Conseil municipal du mercredi 20 décembre 2017 - Vœu présenté par la Majorité municipale

L’Etat a présenté son plan hivernal 2017-2018. Il est destiné à mettre en place un hébergement d’urgence auprès des populations en situation de sans domicile.
Piloté par les Préfectures, l’Etat sollicite les villes pour mettre en place un réseau destiné à protéger les populations concernées.
A cette fin, il est prévu l’ouverture par le 115 de places d’hébergement en plus d’une politique orientée vers le logement des personnes concernées. Le 115, au vu de ce manque de places, propose des places en nuitées hôtelières qui coutent 1,7 milliards d’euros à l’Etat et cet hébergement diffus ne permet pas un suivi satisfaisant des personnes sans domicile. Cet argent pourrait être utilisé dans la construction de centres d’hébergement et surtout dans l’aide à la pierre pour leur relogement.
Or malgré les engagements de l’Etat, les hébergements proposés restent très insuffisants.
En effet, le 115 ne peut offrir une place d’hébergement qu’à 30% des demandeurs en sachant que seul un appel sur deux aboutit.
Le manque de constructions combiné avec la baisse des aides à la pierre entraîne de facto un besoin exponentiel en hébergements d’urgence.
Le département des Hauts-de-Seine est le mauvais élève en Ile-de-France en matière de places d’hébergement avec seulement 1 place pour 1000 habitants contre 5 à Paris.
Pour y remédier, il faut trouver de nouveaux lieux pour amplifier l’effort. Chaque ville du département doit répondre à cet appel en ouvrant des capacités d’hébergement permettant de satisfaire les besoins d’accueil des personnes à la rue.
C’est dans ce cadre qu’un appel à la solidarité a été lancé par la ville de Paris à toutes les collectivités possédant des locaux inoccupés.
Elle a proposé notamment d’utiliser un terrain à Neuilly dont elle est copropriétaire pour réaliser un centre d’hébergement pour SDF.
Ce projet a soulevé une levée de boucliers de la Municipalité de Neuilly. Pourtant l’ouverture réalisée l’an passé à Boulogne-Billancourt s’est bien déroulée.
Le Conseil Municipal de Gennevilliers en appelle donc à la responsabilité de l’Etat pour héberger dans des conditions dignes et sûres les personnes à la rue. Il doit se saisir de toutes les opportunités foncières existantes dans le Département afin que soit construit dans chaque ville un centre d’hébergement pour des personnes sans abri.


Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir