Conseil municipal du mercredi 06 février 2019 

Le conseil municipal de Gennevilliers se félicite des dernières avancées dans les discussions avec l’ANRU qui ont permis d’obtenir les autorisations anticipées de travaux pour les réhabilitations des tours 1 et 3 rue des Agnettes en plus des tours 5 et 7. Les travaux vont pouvoir commencer aussi pour la rénovation du bâtiment Marcel Lamour, la construction de l’école Joliot Curie, la rénovation et l’agrandissement de l’école Henri Wallon et la construction du centre social et culturel des Agnettes. Cela correspond enfin au projet élaboré avec les habitants depuis 2011.

Sur la question de la reconstitution de l’offre de logement social, le conseil municipal de Gennevilliers refuse catégoriquement la proposition de l’ANRU visant à ce « qu’une part de la reconstitution devra également être recherchée en dehors des communes de Gennevilliers et de Villeneuve-la-Garenne, étant pour l’État trop dotées de logements sociaux, sur le territoire Boucle Nord de Seine, voire le département ».

Plusieurs raisons fondent ce désaccord :
- Pour reloger les Gennevillois à Gennevilliers nous avons besoin de reconstituer l’offre sur la ville. Nous refusons une politique qui viserait, de fait, à reloger en dehors de Gennevilliers les Gennevillois demandeurs de logements parce que nous n’aurions pas reconstitué l’offre dans notre ville.
- Nous partageons le besoin de produire plus de logements sociaux dans toutes les villes du département mais cela ne doit pas se faire au détriment de la réponse aux besoins des habitants de Gennevilliers. L’expérience est faite que ce n’est pas en empêchant Gennevilliers de construire du logement social que l’offre de logement social s’améliore dans le département. Par contre, cela aggrave les délais d’attente dans notre ville et met en difficulté financière notre OPH quand le département et la région refusent de subventionner ici le logement social comme dans les autres villes.
- Il n’est pas acceptable que notre ville soit punie et que les villes qui ne respectent pas la loi SRU soient plus aidées. La reconstitution de l’offre sociale donne droit à plus d’aides financières. Ainsi les villes « mauvaises élèves » sur le logement toucheraient plus de subvention pour construire ce que l’Etat devrait leur imposer, et Gennevilliers aurait moins de subvention pour construire les logements sociaux que l’Etat lui demande de construire chaque année dans le contrat de développement territorial !
- L’État demande à la ville de Gennevilliers de reconstruire essentiellement des logements de type PLS qui sont inaccessibles pour la majorité des Gennevillois car les loyers sont trop élevés. À Gennevilliers, la ville souhaite reconstituer une offre variée de logements sociaux qui permette à tous les Gennevillois de rester à Gennevilliers.
- Attendre que les autres villes acceptent de construire du logement social compensant les suppressions à Gennevilliers, c’est soit retarder la mise en œuvre du projet Anru d’amélioration du quartier des Agnettes, soit signer un chèque en blanc qui ne sera jamais respecté.

Ainsi le conseil municipal de Gennevilliers demande à l’Anru et l’Etat de reconsidérer leur avis, de prendre en compte l’avis et les intérêts des habitants de Gennevilliers en permettant la reconstitution


Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir