Communiqué du groupe communiste et citoyen au CG92

Pôle Universitaire Léonard de Vinci, 20 ans après, la facture est salée avec plus de 600 M€ payés par les contribuables

Pôle universitaire départemental pour les uns, fac Pasqua pour les autres, depuis le communiqué de presse du 3 mai 1993 annonçant l’entrée du projet de Pôle Universitaire des Hauts de Seine dans sa phase de réalisation, ce dossier reste l’un des plus épineux et des plus ruineux des Hauts de Seine.

Aujourd’hui, le PULV reste bien ce qu’il a toujours été : un symbole d’injustice, d’arrogance et de gâchis.

 

 

Malgré deux rapports de la CRC qui ont pointé son coût exorbitant mais aussi sa mauvaise gestion et ses dépenses élevées recommandant, en octobre 96, « de mettre fin, dès que possible à ces diverses incertitudes, de manière à qu’il puisse acquérir dans le respect du droit, une utilité à la mesure de son coût » ; puis, en octobre 2010, indiquant que cet organisme privé ne fonctionnait toujours que « grâce à l’aide massive de fonds publics, c’est-à-dire sans les contraintes financières propres à sa nature juridique. »

Toutes les majorités de droite qui se sont succédées depuis se sont obstinées à soutenir contre vents et marées un pôle accroché à ses certitudes, lui votant chaque année, sans vergogne et sans aucun contrôle, toujours un peu plus de fonds publics.

Jamais, nous n’avons cessé de dénoncer et d’agir contre ce projet d’université privée, contre le flou qui a toujours entouré sa gestion. Un scandale financier que toutes nos interventions et nos actions ont permis de faire éclater au grand jour et qui, 20 ans après, n’est plus de 152,2M€ mais de près de 600 M€ auxquels, il faut ajouter pour 2013, près de 6,5 M€ de charges de fonctionnement et plus de 2,6 M€ d’investissement.

L’Association continue, aussi, de bénéficier d’une subvention de 5,52 M€, votée en mai dernier, toujours en commission permanente. Catherine Margaté, Présidente du Groupe Communiste et Citoyen le redira, avec force, à l’occasion de la séance du 21 juin prochain, tant d’argent payé par les contribuables des Hauts de Seine pour une école de commerce privée, pour ses filiales financières est inacceptable en regard des besoins.

Inacceptable quand on sait que la subvention départementale « a contribué au financement du secteur lucratif à hauteur de 79 755 € en 2010 », Fondation qui a permis un équilibre artificiel souligné par la CRC qui demandait à l’Association, sa dissolution et l’équilibre de son budget sans la subvention du département.

Dans l’attente d’une solution pour cet immobilier « pharaonique », pour le groupe communiste et citoyen l’urgence, c’est d’abord, de prendre les bonnes décisions pour que l’argent public revienne au service public et rapidement. C’est une mesure de justice.

Le groupe communiste et citoyen demande donc l’arrêt immédiat de toute subvention à l’Association Léonard de Vinci.

 


Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir