Vœux 2019 – samedi 12 janvier 2019 - Intervention de Patrice Leclerc

Mesdames, Messieurs,

Au nom de la Municipalité, d’Elsa Faucillon, députée, Anne-Laure Perez, première adjointe, Jacques Brunhes et Jacques Bourgoin, maires honoraires, et de tous les élu(e)s qui m’entourent, je vous souhaite une très belle année 2019, pour vous, vos proches, celles et ceux que vous aimez. Pour vos projets, pour nos actions communes.

L’an passé, je faisais remarquer que 2018 rimait avec 68, et ce fut le cas, les gilets jaunes ont permis de sentir un vent de révolte, un parfum de dignité. Un salutaire sursaut de la France populaire qui exige d’être respectée, qui refuse cette technocratie politique au service des plus riches, qui interroge les finalités de notre vie en société.

Je vous laisse deviner la rime en 2019. Je souhaite qu’elle aille avec cette idée toujours neuve de bonheur.

A quoi bon vivre en société, développer à l’échelle de la planète notre capacité à produire des richesses, si celles-ci n’augmentent pas l’indice de bonheur mondial et national, bonheur collectif et personnel ?

Jamais l’humanité n’aura créé autant de richesses dans son histoire et tout cela est noyé « dans les eaux glacées du calcul égoïste ».

Permettez-moi de partager avec vous cette réflexion du psychanalyste et psychologue Roland Gori : « Créer du commun, ce n’est pas se contenter de réguler et de réparer les injustices les plus criantes, ni même de se réapproprier ce que la technocratie a volé à la démocratie, ni encore de préserver les biens inaliénables menacés par les oligopoles des capitalismes successifs, mais c’est instaurer de nouvelles conditions politiques du vivre-ensemble ». Roland Gori ajoute que cette mission « ne saurait être la tâche exclusive d’un Etat, (…) elle incombe au plus grand nombre et ne saurait procéder que de sa formation citoyenne et de son implication morale et politique.
A cette condition, nous vaincrons les forces de destruction qui nous menacent en nous et autour de nous. »

Aux nouvelles conditions politiques du vivre-ensemble, j’ajouterai « nouvelle façon de vivre » car l’être humain, après l’invention de la bombe nucléaire, est confronté à nouveau à l’enjeu de sa propre survie face au défi climatique. Si rien n’est fait l’humanité peut disparaitre au siècle prochain et c’est maintenant que cela se décide.

A quoi bon faire des enfants, si on ne s’attelle pas à cette question ?

L’humanité ne doit pas opposer questions environnementales et questions sociales. L’humanité a les moyens de repenser son « mode de vie » en remettant en cause la consommation à tout va, le gâchis des ressources naturelles. Elle a les moyens de repenser les solidarités entre les peuples, le partage des richesses, le co-développement plutôt que la concurrence.

Vous le voyez, chacune et chacun d’entre nous a matière à réfléchir et à agir pour cette année 2019 .

Le pessimisme ne doit pas nous gagner. Nous devons aborder ces enjeux avec optimisme. Aujourd’hui, je vois les jeunes organiser des maraudes, s’interroger sur le sens de leur travail, de la vie en société, contester non pas les valeurs de notre République mais leur non-application : liberté, égalité, fraternité, c’est plutôt sain pour revivifier notre société.

Je sais, Chère Elsa que tu es sensibles et active sur ces sujets à l’Assemblée nationale. Je sais aussi pouvoir compter sur toi pour défendre Gennevilliers face à ce gouvernement des riches.

A notre modeste place, mais avec détermination, nous devons ici aussi participer et contribuer au changement. C’est notre tradition, c’est notre devoir. C’est notre audace à nous élu-es, à nous citoyennes et citoyens de notre commune. Et pas seulement parce nous sommes au centre du monde !

C’est notre pari sur l’intelligence collective pour inventer un nouvel art de vivre populaire au cœur de la Métropole du Grand Paris.

Quand tant de personnes souhaitent quitter la Métropole parce que la vie y est trop anonyme, trop stressante, trop éloignée de la nature, trop difficile, nous proposons de construire une ville qui respecte ses habitants, où les gens se connaissent et se respectent. Un espace de dignité pour toutes et tous.

Nous agissons pour que la nature prenne sa place en ville, avec les jardins partagés, l’agriculture urbaine, une manière de recréer aussi des lieux de vie en commun, de lien social. Nous augmentons le nombre de plantation d’arbres, nous déminéralisons les trottoirs et places, végétalisons les nouvelles toitures pour lutter contre les îlots de chaleur. Il y a à Gennevilliers 17m² d’espaces verts publics par habitant contre une moyenne de 6,5 m² dans les villes du Territoire.

Dans notre ville populaire, la culture n’est pas un supplément d’âme, bien au contraire. Tout d’abord, nous sommes fiers des cultures de nos parents et grands-parents, de leur legs pour grandir ensemble. Que ce soit du bocage normand, des montagnes de l’Atlas, des mines du nord de la France, des plateaux de Sétif, de la Bretagne, du Mali, de Chine, de tout pays du monde, ce sont des valeurs de courage, de solidarité, de générosité que nous ont appris nos familles issues des couches populaires.
Ensuite, nous faisons tout pour que le rapport à la création, à la pratique comme à la diffusion d’œuvres culturelles ne soit pas réservé aux plus riches mais accessible à toutes et tous dans notre ville.

Permettez-moi de remercier les équipes du T2G, du conservatoire et sa nouvelle directrice Anne-Karine Lescop, de l’école d’art Manet, du cinéma Jean Vigo, des médiathèques, du Tamanoir, pour la qualité de leur travail en direction des jeunes et des moins jeunes de notre ville. Merci à toute la direction de la Culture.

Ces équipements ne sont pas seulement une chance pour notre ville, ce sont les fruits de choix faits par toutes les équipes municipales parce que dans notre tradition politique, la culture est un moyen d’émancipation, de compréhension et d’ouverture au monde.

Trois grands évènements culturels marqueront l’année 2019.

Du 13 au 22 février, aura lieu le festival jeune et très jeune public qui s’adresse aux enfants de 6 mois à 6 ans et aux professionnels de toute la France. Crèches, écoles, parents, centres de loisirs pourront profiter de 35 spectacles et rencontres, moments de rêves et d’imagination.

Le 15 juin, nous avons un défi collectif à relever : être entre 10 et 15 000 personnes dans les rues de Gennevilliers sur le thème « les chansons de Monsieur Carnaval ». La Halle des Grésillons est dès à présent ouverte pour préparer les chars, votre costume. Nous avons 6 mois pour réussir cette grande fête populaire.

En octobre-novembre, nous permettrons à tous les enfants de Gennevilliers et à leur famille de visiter une exposition d’envergure Métropolitaine. De Chagall à Picasso, de Signac à Léger, de Kijno aux colliers d'Elsa Triolet, de Doisneau à Izis, de Di-Rosa à Matta, dessins, peintures, sculptures, tapisseries, céramiques, photographies, livres d'artiste seront présentés souvent pour la première fois à un large public car issues des fonds d’arts des communes de banlieue. Cette exposition intitulée « Trésors de banlieue » permettra aussi de valoriser la banlieue trop souvent montrée négativement dans les médias.

En 2019, nous continuerons de défendre et promouvoir le logement social, le droit au logement. Cette année, nous travaillons à la transformation de l’OPH en Coop au 1er janvier 2020 pour empêcher l’absorption de notre OPH par celui de Colombes. Nous ne laisserons pas voler le patrimoine des Gennevillois!
Nous vous proposerons d’agir aussi pour qu’il y ait plus de subventions pour construire des logements afin de répondre aux besoins. Dans la Métropole du Grand Paris, il y a 450 000 demandeurs de logements pour 45 000 logements qui se libèrent en moyenne chaque année. Cela donne une moyenne de 10 ans d’attente. C’est intolérable ! La Région, le Département, du même bord politique que les villes qui ne construisent pas de logements sociaux refusent de subventionner nos constructions. Leur égoïsme est responsable de la « mal vie » des mal logés, leur égoïsme est responsable de la prolifération des marchands de sommeil. Personne n’irait habiter dans ces maisons qui s’écroulent s’il y avait assez de logements sociaux et dans toutes les villes !

2019, verra se concrétiser le fruit de nos actions et réflexions avec la population. Nous achèverons l’installation de la vidéo-protection, et d’ici juin, nous aurons tous les jours un agent de la ville assermenté pour retirer les voitures épaves. Nous ne serons ainsi plus dépendants de la police nationale et celle-ci pourra se consacrer à d’autres tâches.

J’en profite pour saluer Monsieur Christophe Gradel, nouveau commissaire de police. Je lui souhaite la bienvenue.

En 2019, nous allons continuer et intensifier nos campagnes pour la propreté de la ville : prévention, éducation, sanctions vont se développer dans les prochains mois.

Je le répète : dans une ville populaire nous avons droit au beau, à la tranquillité, à la propreté, au respect des règles de vie en commun, au respect des personnes en fauteuil qui ne peuvent passer sur des trottoirs car une voiture y stationne. Nous avons besoin de ce respect. Se respecter soi-même comme les autres, c’est être digne.

Contrairement aux autres villes, Gennevilliers continue à se développer et s’embellir, sans chasser personne. L’expérience départementale montre que couches populaires et couches moyennes ont les mêmes intérêts. Nous améliorons Gennevilliers d’abord pour les habitantes et les habitants tout en disant bienvenue à celles et ceux qui choisissent de venir vivre dans notre ville populaire.

Les prochains mois vont voir :
- la poursuite du projet de création du centre-ville avec commerces de proximité et parking,
- la signature par l’ANRU de la convention concernant les Agnettes, si l’Anru accepte nos conditions visant à ne pas reloger hors Gennevilliers les Gennevillois,
- la rénovation du parking du T2G, le lancement des expérimentation dans la halle des Grésillons dans le cadre des 7 projets nationaux avec Patrick Bouchain,
- la rénovation d'établissements scolaires :, extension des groupes scolaires Caillebotte, Aguado, Anatole France, le lancement de la construction du groupe scolaire Joliot Curie,
- la construction d'un espace social et culturel autour de la MDC.

Je pense également au domaine de la santé où nous continuerons à améliorer l’offre de soins, quand dans les villes alentour, on parle de désertification.

Merci à tous les agents du service public communal, qui par leur travail, nous permettent d’agir au service des gennevilloises et des gennevillois.

Jacques Brunhes et Jacques Bourgoin me disent que c’est certainement plus dur d’être maire aujourd’hui qu’avant. Je ne sais pas, je n’ai pas connu leur vie facile !!!

Mais soyez sur d’une chose, comme mes prédécesseurs, je ne suis pas près de baisser les bras, ils m’ont appris la détermination, l’alliance de la gestion et de la lutte pour affronter les obstacles. Par ailleurs, si c’est dur c’est aussi passionnant de travailler à améliorer la vie des gens, la vie d’une ville. C’est passionnant de défendre Gennevilliers et ses habitants.

Vous pouvez compter sur votre équipe municipale unie pour tenir ses engagements et agir avec vous. Tous ensemble, nous sommes une vraie force.

Continuons à construire notre ville en commun. Avec toute l’équipe municipale, je vous souhaite une très belle année 2019.


Commentaires   

#1 ANDRE BRULE 14-01-2019 09:57
nous avons droit au beau, à la tranquillité, à la propreté, au respect des règles de vie en commun, au respect des personnes en fauteuil qui ne peuvent passer sur des trottoirs car une voiture y stationne.....j e cautionne votre fort beau discours et en particulier ce passage que j'ai recopier car dans ce domaine nous avons encore beaucoup de travail pour arriver à ça.
Merci de votre dévouement
Citer | Signaler à l’administrateur

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir