SEANCE DU CONSEIL GENERAL DU 22 DECEMBRE 2006 - Rapport 06.426 - Communication relative au bilan 2005-2006 du plan gérontologique 2005-2010 - Intervention de Michèle Fritsch

Monsieur le Président Sarkozy, Cher(e)s Collègues,

« La durée de vie s’allonge, mais la France n’a pas actuellement, les capacités de relever le défi sanitaire et social que représente la nouvelle donne démographique, on va dans le mur. » C’est un vrai cri d’alarme que lancent les professionnels de la prise en charge des personnes âgées.

Il s’agit en effet d’une question sociétale centrale, avec des enjeux financiers énormes qui implique, si on veut traiter les choses de manière humaine, de donner les moyens à l’Assurance Maladie et au secteur médico-social pour assumer l’effort nécessaire.
Or on en est loin. Le plan de solidarité grand âge annoncé par le gouvernement apparaît largement sous dimensionné par rapport à l’évolution des besoins et son financement insuffisant comme le souligne la Fédération Hospitalière de France, qui estime qu’il faudrait le doubler pour remplir les engagements de ce plan.
Parallèlement, le gouvernement projetait la fermeture de 70% des lits de long séjour hospitaliers, renvoyant les personnes âgées dans les EHPAD qui ne disposent pas d’un encadrement médical suffisant pour se substituer à l’hôpital, et ce alors que les besoins en hébergement médicalisé vont croître au cours des prochaines années du fait du vieillissement de la population. Mais ce projet visait surtout comme objectif de sortir la prise en charge des personnes âgées dépendantes du financement de l’Assurance Maladie pour la transférer sur les familles et les départements. La mobilisation contre cette mesure a permis qu’elle ne soit pas mise en œuvre pour le moment.
Comme au plan national, dans notre département les besoins sont importants pour répondre au défi de société que constitue l’allongement de la durée de vie. Avec plus de 100 000 personnes âgées de 75 ans et plus, notre département est le deuxième département en Ile-de-France pour le nombre de personnes âgées.
L’état des lieux fait lors de l’élaboration du schéma gérontologique a montré que notre département était particulièrement mal équipé pour répondre aux besoins des personnes âgées avec un taux inférieur à celui de la Région pour la quasi-totalité des dispositifs gérontologiques.
Pour répondre à ces besoins, le schéma gérontologique s’est fixé des objectifs qui ont permis un certain nombre d’avancées et qui sont détaillées dans le bilan qui nous est présenté, sur lesquelles je ne reviendrai pas, sauf à dire que l’effort est à poursuivre.
Par contre, je souhaite m’arrêter sur les actions sur lesquelles vous proposez de porter les efforts en 2007 et plus particulièrement sur l’avenir des foyers  logements et les déplacements des personnes âgées.
Je souhaite tout particulièrement insister sur l’avenir des foyers logements qui jouent un rôle essentiel dans le maintien à domicile de la personne âgée, car, le foyer logement permet à la personne âgée valide de garder son autonomie tout en n’étant pas isolée, de disposer de services de proximité et d’un environnement sécurisant. Cela pour un coût modéré.
De lourdes menaces pèsent sur l’avenir des foyers  logement. L’UNCCAS vous a récemment alerté Monsieur Sarkozy à ce sujet. En effet, une décision récente de la Direction Générale de l’Action Sociale menace l’ensemble des foyers  logements d’extinction puisque les foyers logements accueillant des résidents autonomes devraient satisfaire aux mêmes normes que les établissements hébergeant des personnes dépendantes. Cela revient à nier la spécificité des foyers logements et à les faire disparaître. Ce qui serait une erreur.
Concernant l’objectif pour 2007 de faciliter les déplacements des personnes âgées, il m’apparaît essentiel car il permet de combattre l’isolement de la personne âgée. C’est tout particulièrement le cas pour la personne âgée à mobilité réduite, habitant à son domicile, qui ne peut plus utiliser les transports en commun et qui perd de ce fait des contacts sociaux et s’isole. Il lui faut un transport adapté.
Monsieur le Président, notre département va bientôt être le dernier département en Ile-de-France à ne pas répondre à ce besoin pourtant essentiel pour les personnes âgées ou des personnes handicapées.
En effet, le Val de Marne, Paris, puis cette année les Yvelines, en 2007 la Seine Saint Denis et la Seine et Marne ont ou vont passer convention avec le STIF pour la mise en place d’un système de transport adapté. Je rappelle que dans le Val de Marne, le coût du trajet correspond au prix d’un ticket de métro. Dans notre département un service de transport de ce type manque cruellement. Ce ne sont pas les 8 voitures du GIHP à 30 euros la course qui sont de nature à répondre à ce besoin.
Dans ce domaine, vous préconisez le soutien à l’initiative des communes. Voilà encore une façon de se défausser sur les communes d’une responsabilité qui ne semble plus relever de l’échelon départemental.
Monsieur le Président, quand allez-vous passer convention avec le STIF pour répondre à ce besoin ?
Toujours concernant le déplacement des personnes âgées, je vous rappelle, Monsieur le Président, la demande largement partagée par l’ensemble des associations de retraités de notre département d’ouvrir le droit à la carte améthyste dès 60 ans au lieu des 65 actuellement et de relever les plafonds donnant droit à l’attribution de cette carte.


Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir