Madame, Monsieur,

Comme vous le savez, le gouvernement a promulgué le 28 juin 2017 un nouveau décret relatif à l’organisation du temps scolaire dans les écoles primaires de la République. Ces nouvelles dispositions dérogatoires viennent après les décrets des ministres Vincent PEILLON en 2013 et celui de Benoît HAMON en 2014. Nous avons eu l’occasion, à de nombreuses reprises, de nous exprimer publiquement sur ce sujet.

Monsieur le Président,


Nous étions venus, comme il se doit, vous accueillir lors de votre visite à la crèche d’entreprise de Gennevilliers. C’est avec stupéfaction que nous avons vu des manifestants pacifiques se faire repousser brutalement par les CRS alors qu’aucune violence ou provocation n’avaient eu lieu. Certains ont été projetés à terre puis matraqués. Parmi eux des élus de la majorité municipale.

Front commun : Pour construire une force politique d’alternative démocratique, sociale et écologique


Les élections de ce printemps 2017 envoient un message clair : le pays ne veut plus de ce système vermoulu et corrompu qui gonfle les richesses d’une poignée et nous plonge dans une crise sans fin. Elu par à peine 15% des inscrits, E. Macron ne doit qu’à un mode de scrutin ahurissant de disposer des pouvoirs d’un monarque. Encore aura-t-il fallu que les ultralibéraux de droite, et ceux qui se prétendent de gauche, finissent par reconnaître publiquement qu’ils sont bien les mêmes et peuvent parfaitement gouverner ensemble. Mais les uns et les autres savent que la menace grandit parce que, comme en Grèce, en Espagne, en Italie, en Grande Bretagne, aux Etats-Unis et ailleurs, les peuples rejettent leurs politiques et le disent de toutes les façons qu’ils trouvent, bonnes ou mauvaises.

Avec plusieurs associations et organisations, dont l'AFPS, la ville de Gennevilliers organise un meeting pour la libération de Salah Hamouri. La cour de district a rendu son verdict. Salah Hamouri, citoyen d'honneur de Gennevilliers, avocat franco-palestinien est en détention administrative pour six mois.
Aucune charge ne pèse sur lui et il n'a droit à aucun procès. Cette détention peut-être renouvelée tous les six mois sans que les autorités israéliennes n'apportent la moindre preuve d'une quelconque culpabilité.

Emmanuel Macron, quand agirez-vous enfin pour libérer notre concitoyen une nouvelle fois victime de l'arbitraire israélien ?
Nous ne lâcherons rien, tant que Salah n'aura pas retrouvé sa liberté !

Sous-catégories