Communiqué de Patrice Leclerc, Conseiller général des Hauts-de-Seine

Provocations malsaines

Le parisien Hauts-de-Seine de ce samedi 24 décembre publie un article intitulé « A Gennevilliers, un minaret nommé Nicolas Sarkozy ».

Hormis le fait qu’il ne serait pas légal de procéder à quelque construction que ce soit sur ce terrain (appartenant au conseil général des Hauts-de-Seine) sans permis de construire, le Parisien relaie complaisamment une nouvelle initiative visant à attirer l’attention de la presse sur le président de l’association sans adhérent : Front des banlieues indépendant (FBI).

Sous cette énième provocation il y a un fil conducteur à l’action du Président du FBI : celui de basse manœuvre au service de l’UMP.

Embauché par Charles Pasqua pendant près de 10 ans dans son cabinet du conseil général des Hauts-de-Seine, il participait à une liste de droite à Gennevilliers. Depuis il apparaît régulièrement, dans toutes les manifestations organisées contre la mairie de Gennevilliers et plus récemment pour soutenir l’action de la mairie UMP de Puteaux qui place un chapiteau transformé en mosquée provisoire sur les terrains de Nanterre, chassant ainsi un lieu de prière de sa ville. Le FBI organise une prière de rue à Nanterre (sic) pour détourner l’attention, personne ne parle plus de Puteaux qui chasse les musulmans mais de Nanterre qui refuse une implantation sauvage par une autre Mairie alors que par ailleurs, elle lance la construction d’une deuxième mosquée sur la commune. Opération diversion réussie !

Les musulmans d’Epinay doivent venir au Port de Gennevilliers pour prier, mais c’est sur Gennevilliers, où s’est construite récemment une mosquée, sur un terrain en plein cœur de ville mis à disposition par la Mairie, que le FBI appelle à des prières de rue, laissant tranquille la mairie UMP d’Epinay. Opération diversion réussie !

Le conseil général des Hauts-de-Seine souhaite récupérer les terrains de la mosquée du port, en plein accord avec l’association cultuel qui en avait la gestion, et c’est le Ministre de l’Intérieur qui soutien le FBI, et donc un président du conseil général qui au final s’écrase et laisse faire. Quand une ville travail à passer de l’Islam des caves à des lieux de prière dignes en pleine ville, le FBI et le Ministère de l’intérieur, préconise l’Islam des zones industrielles… La relégation plutôt que la reconnaissance dans la dignité et le respect. Opération diversion réussie !

Le FBI est devenu l’outil des provocations politiques que l’UMP ne peut pas faire à visage découvert. Reçu à Matignon sous Chirac, soutenu par Guéant sous Sarkozy, cette association n’obéit qu’à une seule règle « ne pas mordre la main qui te nourrit ! ». La machine à provocation pour les présidentielles est en route…