Samedi 10 et dimanche 11 mars 2018

Mesdames, Messieurs,
Chers amis

Avec Philippe CLOCHETTE, maire-adjoint chargé des retraités, Elsa FAUCILLON, Députée, et tous les élus qui m'entourent, nous aimons vous retrouver lors de ce moment convivial que constitue notre banquet de printemps.

Au total, plus de 1 527 repas seront servis au cours du weekend dans cette salle et à domicile. Car nous n'oublions pas les 389 convives qui ne peuvent être parmi nous.
Cette performance de qualité est possible grâce à la mobilisation du service public communal ! Je crois que nous pouvons les applaudir bien chaleureusement.

Nous aimons ce moment, car cela fait du bien, un peu de convivialité, de fraternité, de plaisir de se retrouver dans ce monde qui part en quenouille.

Une France où les repères se perdent, où l'on ne sait plus qui est de gauche ou de droite. Les technocrates prennent le pouvoir sur les gens et les politiques qui se laissent faire. Le gouvernement montre du doigt les salariés cheminots en les traitant de privilégiés quand dans le même temps on nous annonce une augmentation des bénéfices de la SNCF, et qu'il compte une ministre qui se faisait payer par la SNCF plus de 50 000 euros par mois.
Ce monde marche sur la tête, quand ce gouvernement demande aux retraités de faire des efforts et que dans le même temps, il supprime l'impôt sur les grandes fortunes.
Au même moment où vous toutes et tous ici, vous perdez chaque mois de votre pouvoir d'achat à cause de la hausse de la CSG, nous apprenons qu'une étude d'une société de gestion prévoit, que les dividendes versés aux actionnaires des sociétés européennes (de l'indice MSCI) devraient progresser de 7,7%, cette année, au titre de l'exercice achevé (2017), pour atteindre un montant record de 323 milliards d'euros.

Avez-vous, mesdames messieurs, vu votre pension augmenter de 7% cette année ?

Non malheureusement. Et cela doit être le cas aussi de la majorité de vos enfants et petits-enfants salariés. Cette société marche sur la tête.

Au moins vous pouvez vous dire, que pendant la campagne électorale avec Elsa Faucillon, nous ne vous avions pas menti. Macron et les députés de la majorité mettent en œuvre la politique que nous avions annoncée : une politique antisociale qui taperait entre autres sur les retraités. Vous avez bien fait de ne pas vous laisser embobiner par les promesses alléchantes de la théorie des gagneurs, des startups et du ruissellement de riches vers le reste de la société. Les riches s'enrichissent de plus en plus, et ils le font sur le dos des salariés, des services publics, sur votre dos.

Je vous le dis, il faut savoir dire stop, ça suffit. Il faut savoir le dire haut et fort pour se faire collectivement respecter.

C'est la raison pour laquelle, le 15 mars prochain, je participerai à la manifestation organisée par neuf organisations syndicales et associations de retraités. Je le ferai pour être à vos côtés, comme nous l'avons promis, pour être des élus qui sont aux cotés des personnes qui luttent, je le ferai pour défendre mon propre droit à la retraite, celui de mes enfants et petits-enfants.

Et puisque l'on parle de ne pas se laisser faire, je vous invite aussi, le dimanche 18 mars à midi à un repas partagé et bal populaire, sur la place de la République à Paris pour dire ensemble " Vive la commune ! ". Pour dire ensemble à ce gouvernement : arrêter de baisser les ressources des communes, arrêtez de les vider de leurs compétences, arrêter de faire en sorte que ce soient des technocrates et non des élus avec les populations qui décident et se gèrent au plus près du terrain.

J'ai décidé d'organiser ce rassemblement avec une vingtaine de maires de la métropole, pour alerter sur la gravité de la situation faite aux maires, pas pour défendre notre statut de maire, mais pour défendre celui de la commune. Pour défendre le pouvoir d'agir des citoyens, défendre notre capacité à décider ensemble ce qui est bon pour nous.

Je suis inquiet pour l'avenir de notre ville, et donc pour l'avenir de nos enfants et petits-enfants si nous laissons ce gouvernement détruire le fait communal, détruire la politique de décentralisation des années 80. C'est depuis les années 80 et la décentralisation que notre ville, mais aussi toutes les villes, ont beaucoup évolué, investi, se sont améliorées pour le bien être des habitants. C'est grâce à cette décentralisation et aux moyens que les équipes précédentes ont su nous doter que vous avez pu construire, deux beaux CMS, trois belles bibliothèques, rénover les quartiers, avoir un beau conservatoire, un théâtre de qualité, des équipements scolaires entretenus.

Je sais bien que notre gestion municipale n'est pas parfaite. Nous nous sommes d'ailleurs donner le Défis de travailler sur nos faiblesses. Nous avons fait des réunions en fin de l'année passée pour débattre avec vous de ce qui ne va pas. Pour moi, pour nous ce n'est pas du blabla. Nous nous donnons l'année pour faire bouger sérieusement les choses :

La ville s'est ainsi engagée à améliorer la propreté et lutter contre les incivilités. Nous avons commencé à nous doter d'aspirateurs de déchets urbains. Chaque quartier en sera doté d'un.

Nous réorganiserons le travail de proximité avec les agents du service propreté. Et lorsque cela est possible, nous sanctionnons pour faire respecter nos espaces publics.

Une campagne de prévention sera menée en partenariat avec les bailleurs, copropriétaires et habitants pour sensibiliser sur l'importance de garder une ville propre.

L'autre axe de travail consiste à développer chaque semaine des opérations de nettoyage approfondi d'une rue.
Oui dans une ville populaire nous avons droit au beau. Oui dans une ville populaire nous avons droit à la tranquillité. C'est ce que nous voulons faire respecter.

Nous engageons dès cette année, un plan sur trois ans pour installer dans tous les quartiers de la ville la vidéo protection et la vidéo verbalisation.

Une étude sur le stationnement sera engagée en 2018 qui débouchera sur des propositions.

Sans attendre cette étude, nous allons mettre toute la place Jean GRANDEL en zone bleue à la demande des commerçants, nous allons mettre le parking derrière le Franprix au Luth en zone bleue pour augmenter le nombre de places à la disposition des habitants, engager un programme de construction de parking silos aux Agnettes, à la place du foyer Brenu à côté du quartier République, tout comme nous allons continuer notre travail en direction des bailleurs pour qu'il améliore l'utilisation de leur parking souterrain.

Bref vous l'avez compris, nous voulons continuer d'améliorer la vie dans notre ville.

En même temps, comme dirait le président de la République, cela vaut le coup de voir que ce que nous faisons, ici. Notre gestion municipale ne souffre pas de la comparaison avec ailleurs :

Je ne parle pas du fait que nous sommes une des rares communes à faire autant pour les retraités en termes d'activités avec AGIR, de banquets, de transports à la demande, d'aide à domiciles. Vous connaissez.

Savez-vous que nous sommes la seule ville du territoire à sortir du rouge en matière de couverture médicale grâce à nos deux CMS ?

Savez-vous que Gennevilliers est la ville du territoire qui offre le plus de possibilités de garde pour les enfants de moins de 3 ans, c'est nous aussi avec Villeneuve-la-Garenne qui disposons, et de loin, du plus de M² d'espaces verts ouverts au public par habitant (3 fois plus).

C'est aussi à Gennevilliers qu'il y a le plus de clubs sportifs pour 1 000 habitants, d'ailleurs notre niveau d'équipement et d'action dans le domaine des sports vient d'être remarqué à l'échelle nationale en nous accordant deux lauriers " ville active et sportive ".

Nous sommes aussi une des rares villes en Ile-de-France à avoir autant de personnes qui vivent et travaillent dans la même localité, à avoir maintenu autant d'emplois industriels.

J'arrête là l'énumération, car vous allez dire qu'on dirait que j'essaye de vendre la ville !

Tout cela c'est le fruit de vos actions et celles des équipes d'élus au fil des ans. Nous pouvons en être fiers.

Alors oui, il faut défendre le fait communal, je vous donne donc rendez-vous le 18 mars à 11H sur le parvis de la mairie, pour un départ en car place de la République, amenez vos pique-niques, nous amenons les tables et les chaises et organisons le bal car la lutte doit aussi être joyeuse !

Je vous promets que cela ne sera pas un coup d'épée dans l'eau, ou une action sans lendemain. Je suis en train de voir avec les maires de toutes tendances politiques ce que nous pourrons faire de plus pour nous faire entendre du gouvernement pour défendre la commune. On se dit pourquoi ne pas organiser des actions d'éclats comme les agriculteurs mais autour de l'Elysée ? Je vous tiendrai au courant de ce que l'on préparera pour l'automne et le débat budgétaire.
Vous l'avez compris, je suis à la fois inquiet par raison, révoltés par la situation et déterminé par passion. Je crois que rien n'est fatal, encore faut-il que nous bougions collectivement.

Soyez sûr d'une chose, vous pouvez compter sur moi, sur nous pour assurer et la gestion et la lutte pour vous faire respecter, pour faire respecter notre ville, pour continuer d'agir, même dans des conditions difficiles, pour améliorer, développer et embellir Gennevilliers pour le bien commun de tous les Gennevillois.

Merci et bon repas, bonne après midi.


Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir