Voeu adopté par le Conseil municipal du 6 février 2019

Face au développement de la mobilisation populaire des Gilets Jaunes, le gouvernement s’enferme dans une logique qui exacerbe les tensions et empêche tout dialogue social.


Avec des discours autoritaires souvent provocateurs, le gouvernement tente par tous les moyens de dissuader les manifestations de rue , allant jusqu’à accuser les participants de complicité des débordements à venir. Il fait le choix d’un maintien de l’ordre brutal par des dispositifs policiers démesurés, des gazages et matraquages aveugles, l’usage de lanceurs de balles de défense (LBD 40) et de grenades de désencerclement (GLI F4) dont les conséquences sont dramatiques. Le bilan officiel fin 2018 recensait près de 2 700 blessés et mutilés avec des femmes et des hommes handicapés à vie, éborgnés, mains arrachées, lésions au ventre ou sur le visage, avec des séquelles irrémédiables.


En la matière le gouvernement, et en premier lieu les ministres Castaner et Nunez fuient leurs responsabilités, en étant dans le déni complet tant que cela était possible, avant que tous les médias ne commencent à en parler.


Plusieurs organisations et personnalités, parmi lesquelles la LDH, la CGT, le Défenseur des droits, demandent l’interdiction sans délai de ces armes inadaptées et le retour à un maintien de l’ordre proportionné.

Le conseil municipal joint sa voix à celles qui expriment avec force l'exigence que le gouvernement interdise aux forces de l'ordre l’usage de lanceurs de balles de défense (LBD 40) et de grenades de désencerclement (GLI F4) lors des opérations de maintien de l'ordre relatives aux manifestations sur voie publique.


Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir