétence du service public de l'eau potable pour la ville de Gennevilliers et de 9 autres communes a été transférée depuis fort longtemps au Syndicat des Eaux de la presqu'ile de Gennevilliers.

Le syndicat a lui-même fait le choix de déléguer ce service en concluant un contrat de délégation de service public, avec la société Eau et Force depuis 2001.

Ce contrat arrivera à échéance le 30 juin 2015. Cette perspective va conduire notre syndicat des eaux à se prononcer très prochainement sur le mode de gestion du service de l'eau à retenir pour la période au-delà de l'échéance.

UN SERVICE D'INTERET PUBLIC MAJEUR

L'EAU EST UN BIEN PUBLIC QUI NE DOIT PLUS RESTER PROPRIETE PRIVEE!
Exigeons un retour en régie publique de la gestion de l’eau de la presqu’île de Gennevilliers
Le mercredi 29 mai a 15h00 une réunion du Syndicat des Eaux de la presqu’île de Gennevilliers regroupant 10 communes  décidera par un vote de la  reconduite du contrat de la gestion de l'eau en DSP (Délégation de Service Public au privé) ou du passage en  régie publique.
Il s'agit d'une décision qui est d'une importance capitale pour la population de 540 000 citoyens et usagers de la presqu’île de Gennevilliers.

Adoma est le nouveau nom de la Sonacotra, gestionnaire de foyers pour travailleurs migrants. Avec Jacques Bourgoin, en accord avec les résidents du foyer Brenu, nous avons organisé une conférence de presse pour dénoncer la mauvaise volonté d'Adoma pour améliorer les conditions de vie des travailleurs migrants au foyer Brenu à Gennevilliers. (voir la vidéo des échos d'Ile-de-France et l'article du Parisien ci-dessous).

Sans rentrer dans le détail, l'Etat et ADOMA ne juge pas indigne en 2013 de faire vivre des personnes dans 7,5m2! Sans parler de l'état de certaines parties communes (voir mes photos). Après cette conférence de presse Adoma cherche à faire croire que la ville de Gennevilliers veut chasser les habitants du foyer. C'est faux. Nous voulons améliorer la situation des habitants et démolir ce foyer indigne.

Surtout nous voulons empêcher ADOMA et l'Etat, d'utiliser à termes les 1000 places de foyers existants sur notre ville pour régler les problèmes des personnes qui ne sont pas réglés par les autres villes de la région.

mercredi 22 mai à 20h à la bourse du travail : réunion publique contre l'ANI avec Gérard Filoche*, retraité de l'Inspection du  travail, syndicaliste (ouverture 19h30/salle disponible dès 18h)

- jeudi 30 mai 20h15 au cinéma Jean Vigo: projection du film de Mordillat "le grand retournement" suivi d'un débat avec Henri Sterdyniak**, économiste (signataire du manifeste "Economistes atterrés").

"Le Grand Retournement de Gérard Mordillat d'après le texte de Frédéric Lordon

soirée-débat organisée par le Comité unitaire gennevillois contre l'austérité

avec la participation de Henri Sterdyniak co-animateur des Economistes atterrés"

 

Face aux conditions d’hébergements humainement inacceptables des résidents du foyer "Brenu", la ville de Gennevilliers a entamée depuis plusieurs mois des discussions avec Adoma (le propriétaire), et la Préfecture des Hauts-de-Seine afin de reloger à Gennevilliers tous les résidents de ce foyer dans un habitat digne du XXIème pour permettre la démolition.

J'ai découvert début mai, un article sur le blog du professeur Guy Vallancien, qui déclare que la ville de Gennevilliers aurait rénover son CMS pour un but électoral. J'ai trouvé cet article étonnant, voir violent dans sa démonstration contre l'intervention publique en matière de santé.  vous pouvez le lire ici:

http://sante2020.blog.lemonde.fr/2013/05/03/centres-de-sante-ou-promotion-des-maires/

J'ai transmis cet article au Docteur Alain Tyrode qui fait la réponse suivante:

Monsieur le Professeur vous êtes bon apôtre...Je vous fais cette lettre que vous lirez peut être...

Laissez moi donc  vous féliciter pour votre brûlot du 03 mai 2013 « Centres de santé ou promotion des Maires ».

Cette « analyse » mélange allègrement vérités, interprétations et mensonges rendant le message incompréhensible et pour tout dire  franchement calomniatrice à l'égard des Elus territoriaux qui seraient à vous lire incompétents ,uniquement préoccupés par leur réélection en un mot  méprisables.

Sous-catégories