le 29 mars 2017

Valérie PECRESSE, présidente de la région Ile-de-France a dévoilé récemment son plan d’investissement pour les lycées franciliens sur la période 2017-2027.

Madame la présidente de région a annoncé mettre en œuvre ce plan après avoir consulté les organismes experts, les équipes enseignantes et les élus.

C’est donc avec le plus grand étonnement qu’à la lecture de ce plan d'investissement, nous constatons l'absence du lycée Galilée des établissements concernés. La conséquence de cette absence est simple, le lycée Galilée ne bénéficiera pas d'extension au cours des dix prochaines années !

le 29 mars 2017

Le 1er avril prochain, la trêve hivernale des expulsions locatives sera levée. Des centaines de milliers de familles en France, des centaines à Gennevilliers vont de nouveau vivre dans la crainte de se retrouver à la rue sans solution pérenne de relogement.

Confrontées à la montée du chômage, de la précarité, de la hausse des prix en particulier des frais liés au logement, de plus en plus de familles connaissent des difficultés à payer leur loyer et sont, de ce fait, menacées d’expulsion.

Madame la Ministre,

Le lycée Galilée de Gennevilliers est un établissement qui reçoit du public issu de trois collèges de la ville dont l’un est en REP, l’autre en REP+. Les résultats du lycée Galilée figurent parmi les meilleurs de l’académie (91% toutes séries confondues au baccalauréat général, pour un taux de réussite attendu de 86%), ceci grâce à des projets pertinents et un corps enseignant qui porte une dynamique de travail et d’accompagnement qui porte ses fruits.

Déclaration de Patrice Leclerc, Maire de Gennevilliers

bidonville

Depuis plusieurs mois, des bidonvilles se construisent sur les terrains de l’Etat sur notre ville. Dès le début (juillet), la ville de Gennevilliers a alerté le commissariat et la Préfecture pour que l’Etat intervienne rapidement pour empêcher ces installations d’une grande précarité.

Ces démarches sont restées infructueuses. L’Etat a laissé faire l’installation de bidonvilles sur la ville. Il a fallu plusieurs relances pour que celui-ci engage enfin les procédures judiciaires pour permettre l’évacuation du site. Reste, maintenant à attendre les décisions de justice. Cela va mettre encore trois à quatre semaines !

La Ville de Gennevilliers demande à l’Etat de travailler à la suppression le plus rapidement possible de ces campements insalubres en proposant aux personnes une solution de relogement digne.

Sous-catégories