SEANCE DU CONSEIL GENERAL DU 19 DECEMBRE 2008

QUESTION ORALE DE MONSIEUR PATRICE LECLERC A MONSIEUR LE PRESIDENT DU CONSEIL GENERAL - Relative aux clubs de prevention des hauts de seine

Monsieur le Président,

Nous sommes très inquiets sur la politique de prévention de notre département. Elle ne semble pas connaître « une relance », bien au contraire, elle semble délaissée, pire peut-être : remise en cause. Il s’agit pourtant d’une attribution de notre collectivité locale.  Il y a là d’importants besoins. Nous espérons qu’il ne s’agit pas, de la part de votre majorité, là encore d’une priorité à une logique sécuritaire, qui a amené certain ministre à proposer la prison aux enfants de 12 ans, au détriment de la prévention. Une fois de plus les logiques punitives semblent prendre le pas sur des logiques éducatives.

QUESTION ORALE DE MONSIEUR PATRICK ALEXANIAN A MONSIEUR LE PRESIDENT DU CONSEIL GENERAL relative a un partenariat avec la maison d’arrêt de nanterre  Monsieur le Président,  Nous avons décidé de vous alerter sur la situation de la Maison d’arrêt des Hauts-de-Seine de Nanterre. Une large majorité de la population pénale est jeune et originaire du département 92. Construite pour 600 places, on compte 950 détenus, dont une soixantaine en milieu ouvert.De plus, avec le projet de loi pénitentiaire, ce sujet est d’actualité.

 consg.gifRapport N° 08.119 - Policiers Référents - Généralisation du dispositif visant à renforcer la sécurité au sein des collèges des Hauts de Seine

Intervention de Patrick ALEXANIAN

Monsieur le Président,

Cher-e-s Collègues,

Avec ce rapport, vous nous proposez une généralisation du dispositif de policiers référents dans tous les collèges des Hauts de Seine. Vous la justifiez par " le succès rencontré dans les collèges où il y a eu expérimentation.

Mais pour réellement apprécier ce dispositif mis en place depuis 2006 puis étendue en janvier 2007, nous aurions aimé disposer d’une évaluation quantitative et qualitative.

Séance du 30 mars 2007 Intervention générale sur prévention, sécurité
Marie Claude Garel



Monsieur le Président, Cher(e)s Collègues,

En décembre 2005, nous votions le rapport d’orientation relatif au soutien apporté aux politiques locales de prévention de la délinquance et de sécurité.
Je pense que les propositions que je faisais à ce moment-là sont toujours d’actualité.
J’indiquais que la prévention doit s’appuyer sur 4 axes principaux :

Rapport 06.96
Pacte des hauts-de-seine - contrats de ville - programme d'appui aux politiques locales de prévention et de securite - approbation des critères d'intervention
Intervention de Marie-Claude Garel
Monsieur le Président, Cher(e)s Collègues,
Comme je le disais en décembre 2005, le département juge des priorités, mais sont-elles celles du CLS de la commune, définies par le CLSPD ?

92.jpgQUESTION ORALE DE MADAME MARIE CLAUDE GAREL A MONSIEUR LE PRESIDENT DU CONSEIL GENERAL
relative a la prévention spécialisée

En préliminaire à sa question orale, Marie-Claude Garel a fait la déclaration suivante :

« Monsieur le Vice-Président,
Avant de poser ma question, je voudrais regretter et m’interroger sur l’absence pour la deuxième fois consécutive aux questions orales du Président du Conseil général occupé ailleurs.
Quand on lit l’omnipuissance de M. Sarkozy sur toutes les décisions prises par notre assemblée, puisque chaque courrier, chaque document commence par une référence à sa décision ou à sa réflexion.
Quelle valeur attache t-il à nos questions ? Quelle valeur pouvons-nous accorder aux réponses faites puisqu’il se dispense lui-même d’y accorder la moindre importance ? »

Intervention de Marie-Claude Garel  sur le rapport 06.7  veille éducative, commune de Nanterre  Monsieur le Président, Cher(e)s Collègues,
Comme élue de Nanterre, je souhaite apporter quelques précisions sur ce rapport qui pose la question fondamentale du partage de l’information sur la base du principe de confidentialité, primordial aux yeux de l’ensemble des travailleurs sociaux.

Intervention de Marie Claude GAREL

Monsieur le Président, cher(e)s collègues,

Lors de mon intervention du 11 juin 2004, je m’étonnais que les dossiers présentés à l’assemblée départementale dans le domaine de la prévention ne concernaient que les constructions de commissariats. J’ai depuis vu passer des dossiers concernant l’éclairage public et les caméras de vidéosurveillance.