Intervention de Christian de FischerSur le rapport 07.297 – transports Monsieur le Président, Cher(e)s Collègues, Je me saisis de ce rapport pour vous faire part de nos préoccupations et inquiétudes sur les financements des transports en commun de la part de l’Etat et de la nécessité pour notre Assemblée de se positionner. En effet, nous venons d’apprendre, que l’Etat, une fois de plus, n’honorera pas ses engagements. Il a, en effet, été annoncé lors du dernier conseil d’administration du STIF, la somme de 50 millions d’euros comme part de financement de l’Etat en 2008 pour les infrastructures de transports collectifs en Ile de France. Ces investissements sont bien trop insuffisants et ils ne permettront pas de financer les projets inscrits au contrat précédent et non encore réalisés. 250 millions seraient pourtant nécessaires pour respecter les engagements pris dans le dernier contrat de projets Etat-Région.Une telle décision est préoccupante. Préoccupante car des opérations pour lesquelles le département s’est engagé risquent d’être gelées, retarder ou bien remises en cause. Je pense à des chantiers comme le tramway de Châtillon-Vélizy-Viroflay, aux prolongements des lignes de métro 4 à Bagneux ou encore le dédoublement de la ligne 13. Il est pourtant important que ces opérations attendues par les habitants se réalisent et cela dans les meilleurs délais.Préoccupante car ce choix contredit les discours affichés, encore récemment lors du Grenelle de l’environnement sur la lutte contre les effets de serre et sur la priorité aux transports publics. Le développement durable, affiché comme une volonté nationale, passe aussi par le développement des services de transports collectifs en particulier, des services publics en général. L’Etat devrait montrer l’exemple !Préoccupante car cela met un coup d’arrêt aux projets de nouveaux transports collectifs en Ile de France, je pense tout particulièrement à Métrophérique. Ce projet déterminant pour l’avenir devrait avoir une première phase de financement pour des études.Le département a mis les transports publics au rang de priorité. Lors du vote du budget 2007, le conseil général a réaffirmé ses engagements en faveur des transports collectifs et nous avons voté la poursuite des investissements à la réalisation des opérations inscrites dans le Contrat de Plan Etat/Région 2000/2006 et celles que nous souhaitions voir inscrites au plan 2007/2013. Notre Assemblée Départementale ne sortirait pas de son rôle en ayant une adresse au gouvernement lui demandant le respect de ses engagements sur les projets déjà actés ainsi que le renforcement des niveaux de financement pour les projets de transports collectifs.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir